A La UneSanté

Excellence Dafra : le duel des savoirs!

0
La compétition initiée par le laboratoire belge Dafra Pharma mettra aux prises les étudiants de la Faculté des Sciences de la Santé de l’Université de Buea
Etudiants de l'Université de Buea

La compétition initiée par le laboratoire belge Dafra Pharma mettra aux prises les étudiants de la Faculté des Sciences de la Santé de l’Université de Buea.

Promouvoir l’excellence au sein des étudiants. C’est le principal leitmotiv d’ ‘‘Excellence Dafra’’. Pour la 1ère édition de ce projet au Cameroun, le laboratoire belge Dafra Pharma qui porte le projet, a choisi d’implémenter la phase pilote à la Faculté des Sciences de la Santé (FSS) de l’Université de Buea. Le lancement ce vendredi 2 juillet 2021 du projet à la FSS a réuni étudiants, professeurs, autour du doyen et des responsables de Dafra Pharma.

 

Pour ce concours qui court du 2 au 16 juillet 2021, seuls les étudiants en médecine de la 4ème année à la 7ème année peuvent concourir. Ils devront soumettre leurs candidatures aux enseignants encadreurs pour le projet. Les 18 candidats retenus par le comité de sélection seront constitués en six groupes de trois. Trois groupes seront retenus pour la phase finale.

Lire aussi :Examens officiels 2021 au Cameroun : cuisant échec ! 

«Les étudiants vont faire des recherches sur les thèmes qui leur seront attribués et qu’ils présenteront en 15minutes devant le jury. Ils devront compétir sur les sujets portant sur la connaissance médicale et sur la culture générale. Les thèmes médicaux seront définis par les enseignants», explique le Directeur Cameroun de Dafra Pharma, François Guembu. Le concours s’organisera en deux catégories : la communication scientifique et le concours d’éloquence. «L’objectif c’est d’avoir de bons médecins qui pourront prendre en charge la population. L’importance de la catégorie de l’éloquence réside dans le fait que pour bien prendre en charge son malade, un bon médecin doit pouvoir communiquer, convaincre le patient pour qu’il adhère au traitement», poursuit-il.

La compétition initiée par le laboratoire belge Dafra Pharma mettra aux prises les étudiants de la Faculté des Sciences de la Santé de l’Université de Buea

Darius Dogo à gauche, Pr Halle-Ekane Edie Gregory.

Les vainqueurs verront leurs frais d’inscriptions pédagogiques payés, ils recevront des ordinateurs portables, des téléphones, entre autres. Les lauréats de la catégorie communication scientifique auront par exemple des bourses allant de 150.000 à 350.000 Fcfa.  «Le projet de Dafra Pharma est un privilège pour nous. Il va nous permettre d’améliorer notre système, nos efforts académiques et nos recherches. L’avantage avec Dafra Pharma est qu’ils nous apportent les expériences, les idées de ce qui se passent déjà dans leur secteur. Du coup, nous pouvons connaître les innovations dans le secteur de la recherche clinique. C’est une grâce pour nous. Je compte vraiment m’inscrire, même si je ne suis pas certain d’être retenu parce que pour le moment, la cible c’est les étudiants de la médecine générale. Moi je fais Master en Pathologie Chimique», soutient Yepmo Keune.

Lire aussi :Affaire Malicka : la face visible de l’iceberg

Directeur Afrique Centrale de Dafra Pharma, Darius Dogo confie qu’il s’agit d’un «projet pour promouvoir l’excellence. Il ne concerne pas que la Faculté de médecine. C’est la première édition au Cameroun. Nous avons bien voulu le faire à l’Université de Buea. Nous allons poursuivre avec d’autres éditions, qui ne se limiteront pas aux facultés de médecine, mais aussi aux écoles de formation des infirmiers, des sages-femmes, des pharmaciens et pourquoi pas des techniciens en laboratoire. C’est un projet qui promeut la culture de l’excellence

Lire aussi :Raoul Lemopi Tsasse : Baccalauréat A 2021 : «On assiste à un génocide intellectuel»

Le projet Excellence Dafra  est le fruit d’une longue collaboration entre le laboratoire pharmaceutique belge et l’Université de Douala. «Le partenariat pour moi c’est toujours quelque chose qui fait la différence. Tout le monde n’a pas la chance qu’on court vers lui. Quand tu as cette opportunité, il faut considérer que tu es béni. Pour moi chaque partenariat est important parce que c’est une plus-value. Le partenariat avec Dafra Pharma par exemple nous fait sortir de la routine. C’est le signe que la faculté grandit. Si on ne pesait pas lourd, Dafra n’allait pas venir vers nous», se réjouit le doyen de la FSS, Pr Edie Gregory Halle-Ekane.

Valgadine TONGA

LA VOIX DU KOAT

Train Express de Camrail : le retour du salut…

Previous article

Smid S.A : mise à mort enclenchée

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une