A La UneÉconomie

Société métropolitaine de Douala : les activités en berne

0
Suite à une procédure engagée par la Mairie de Douala, actionnaire minoritaire de la Smid S.A, une escouade de policiers a assiégé les bureaux de la structure. De quoi inquiéter les investisseurs.

Depuis la fin de la semaine dernière, la Société métropolitaine d’investissement de Douala est au cœur de l’actualité économique. La guerre entre les administrateurs a donné naissance à une crise sans précédent dans cette société anonyme. Pour faire simple, le maire de la ville de Douala Dr Roger Mbassa Ndinè (un des 15 administrateurs de la Smid S.A), convoite le fauteuil de l’actuel Pca de la Smid S.A Dr Fritz Ntone Ntone, ancien délégué du gouvernement. Le maire se réclame «actionnaire fondateur» et par conséquent «président du conseil d’administration de droit».

«En date du 12 février 2021 aux environs de 14h, une escouade de policiers des Esir, sans aucune réquisition du procureur de la République de la ville, et donc sans droit, a fait irruption au siège de la Smid S.A, accompagnée d’un collaborateur de Me Owona Suzanne, huissier de justice à Douala, prétendant exécuter une décision de justice. Mais n’ayant avec lui aucun titre exécutoire, comme l’a fait observer le conseil juridique de la société, et comme l’a admis l’officier de police qui conduisait les forces de l’ordre… N’ayant pas pu continuer à ce jour à faire usage illégal de la force publique, le Maire a désormais posté des agents de la police municipale aux entrées de la société (situation tendant à faire croire une fois de plus que la Smid S.A est un organe de la Cud) pour empêcher tout travailleur y compris ceux n’étant pas de la Smid S.A d’y avoir accès», relatait Fabrice Tchingo Petton, Directeur général de la Smid S.A dans son communiqué du 13 février 2021.

Lire aussi :Société métropolitaine de Douala : friction entre les administrateurs

Les choses vont de mal en pis. Le Dg et son équipe n’ont plus accès au siège. C’est le constat fait en matinée de ce mardi 16 février 2021 par Me Julienne Happi, conseil de Fabrice Tchingo Petton. Elle note dans son procès-verbal dont La Voix Du Koat a eu copie : «Dans les marches d’escaliers qui mènent au 5è étage où se trouvent les bureaux du Directeur général, du Directeur général adjoint, du Directeur des affaires financières et leurs assistants respectifs, se trouvent 7 agents de la police municipale de la Communauté urbaine de Douala qui empêchent le Directeur général et son personnel d’accéder à leurs bureaux respectifs.»

Si des experts soutiennent que la Smid S.A. n’est pas un démembrement de la Communauté urbaine,  le Président du tribunal de Première Instance de Douala-Bonanjo, Djapite Ndoumbe Quentin, n’est pas du même avis. Dans son  référé d’heure en heure du 12 février courant, il a désigné un administrateur provisoire. Il s’agit de Njoh François Maurice, expert-comptable. Il lui est confié la mission de convoquer une assemblée générale pendant laquelle un nouveau Pca sera nommé, et le mandat des administrateurs renouvelé. Sa mission s’étend sur six mois renouvelable, et il sera rémunéré à hauteur de 3millions Fcfa.

Selon des indiscrétions, la Commission de supervision des marchés financiers (Cosumaf) en zone Cemac qui n’apprécie point cette «ingérence» dans une société anonyme, prépare son intervention.

Valgadine TONGA

 

LA VOIX DU KOAT

Société métropolitaine de Douala : friction entre les administrateurs

Previous article

Cameroun : Comment la Covid 19 a permis à l’Etat d’économiser

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une