A La UneÉconomie

Smid S.A : mise à mort enclenchée

0

La Cour d’appel du Littoral a débouté la Smid SA dans son verdict du 25 juin 2021. 

Société métropolitaine d’investissement de Douala (Smid SA), la suite de l’affaire. Une suite pour le moins en faveur du maire de la ville de Douala, le Docteur Roger Mbassa Ndinè. «Le 25 juin 2021, la Cour d’appel du Littoral a rejeté la demande de défenses à exécution de la Smid SA ainsi que celle du Pca», lit-on dans le Communiqué adressé aux actionnaires et investisseurs de la Smid SA. Communiqué signé le 30 juin par les actionnaires et leurs représentants, dont La Voix Du Koat a eu copie.

Lire aussi :Société métropolitaine de Douala : le préfet sommé de lever l’état de siège

En clair, la récente décision du président de la Cour d’appel signifie tout simplement que l’administration provisoire souhaitée par le maire et donc la mise en place était querellée en justice est maintenant validée. On se rappelle que par ordonnance n° 68/HH du 12 février 2021 à 10h5min, le président du tribunal de première instance de Douala – Bonanjo, juge de référé avait fait droit à la demande du maire de la ville. Et avait nommé comme administrateur provisoire Njoh François Maurice. La grosse de l’ordonnance avait été rendue le même jour à 13h à  Moukete Ekoume, magistrat qui officie désormais à la Communauté Urbaine de Douala.

Lire aussi :Affaire Smid : Njoh François Maurice appelé à comparaitre

Pour les actionnaires de la Smid, il s’agit d’un diktat. «Il est regrettable que les individus qui n’ont pas cru au projet Smid et qui n’y ont investi aucun centime veuillent détruire l’effort de millier de Camerounais par simple cupidité», lit-on sur le document qui portent les signatures de Patience Essoka, Albert Dzongang, Moussongui Fils Dieudonné, Pierre Flambeau Ngayap, Geoffroy Toko, Kalkaba Malboum…

Lire aussi :Société métropolitaine de Douala : les activités en berne 

Les actionnaires de la Smid envisagent se pourvoir en cassation. «Cependant, une requête pour une action adéquate a été introduite auprès du Minjustice afin qu’il use de ses prérogatives pour susciter un pourvoir d’ordre à la Cour Suprême et faire échec à la mise à mort programmée de la Smid S.A par des individus qui n’y sont pas actionnaires», écrivent-ils.

Lire aussi :Examens officiels 2021 au Cameroun : cuisant échec !

La Smid SA a été formée par appel public à l’épargne. Elle est sous le contrôle de la Commission de Surveillance des Marchés Financiers de l’Afrique Centrale (Cosumaf), en tant que régulateur. La Smid S.A, est une société anonyme au capital de FCFA 3.495.680.000 (Trois milliards quatre cent quatre-vingt-quinze millions six cent quatre-vingt mille).

Lire aussi :Affaire Malicka : la face visible de l’iceberg

Valgadine TONGA

La Smid S.A en chiffres

La Smid est est une société anonyme au capital de FCFA 3.495.680.000 (Trois milliards quatre cent quatre-vingt quinze millions six cent quatre-vingt mille). Son capital social est formé par les apports de :

De la CUD à concurrence de 804.010.000 FCFA soit 23% du capital (Catégorie A)
– Des entreprises du secteur public à concurrence de 349.560.000 FCFA soit 10% du
capital (Catégorie B)
– Des entreprises du secteur privé et les associations à concurrence de 1.057.430.000
FCFA soit 30% du capital (Catégorie C)

-Des personnes physiques à concurrence de 1.284.680.000 FCFA soit 37% du capital (Catégorie D)

LA VOIX DU KOAT

Excellence Dafra : le duel des savoirs!

Previous article

Fonction publique : Chasse à l’homme contre 600 enseignants déserteurs

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une