A La UneÉducationSociété

Examens officiels 2021 au Cameroun : cuisant échec !

0
Les candidats au Baccalauréat série A et plusieurs enseignants sont indignés face aux épreuves notamment de Géographie et de Philosophie qui n’ont eu aucun rapport avec le programme dispensé pendant l’année

Après les scandales ayant émaillé les épreuves du Baccalauréat, ce sont les candidats du Probatoire et Bepc qui subissent cette fois les conséquences d’une piètre organisation.  

 

«Que se passe-t-il finalement cette année au ministère des enseignements secondaires et à l’Office national du baccalauréat du Cameroun ? Bon vent à nos enfants pour la suite !», s’interroge un enseignant dans un groupe Whatsapp, mercredi 24 juin 2021. Ce mercredi justement, troisième jour d’examen, les élèves du Probatoire série C et D passaient les épreuves de Chimie, Informatique et Physiques. Le drame qui suscite l’incompréhension c’est que pendant que certains candidats sur le territoire national rentraient chez eux à la fin de la journée, leurs camarades étaient encore sur les bancs malgré eux. «Au centre d’Eseka, pour leur 3e jour d’examen, les candidats ont été contraints de composer jusqu’à 21h ce mercredi en Chimie, en Informatique et en Physiques. La raison évoquée jusqu’ici est celle de l’absence des épreuves sur place à temps», renseigne un enseignant.

Lire aussi :Affaire Malicka : la face visible de l’iceberg

Des cas similaires se sont produits dans quelques sous-centres de Douala. «J’ai apporté un pull-over à mon petit frère de la série D hier à 20h, parce qu’il pleuvait. Et les candidats de la série C étaient encore en salle à 21h», confie Annette.

Lire aussi :Cameroun / Baccalauréat A 2021 : programmé pour échouer

«C’est la même chose avec ma nièce qui a composé le Bepc anglophone. Les épreuves qui étaient censées commencées à 8h ont été lancées à 15h. 20h, l’enfant n’était toujours pas rentrée. Quand sa mère est allée au centre d’examen, le gardien lui a dit que l’établissement est vide, qu’il n’y a que les enseignants. Il fallait imaginer le stress de tout le monde surtout que les téléphones sont interdits. Quand elle s’apprêtait à se rendre à la gendarmerie, l’enfant est arrivée. Il était 21h», raconte Christelle.

«En Géographie, on demande aux enfants d’analyser une carte, mais il n’y a pas de carte sur l’épreuve. Hier, les épreuves sont même arrivées à 9h, par Whatsapp au lycée bilingue de Nyalla. Le carton des épreuves est arrivé le matin. On ouvre le carton et on se rend compte qu’il est vide. On a appelé l’Obc et c’est ainsi qu’il a envoyé les épreuves par Whatsapp. Même mardi, c’est par Whatsapp que l’Obc a envoyé les épreuves», dénonce un autre enseignant à La Voix Du Koat.

«A Manjo les épreuves sont arrivées à 14h, quand nous avions déjà fini au lycée. Les élèves ont fini de composer à Manjo à 21h. L’eau va certainement couler puisque les enfants de la A ont été libérés à 12h dans certains centres. A Manjo, les enfants commençaient à 14h. Je ne sais pas si je vais corriger les bêtises pareilles. Si les épreuves arrivent à 14h à Manjo, elles arriveront par  Whatsapp à quelle heure à l’Est par exemple pour que le délégué départemental aille les imprimer?» poursuit la source.

Lire aussi :Raoul Lemopi Tsasse : Baccalauréat A 2021 : «On assiste à un génocide intellectuel»

Il y a quelques jours, ce sont les enseignants qui se joignaient à leurs élèves de Terminal pour dénoncer les épreuves notamment de Philosophie, Histoire-Géographie, Education à la citoyenneté et à la morale au Bac. Des épreuves qui ne couvraient même pas le programme à 10%. Des épreuves nulles «sur la forme et sur le fond», selon les enseignants. «J’ai essayé de faire un petit travail. Si on ajuste les notes comme on en a l’habitude lorsqu’une information malsaine a glissé dans une épreuve sans qu’on ne s’en rende compte, comment ça va se passer ? Vous avez la Philosophie (coef 4), l’Histoire (coef 2), les Mathématiques (coef2), l’Ecm (Coef 2). Ça fait en tout coefficient 10. Si on prend en compte les éléments querellés, on sera en train d’ajouter 94 points à chaque élève de Terminal littéraire, sans qu’on ait même commencé à corriger les copies. C’est l’équivalent de 3,75 de moyenne si mes calculs sont bons», expliquait à La Voix Du Koat, Raoul Lemopi Tsasse Secrétaire d’arrondissement Douala III du Syndicat national autonome de l’enseignement secondaire (Snaes), Pleg de philosophie au lycée bilingue de Nylon Brazzaville.

Dire que ce sont des diplômes au rabais que va délivrer l’Office du Baccalauréat du Cameroun à l’issue de ces examens 2021 est une lapalissade. «C’est une situation désastreuse que vit la communauté éducative cette année. Madame la ministre des Enseignements secondaires ne maîtrise et ne contrôle plus rien. Du coup, chacun avec son petit pouvoir fait ce qu’il veut sans rien prendre au sérieux. C’est de l’incompétence avérée», tempête un enseignant

Valgadine TONGA

LA VOIX DU KOAT

Affaire Malicka : la face visible de l’iceberg

Previous article

Lutte contre la vie chère : le combat d’Anolc

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une