- Advertisement -spot_img
AccueilEnseignements secondaires : Les internats bientôt fermés au Cameroun
Array

Enseignements secondaires : Les internats bientôt fermés au Cameroun

- Advertisement -spot_img

Cette décision serait liée aux pratiques homosexuelles de plus en plus récurrentes  constatées au sein de ces pensionnats. (Enquête)

L’information n’est pas encore officielle mais elle est déjà connue de quelques hauts cadres du ministère de l’enseignement secondaire. A la délégation régionale pour le Littoral, le personnel n’en parle pas. Il refuse d’en dire un mot tant l’information n’est pas encore rendu public. Par contre, d’autres sources provenant des personnes  proches de ce département ministériel en charge de l’éducation secondaire confirment cette nouvelle mais de manière voilée. «A notre époque, on ne connaissait pas ce genre de choses», indique la mort dans l’âme, Marthe Mpoumié (nom d’emprunt), une enseignante à la retraite qui conserve encore quelques entrées dans ce ministère.

Cette décision serait liée aux pratiques homosexuelles de plus en plus récurrentes  constatées au sein de ces pensionnats
Dans un internat.

D’après cette éducatrice, la pratique de  l’homosexualité est de plus en plus récurrente dans les internats.  Beaucoup d’élèves s’illustrent régulièrement depuis un temps, dans ses établissements, par des comportements sexuels qui s’écartent des normes sociales. Pourtant, ces lieux étaient par le passé un cadre de redressement des élèves récalcitrants et indisciplinés. Et les résultats des enfants dans ces établissements étaient pour la plupart des cas satisfaisants. Raison pour laquelle beaucoup de parents y envoyaient leurs enfants.  Aujourd’hui,  le modernisme, avec ses tares qui entraînent l’absence de contrôle des parents sur leur progéniture  et les influences négatives extérieures, est, d’après notre interlocutrice, à l’origine de ces déviances et des nouvelles orientations sexuelles empruntées aujourd’hui par une partie de notre jeunesse.

Urgence

La décision de fermer ces pensionnats est donc issue de ce constat. Et le dossier, après étude, serait déjà transféré au Premier Ministre, Philémon Yang. La mesure serait en voie d’être appliquée à la prochaine rentrée scolaire. Car, selon certaines indiscrétions, il y a urgence de sauver une bonne partie de la jeunesse de ces pratiques déviantes  et d’épargner ainsi notre pays d’une possible déstructuration  future de son tissu social.

Cette décision serait liée aux pratiques homosexuelles de plus en plus récurrentes  constatées au sein de ces pensionnats
Philémon Yang

Une autre source du ministère de l’enseignement secondaire, tout en reconnaissant la présence de ce dossier, pense que l’application de cette décision serait techniquement impossible pour cette année scolaire compte tenu du temps assez courts (deux semaines de la rentrée) et des précautions à prendre par les établissements qui seront concernés par cette mesure mais qui ne sont jusque là pas encore signifiés mais auraient déjà, pour la plupart, commencé les inscriptions.

Car, cette mesure, au cas où elle serait mise en exécution, posera en même temps, un manque à gagner voire un tort à la trésorerie de ces lycées et collèges qui ont fait du pensionnat leur spécialité dans laquelle ils ont bâti leur réputation et y tirent une grande partie de leurs revenus. Déjà, les bâtiments qui servaient de dortoirs pour les élèves resteront désespérément vides. Ensuite, une partie du personnel qui avait en charge l’encadrement de ces internes et l’entretien de leur matériel sera forcément sans travail et mis en congé de fait, avec risque de se retrouver définitivement au chômage.

Contexte

« Ces dégâts sont minimes par rapport à la perdition et à la mauvaise orientation que sont en train de prendre nos enfants », rétorque une autre source ayant requis l’anonymat. En réimposant cependant un statut d’externe à tous ces établissements scolaires qui jusque là étaient sous régime interne ou cumulaient les deux, l’Etat remet ainsi aux parents le contrôle et l’éducation de leurs enfants et un regard permanent sur leurs agissements, nous indique-t-on du côté de la délégation régional de l’enseignement secondaire pour le Littoral.

En effet, beaucoup de parents  avaient pris l’habitude de confier l’éducation de leurs enfants à ces établissements pendant toute l’année venant juste les récupérer en fin d’année scolaire ou en période de vacances intermédiaires. Par conséquent, ils ne se donnaient plus de  peine à les rendre visite, ni toutefois se daigner à s’informer de l’évolution de leur comportement. Une sorte de  délaissement qui s’assimile un peu à de l’abandon, grosse brèche à toute sorte de déviance et  de perdition.

Aujourd’hui, si cette décision, bien que salutaire, arrivait à être prise, elle va certainement, eu égard au contexte et aux préalables cités plus haut qui n’ont pas été pris en compte, provoquer encore d’autres tensions dans le milieu de l’enseignement secondaire et surtout en zone anglophone où le système de pensionnat a encore pignon sur rue. Mais, le gouvernement saura-t-il faire la part des choses ?

Félix EPEE

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Restez Connectés
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Coup De Cœur
- Advertisement -spot_img

LAISSEZ UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Similaires
- Advertisement -spot_img