- Advertisement -spot_img
AccueilA La UneSénégal/ Indiscipline, amateurisme…le spectacle insipide de l’industrie musicale en Afrique

Sénégal/ Indiscipline, amateurisme…le spectacle insipide de l’industrie musicale en Afrique

- Advertisement -spot_img

La deuxième journée de la Semaine internationale du management artistique et culturel a permis aux acteurs de passer au crible, leurs failles et manquements.

Concerts annulés à la dernière minute, refus par l’artiste de jouer, spectacles sans public…que l’on soit en Afrique de l’Ouest ou en Afrique Centrale et même ailleurs, le constat demeure, quant à la production de spectacles de haute facture. Ce mardi 31 mai 2022, à la faveur de la deuxième journée de la Semaine internationale du management artistique et culturel qui se tient à Dakar au Sénégal, managers, agents d’artistes et producteurs de spectacles en Afrique ne sont pas allés du dos de la cuillère pour percer l’abcès.

Commissaire général du Salon de la Musique d’Abidjan (Sama), Guy Pacôme Somian ponctue que «la plus grosse difficulté c’est le manque de professionnalisme. Si on veut avoir du respect sur le plan politique et sociétal, il faudrait qu’on soit professionnel. Dans la chaîne de valeurs de l’industrie musicale, le maillon fort et en même temps faible c’est le manager parce que tout part de la vision que le manager a pour son artiste. En tant que entrepreneur culturel, nous devons savoir que nous sommes des entreprises et toute entreprise qui se respecte a une organisation, une comptabilité, un service juridique, un service marketing, publicité.» C’est cette carence en professionnalisme  qui fait qu’un «manager soit en train de faire jouer un artiste sans contrat. C’est inadmissible. C’est uniquement par manque de formation. C’est le manager qui doit accompagner l’artiste et lui dire qu’il faut un contrat, savoir s’il a un avocat, un comptable, si le lieu où l’artiste doit jouer répond aux normes», précise Daniel Gomez, président de l’Association des métiers de la musique. Qui poursuit : «Aujourd’hui on a de la peine à être compétitif. Le problème c’est que jusqu’à présent on est plus dans la recherche du buzz et je ne peux pas le comprendre dans le domaine de la musique. Le buzz c’est quelque chose de parasitaire dans la musique.»

Lire aussi :Managers africains et modèle économique : l’équation de la réussite 

Autre péché qui plombe le milieu du spectacle en Afrique, c’est l’éternel retard. «Nous devons respecter l’heure de nos évènements. Si c’est 19h, le concert doit commencer à 19h, même s’il n’y a pas de monde», renchérit Daniel Gomez.

La deuxième journée de la Semaine internationale du management artistique et culturel. Dakar-Sénégal.

Promoteur de l’agence de production évènementiel Rakhou Prod, Abdourahmane Diallo met le doigt sur un autre problème. «Je ne sais pas à quoi sert le ministre de la Culture au Sénégal. Je suis dans l’évènementiel depuis plus de 30 ans et le ministère ne m’a jamais aidé. Quand je fais ma demande il ne veut pas me suivre. Tout le temps dans ce pays, l’Etat accompagne les mêmes artistes et c’est injuste. Tu viens avec de grands artistes mondialement connus qui vont te remplir la salle, mais tu n’es pas soutenu parce que ta tête ne plaît pas. Le Sénégal c’est un pays très compliqué en matière de musique étrangère. C’est un risque

Lire aussi :Rendez-vous : le Festival des 18 Montagnes, welcome back ! 

Certes les acteurs du spectacle doivent faire montre d’autodiscipline, se structurer et se former, mais ça ne suffira pas pour résoudre l’épineux problème du sponsoring. «On a un gros problème de sponsor dans ce pays. L’artiste peut être bon, populaire, les sponsors s’en foutent. Ce qui les intéresse c’est de savoir qui produit l’évènement. J’ai quasiment fait jouer tous les artistes sénégalais en France, sans partenaire. J’investis beaucoup de millions dans les spectacles, parce que j’aime la musique», fustige Abdourahmane Diallo, dit Rakhou.

La Semaine internationale du management artistique et culturel est organisée par l’Association des managers et agents d’artistes du Sénégal (Amaa).

Valgadine TONGA

 

 

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Restez Connectés
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Coup De Cœur
- Advertisement -spot_img
Articles Similaires
- Advertisement -spot_img

LAISSEZ UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here