- Advertisement -spot_img
AccueilA La UneRaoul Lemopi Tsasse : «Nous allons vers l’école morte au Cameroun»

Raoul Lemopi Tsasse : «Nous allons vers l’école morte au Cameroun»

- Advertisement -spot_img

Secrétaire d’arrondissement Douala III du Syndicat national autonome de l’enseignement secondaire (Snaes), Pleg de philosophie au lycée bilingue de Nylon Brazzaville, Raoul Lemopi Tsasse est comme des centaines de ses collègues en grève. Dans cette interview qu’il a accordée à La Voix Du Koat ce lundi 28 février 2022, Raoul Lemopi Tsasse nous situe sur les motifs de la colère des enseignants du public, et leur grève qui touche déjà toutes les régions du Cameroun.

Secrétaire d’arrondissement Douala III du Syndicat national autonome de l’enseignement secondaire (Snaes), Pleg de philosophie au lycée bilingue de Nylon Brazzaville, Raoul Lemopi Tsasse revient sur les scandales qui ont émaillé l’examen du Baccalauréat 2021
Raoul Lemopi Tsasse.

LVDK : Où en est-on avec la grève des enseignants, déjà comment en est-on arrivé à la grève ?

La grève a commencé lundi le 21 février 2022. Le mouvement  ‘‘OTS’’ «On a Trop Supporté» a écrit une lettre au Président de la République pour lui faire part des difficultés que les enseignants rencontrent depuis plusieurs décennies. Dans la lettre, les enseignants ont présenté les pistes de solutions. Le 18 février 2022, le Président de la République a interpellé le Premier Ministre, à l’effet que ce dernier appelle les enseignants sur une table de concertations pour comprendre véritablement de quoi il est question.

LVDK : Il y avait justement eu une rencontre interministérielle à cet effet…

Le 18 février, le Secrétaire général des services du Premier Ministre, Magloire Fouda, était accompagné de la ministre des Enseignements secondaire Nalova Lyonga, du ministre de l’Enseignement supérieur Fame Ndongo, du ministre du Travail et de la Sécurité sociale Grégoire Owona, des représentants du ministère des Finances et du ministère de la Jeunesse. Ils ont eu à tabler sur les 16 réclamations formulées par les artificiers de l’OTS. Deux solutions ont été présentées aux représentants de l’OTS. Premièrement, la ministre des Enseignements secondaires a juré, la main sur le cœur que courant de la semaine du 21 février, elle va prendre toutes les dispositions pour payer les frais de participations aux examens 2020-2021 parce que ça faisait partie de l’une des réclamations. Deuxièmement, les représentants du ministre des Finances ont pris sur eux de procéder au phasage du paiement des 1/3 des salaires des enseignants. Il faut savoir que lorsqu’un enseignant sort de l’Ecole Normale Supérieure (Ens), il peut passer jusqu’à 10 ans sans être pris en solde. Une fois qu’il est pris en solde, il est payé aux 2/3. Il y a donc les 1/3 restants. Les représentants du ministre des Finances ont promis de procédé au paiement, mais de manière phasée. C’est-à-dire que  c’est par mois que l’Etat va solder.

Lire Aussi :https://lavoixdukoat.com/examens-officiels-2021-au-cameroun-cuisant-echec/

LVDK : Ces deux solutions n’ont pas été convaincantes  pour le mouvement On a Trop Supporté?

Les représentants de l’OTS ont jugé ces propositions de solutions comme du dilatoire. Ils n’ont pas vu une volonté réelle des pouvoirs publics d’apporter des solutions à leurs réclamations. Le samedi 19 février 2022, l’OTS a donc lancé le mot d’ordre de grève qui devait être effectif le lundi 21 février 2022. Elle devait durer trois jours, soit du 21 au 23 février 2022. Considérant le succès de la grève mais aussi et surtout le mutisme des pouvoirs publics, les représentants de l’OTS ont prolongé la grève pour les journées du jeudi et vendredi 25 février. On a cru que ce week-end le gouvernement pouvait sortir de son mutisme pour apporter des solutions. Rien n’a été fait. Le mot d’ordre a donc été reconduit, pour une durée de 5 jours ouvrables, soit du lundi 28 février au vendredi 4 mars.

LVDK : Parlez-nous de l’opération 20/20…

Secrétaire d’arrondissement Douala III du Syndicat national autonome de l’enseignement secondaire (Snaes), Pleg de philosophie au lycée bilingue de Nylon Brazzaville, Raoul Lemopi Tsasse est comme des centaines de ses collègues en grève. Dans cette interview qu’il a accordée à La Voix Du Koat ce lundi 28 février 2022, Raoul Lemopi Tsasse nous situe sur les motifs de la colère des enseignants du public, et leur grève qui touche déjà toutes les régions du Cameroun.
Opération 20/20

Les théoriciens de la grève n’ont pas officiellement annoncé l’opération 20/20. Il s’agit d’une frange de la population éducation qui pense que les enseignants devraient monter d’un cran, et lancer l’opération école morte.

LVDK : En quoi consiste l’opération «Ecole morte» ?

Ecole morte veut dire que plus aucun enseignant ne mettra ses pieds à l’école. Et pour les examens, chaque élève aura la note de 20/20. Ça veut dire que les actions vont aller crescendo, en se durcissant. Actuellement on est encore au niveau de la grève passive, c’est-à-dire que les enseignants arrivent normalement à l’école. Ils ont la liberté soit d’entrer dans les salles de classe échanger avec les élèves sur tout sauf de ce qui est en rapport avec l’enseignement. Soit ils restent dans la cour de récréation et discutent de leurs propres affaires. La règle étant qu’aucun enseignement ne soit dispensé.

Enseignants en grève dans le Grand Nord du Cameroun.

LVDK : L’année dernière, les enseignants ont dénoncé sans se faire entendre,  un tripatouillage massif des épreuves aux examens officiels. Cette année ce sont des grèves. Vous ne craignez pas pour le système éducatif camerounais à l’allure où vont les choses ?

Lire aussi : https://lavoixdukoat.com/raoul-lemopi-tsasse-baccalaureat-a-2021-on-assiste-a-un-genocide-intellectuel/

Nous avons vu pendant la Can, où se trouvent les priorités de notre gouvernement. On est dans la civilisation des loisirs. On a facilement débloqué 3000milliards Fcfa pour construire des stades qu’on n’a pas vus. On a vu comment on a utilisé la ligne 94 pour financer les activités parasitaires. Pourtant la priorité dans une République qui se respecte c’est le financement de l’école parce qu’il s’agit du socle pourvoyeur des ressources humaines dans tous les autres secteurs d’activités.

Enseignants en grève au lycée de Nylon.

Il est donc surprenant de constater que dans notre pays, l’école ne fasse pas partie des priorités, mais que les enseignants soient devenus les essuie-pieds de la République. Les enseignants ne revendiquent même pas l’augmentation des salaires, mais voudraient simplement qu’on leur restitue leurs droits. Le camp d’en face s’attendait à ce que les enseignants descendent dans la rue pour les humilier publiquement en envoyant sur eux les gendarmes. Les enseignants ont compris le jeu et ont décidé de faire leur grève dans les établissements scolaires.

Entretien avec Valgadine TONGA

 

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Restez Connectés
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Coup De Cœur
- Advertisement -spot_img
Articles Similaires
- Advertisement -spot_img

LAISSEZ UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here