A La UneÉconomie

Emile Parfait Simb : «Je suis le tocard à abattre»

8

A 39 ans, Emile Parfait Simb est l’un des jeunes milliardaires africains. Une fortune qu’il a construite grâce à la crypto-monnaie. Aujourd’hui Pdg de Global Investment Trading et de Simb Group, celui qui est présenté comme pionnier de la monnaie virtuelle au Cameroun et en Afrique francophone essuie les attaques de toutes parts. Une cabale initiée par ses concurrents et nourrie par des Camerounais. Le fondateur de Limocoin, le premier et unique bitcoin camerounais coté en bourse, a échangé avec quelques médias triés sur le volet, le 1er mars 2022, dans ses bureaux au quartier Bonapriso à Douala.  

 

C’est quoi la crypto-monnaie en français facile ?

La crypto-monnaie c’est une monnaie décentralisée, virtuelle, créée par un ou une Japonais (e), en 2009 après la crise des Subprimes de 2008. Jusqu’à ce jour, personne ne connait le visage de cette personne. Sinon on l’aurait déjà certainement tué. On connait juste son pseudonyme, Satoshi Nakamoto.  La crypto-monnaie est un système pour décentraliser le système bancaire, parce que, pendant la crise, personne n’avait accès à son argent à la banque. Entre temps, certaines banques avaient fait faillite parce que tout le monde était venu vider son compte. Le système de la crypto-monnaie fait que chacun devient sa propre banque. Une pièce ou un billet de bitcoin n’existe pas. Elle est virtuelle. A la création, le bitcoin valait 0,01 dollar, donc moins de 1 Fcfa. C’est une monnaie dont les jeunes se servaient pour payer les jeux vidéo sur internet. En 2013, la société du Japonais est cotée en bourse. La valeur du bitcoin passe de 0,01 à 136 dollars. Quand je connais le bitcoin en décembre 2016, il vaut 200dollars. Aujourd’hui, il vaut 40.000dollars et il a même chuté.

Comment a été l’expérience du trading au Cameroun, quand vous avez commencé en 2016 ?

Les gens, voyant comment ma vie avait changé venaient tous acheter les crypto-monnaies. Sauf qu’ils n’achetaient pas parce qu’ils comprenaient le fonctionnement, mais juste par suivisme. Du coup, quand quelqu’un achetait une crypto-monnaie et qu’elle perdait de la valeur trois jours plus tard, il revenait pour que je lui rembourse son argent. Il ne comprend pas que la valeur va remonter. Je me suis retrouvé plusieurs fois devant la police pour rembourser l’argent des clients. Voyant que je ne peux pas m’en sortir à cette allure, j’ai pensé à un système où celui qui achète la crypto-monnaie ne subit pas les fluctuations, le temps pour moi de former un maximum de personnes. En novembre 2017, je crée la plateforme qui fait en sorte que vous achetez un paquage qui ne fluctue pas. Je trade pour vous et je vous reverse un certain revenu chaque semaine pendant 52 semaines. La plateforme est baptisée Liyeplimal (la pauvreté est finie en langue bassa). C’était très difficile à prononcer pour les étrangers, n’étant pas un nom commercial. Mais j’ai persisté et j’ai protégé le nom à l’Oapi.

Lire aussi :Emile Parfait Simb : Un avant-gardiste du bitcoin incompris 

Que représenterait en termes de changements, la crypto-monnaie ou Limocoin pour l’Afrique ?

Je pensais juste que le secteur étant ouvert, pour une fois, l’Afrique pouvait se mettre en tête. Mais, je me rends compte que, l’Afrique francophone vit au dépend de la Francophonie ou de la France. Les débats comme la dévaluation du Fcfa, lorsqu’on m’interviewe dessus, je dis ce n’est pas un sujet sur lequel il faut s’attarder. Si tous les Africains adoptent la crypto-monnaie, le Fcfa va continuer de fonctionner, il n’aura pas de problème. C’est la valeur du Fcfa qui va baisser,  en termes de transactions financières, en termes de taux.

Voulez-vous dire qu’il n’y aura plus de dépendance au compte d’opération du Fcfa logé en France ?

Ce problème de compte d’opération dont on parle très souvent en France, la crypto-monnaie a ceci de facile que je peux envoyer un milliard tout de suite à quelqu’un qui est aux Etats-Unis, lui également peut faire de même, ça ne prend pas une minute. On s’est envoyé de l’argent sans toucher le compte d’opération qui est France. Je pense que ceci peut aider l’Afrique francophone. Lorsque les réserves de valeurs baissent, c’est-à-dire que lorsqu’il y a plus d’importation que d’exportation, les compensations sont faites au niveau de la France… Alors que si on entre dans la crypto-monnaie, il n’y aura plus jamais ce problème de convertibilité de la monnaie. Je ne sais pas si les Etats comprennent cela ou ils  feignent de ne pas comprendre. Je me dis qu’ils sont en train d’étudier. Je me suis fait le devoir d’acheter ce livre, « Droit des Crypto-actifs et du Blockchain». J’en ai acheté une dizaine. J’en ai distribué à certains responsables  du pays. Pour leur dire que pendant que vous parlez de l’arnaque au Cameroun et en Afrique francophone, ailleurs on enseigne cela dans les universités. Dans cinq ans, ces gens vont encore venir nous coloniser avec la crypto-monnaie.

