A La UnePolitique

Grande criminalité : que peuvent les gouverneurs de régions ? 

0
La première conférence semestrielle des gouverneurs de région qui s’est ouverte ce lundi 14 juin à Yaoundé, s’articule prioritairement sur la situation sécuritaire du Cameroun

La première conférence semestrielle des gouverneurs de région qui s’est ouverte ce lundi 14 juin à Yaoundé, s’articule prioritairement sur la situation sécuritaire du Cameroun à quelques mois de la prochaine Coupe d’Afrique des nations « Can Total Energies 2021 ». 

 

C’est en présence du Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense, chargé de la Gendarmerie nationale et du Délégué général à la Sûreté nationale que les travaux se sont ouverts ce matin, sous la présidence du ministre de l’Administration territoriale Paul Atanga Nji.

Lire aussi :Raoul Lemopi Tsasse : Baccalauréat A 2021 : «On assiste à un génocide intellectuel»

Placé sous le thème « Décentralisation et ordre public », le conclave qui va durer deux jours  se tient « sur très hautes instructions de Son Excellence, monsieur Paul Biya, président de la République, Chef de l’Etat, Chef des Forces armées, qui a prescrit que les présentes assises soient prioritairement consacrées à l’évaluation de la situation sécuritaire du pays au moment où le Cameroun s’apprête à accueillir la grande fête du Football africain, la Can Total Energies 2021», a indiqué le Minat d’entrée de jeu. Occasion pour les patrons du Commandement de faire le point de la vie de la nation au cours des six derniers mois dans tous les aspects : sécuritaire, politique, économique, social et l’état d’esprit des populations.

Lire aussi :Insécurité : des brigands prennent en otage Douala

Défis importants 

Face aux guerres contre Boko Haram dans l’Extrême-Nord, la furia des sécessionnistes au Nord-Ouest et au Sud-Ouest, les attaques sporadiques des groupes armés rebelles au niveau des frontières avec le Tchad et la République centrafricaine (Rca), le grand banditisme et l’insécurité dans les villes avec le phénomène des « microbes » (bandes de jeunes agresseurs Ndlr) qui gagne du terrain à Douala, des rapts assortis de rançons dans les régions du Nord, l’Adamaoua et l’Ouest, le Minat préfère jouer la carte de l’assurance plutôt que d’entretenir la psychose. « Après analyses de vos différents rapports, je peux affirmer que la situation sécuritaire du pays est globalement sous contrôle, bien que des défis importants restent à relever », confie Atanga Nji.

Lire aussi :Insécurité à Douala : plusieurs ‘‘microbes’’ dans les mailles de la police 

Avant de transmettre à ses hôtes ainsi qu’à toutes les autorités administratives placées sous leurs ordres respectifs, les félicitations de Paul Biya « pour la qualité des mesures prises en vue d’assurer un encadrement sécuritaire sans faille de l’ensemble du processus électoral dans notre pays depuis 2018 ». Allusion faite dans la foulée à la mise en place des Conseils régionaux qui viennent, croit-il savoir, « parachever l’architecture institutionnelle et managériale de la décentralisation au Cameroun ».

Lire aussi :Insécurité à Douala : les victimes se désolidarisent du démenti du gouverneur 

Daniel NDING 

LA VOIX DU KOAT

Raoul Lemopi Tsasse : Baccalauréat A 2021 : «On assiste à un génocide intellectuel»

Previous article

Dr Nche Abegly Zama : le Camerounais qui veut gouverner la Pennsylvanie

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une