A 39 ans, Emile Parfait Simb est l’un des jeunes milliardaires africains. Une fortune qu’il a construite grâce à la crypto-monnaie. Aujourd’hui Pdg de Global Investment Trading et de Simb Group, celui qui est présenté comme pionnier de la monnaie virtuelle au Cameroun et en Afrique francophone essuie les attaques de toutes parts. Une cabale initiée par ses concurrents et nourrie par des Camerounais. Le fondateur de Limocoin,

Ouvrage sur le Droit des Crypto-actifs et de la Blockchain.

En quoi le bitcoin peut être source de colonisation ?

Les Américains nous ont colonisés avec les réseaux sociaux. Voici ce qui se dessine dans les dix prochaines années : c’est une guerre qui est en train de se vivre aujourd’hui. La guerre dans les prochaines années ne se fera plus avec les armes, mais ce sera la guerre de la technologie. Les Américains ont pris d’assaut le big data. Le big data ce sont les données, à travers WhatsApp, Facebook, Twitter, Viber etc. Ces bases de données, ce sont les Américains qui les contrôlent. Les Asiatiques notamment les Chinois veulent contrôler la finance décentralisée. Parce que la crypto-monnaie c’est la finance décentralisée. Dans les dix prochaines années, tout le monde aura un compte en finance. Parce que vous allez vous rendre compte que le système bancaire ne vous aide pas. C’est la raison pour laquelle, les Asiatiques et les Américains ne s’entendent pas. Les Asiatiques, les Chinois notamment n’utilisent pas WhatsApp, Facebook, Twitter. Ils ont leur réseau social. Ils veulent se partager le monde. Les Chinois vont prendre la finance décentralisée et les Américains vont prendre le big data pour nous contrôler. Lorsqu’un Etat va par exemple causer un problème, c’est Facebook qui va le couper du monde. Il suffit d’un seul click pour couper les communications dans le monde. Quant aux Asiatiques, lorsque vous allez lever la tête, ils vont bloquer votre compte, comme Binance a bloqué mon compte et ceux de mes collaborateurs. C’est ce qui va arriver. Ils vont nous tenir. Ils vont tenir les communications, ils vont tenir les finances.

Que faire pour ne pas être pris dans cet engrenage ?

Pour contourner cela, j’ai lancé la création de mon réseau social que j’ai appelé Japap. Dans quatre ou six mois, il va voir le jour. Et je suis dans la crypto-monnaie pour que ces gens ne viennent pas nous envahir. Je constitue ainsi un très gros obstacle pour eux. Pour cela, il faut m’abattre à tout prix. Pour y arriver, ils vont jusqu’à utiliser mes propres frères Camerounais. La règlementation tarde encore parce que certainement, ils ne comprennent pas encore le fonctionnement. Ils sont encore en étude. A la dernière conférence à laquelle nous avons pris part avec la Cobac, la Cosumaf, le président de la Cosumaf nous a fait comprendre que lui il est prêt à se conformer, mais que ce n’est pas lui qui décide. Il valide juste et il envoie au Conseil des ministres des Finances d’Afrique centrale. J’ai espoir que d’ici la fin de l’année, les lignes vont bouger.

Faut-il croire que vous êtes donc victime de votre succès ?

Pour ma part, je peux dire que je suis victime de mon succès. Je peux dire que personne ne m’attendait à ce niveau. Je suis comme un tocard dans les courses hippiques. C’est-à-dire ce cheval sur lequel personne n’a misé mais qui vient gagner la course. Personne ne comprend que j’y sois arrivé.

Je me rends compte aux dernières nouvelles que d’autres sociétés veulent s’installer au Cameroun et passent désormais par le sabotage de Liyeplimal. Binance qui est une plateforme chinoise créée en 2017 comme moi a des représentants au Cameroun et en Afrique. Ils se sont permis de ternir mon image parce qu’ils veulent pénétrer le marché camerounais et l’Afrique toute entière, parce que dans toute l’Afrique francophone, c’est mon nom qu’on voit quand on parle de crypto-monnaie. Il faut donc me tuer pour se positionner.  Je subis une cabale énorme. Si nous les Africains on rate encore cette révolution qu’est la crypto-monnaie, on fera 50 ans en arrière. Avec la crypto-monnaie, j’ai pu créer 25 entreprises. J’ai l’une des grosses sociétés de Btp au Cameroun, une compagnie aérienne avec deux avions en Centrafrique, une société immobilière au Ghana, au Cameroun, au Bénin, au Burkina Faso, en Centrafrique, une société qui fait dans l’agro-business au Cameroun et au Togo. Ces entreprises sont ainsi la garantie même de notre crypto-monnaie, la garantie des investisseurs. Aujourd’hui on a plus de garantir que lorsqu’on investissait en novembre 2017 où je n’avais même pas un véhicule.

Plus que les paiements mobiles actuels, la crypto-monnaie sera incontournable dans quelques années. Contrôler ce secteur futuriste en Afrique francophone demande d’en finir avec Emile Parfait Simb, l’ingénieur Camerounais qui tient actuellement le marché.

Limocoin

 Comment nait cette cabale contre votre personne, même s’il faut reconnaître que vous n’avez pas que des ennemis  au Cameroun, puisqu’une pétition a été lancée pour soutenir Limocoin : Les investisseurs de liyeplimal debout pour notre limocoin ?

En février 2021, je constate que sept de mes collaborateurs –dont deux neveux à moi- en interne on piraté le système et m’ont volé de l’argent. Je porte plainte et ils sont mis à la prison de New-Bell. L’avocat Serge Kaka vient me voir afin que je libère mes neveux et que je laisse les autres en prison. Je lui rétorque que ce serait injuste. Je dois les punir pour qu’ils ne recommencent plus. Deux semaines plus tard, il me fait une citation directe et dit que la Cosumaf a demandé de fermer l’entreprise, que je détourne les fonds publics. 24H plus tard, il balance sa citation dans les réseaux sociaux. L’objectif étant de faire peur aux clients pour qu’ils retirent leur argent de Liyeplimal. Et c’est effectivement ce qui s’est passé. Un mois plus tard, face à la déception de nos aînés Bassa sur son comportement, il a pris le dossier et l’a confié à Me Fouss. Qui me fait une dénonciation au Tcs et aux impôts. Elle prend le dossier et le confie à Boris Bertold. C’est ainsi que la cabale est partie.

Lire aussi :Ueac : l’Afrique centrale examine le projet de budget 2022 

Voyant le danger venir, j’ai coté Liyeplimal en bourse, avec son moyen de paiement qui devient le Limocoin, pour que les gens ne soient pas coincés. Ils peuvent convertir leur argent partout où ils se trouvent en dollar américain ou en bitcoin et le retirer. C’est une longue procédure. Je la lance en octobre et en décembre, je mets en application. Mais tout c’est mélangé, entre les clients qui ne comprennent pas cette mutation, les Me Kaka qui me font du sabotage. Ça va dans tous les sens. Donc aujourd’hui je me retrouve même dans une situation où j’ai de l’argent mais je ne peux pas payer parce qu’il n’y a pas de moyen de paiement. Quand je côte la crypto-monnaie en bourse, elle monte jusqu’à 15 dollars la pièce. Quand les gens commencent à vendre en mars, elle chute à 0,03 parce que le nombre de vendeurs est plus élevé que le nombre d’acheteurs. Les gens ont commencé a parlé d’arnaque, pourtant chacun a son investissement dans son téléphone. C’est comme si vous avez votre argent dans votre compte mobile money mais vous ne pouvez pas le retirer. Ça ne veut pas dire que l’argent a été volé. Il est dans votre compte.

Décrypté par Valgadine TONGA        

 

LA VOIX DU KOAT

Emile Parfait Simb : Un avant-gardiste du bitcoin incompris

Previous article

Grève au Cameroun : les enseignants dans l’œil du cyclone

Next article

You may also like

8 Comments

  1. Ça c’est tout à fait vrai, je suis persuadé que l’intention de Monsieur Émile parfait n’a jamais été de monter un énorme coup de vol.
    En tout cas moi j’ai la conviction qu’il réussira sa mission malgré ces injustices et multiples sabotages.
    Le problème est jusqu’où iront t’ils pour le l’obliger à lâcher prise ?

    1. Courage et soutien total à notre CEO

    2. A mon avis il n’ya aucune injustice et aucun sabotage, tout simplement il n’a pas respecté les clauses du contrat qui était d’une durée de 1 an, point final

  2. Vraiment pour une fois qu’un Africain prend le train en marche, au lieu de l’applaudir on le traite de tout alors que toutes ses réalisations sont visibles. Pauvre Afrique, donc c’est Binance qui doit venir s’imposer chez nous, clear vraiment malheureux

  3. VIVE LE LIMOCOIN VIVE LE CEO EMILE PARFAIT SIMB, VIVE LIYEPLIMAL. HONTE A CES AVOCATS QUI CHERCHENT A SE FAIRE UN NOM EN SE SERVANT DES RESEAUX SOCIAUX

  4. Mr Simb and his crew are bunch of theives that manipulated the genuine crypto space we all know.
    He cease to pay withdrawals and uses peoples money to enrich him self and his families.
    One thing he has to know is that the cry of the people he has dupped and took their money through crypto fraud will hunt him till he dies.
    He is currently the CEO of The most fraudulent company that has ever existed before the end of time.

  5. l’Afrique périt à cause de ses enfants qui s’engagent auprès de ceux qui nous ont toujours maintenus en bas de l’échelle. Il est désormais temps- pour ceux qui le veulent- de prendre nos responsabilités et de nous ranger du côté des frères courageux comme Monsieur Simb Emile Parfait. Vive le limocoin et surtout soyons patients.

  6. Force à toi. Ils ne pourront que retarder le processus, si la vision doit aboutir elle aboutira quelque soit les freins et les embuches auxquels elle fera face.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une