A La UneChroniqueSport

Can TotalEnergies Cameroun 2021 : presse privée, puisque vous ne servez à rien…démissionnez !

0

D’aucuns me diront après lecture de cette sortie : «Pourquoi en parles-tu ?… Ah, nous sommes habitués, c’est ça le pays». Et d’autres avec étonnement renchériront : «Ce n’est pas vrai. Ça ne peut pas être vrai. C’est très gros pour être vrai». Et pour commenter les commentaires, je vous dirai en paraphrasant Richard Bona : «Si on t’explique le Cameroun et tu comprends, c’est qu’on t’a mal expliqué».

J’en viens au fait. Le Chef de l’Etat a promis depuis 2018 à son peuple de lui offrir la meilleure Can qu’il puisse sucer. Le glissement de date de 2019 n’a pas ramolli la décision du président Paul Biya. Au contraire, il est resté plus que jamais droit et ferme dans sa parole. Parole d’Etat qui a mis certains dans tous leurs états. Ces Camerounais d’un autre genre, qui allumaient des sièges, menaient des débats, invoquaient Dieu pour que le Cameroun ne suce plus de Can. En face d’eux, il y avait d’autres Camerounais qui critiquaient la lenteur dans la construction des infrastructures ; qui notaient les points positifs et martelaient à la force de leurs plumes, sur les plateaux d’émissions, la tenue de la Can TotalEnergies 2021 sur la terre de Samuel Eto’o Fils.

Lire aussi :Elections à la Fécafoot / Samuel Eto’o : la preuve par 9 

Nous y sommes. Le coup d’envoi a été donné hier, 9 janvier 2022. Pour que cette 33ème édition concerne tout un chacun, un fonds a été alloué à des ministères. Le Chef de l’Etat a eu une pensée spéciale pour les organes de presse du privé, qui survivent au petit bonheur. Il a alloué 275 millions Fcfa pour la couverture de la Can et la promotion de l’image de marque du Cameroun. A l’issue des répartitions faites au ministère de la Communication le 31 décembre 2021, il ressort que la Crtv, aurait perçu, notez-le bien, «200 millions Fcfa ». La chaîne publique est la même qui perçoit toute seule jusqu’à ce jour la redevance audiovisuelle qui est payée par le contribuable camerounais. C’est encore elle qui se taille la grosse part dans les annonces publicitaires. Le 27 juillet 2021, le Japon offrait 725 millions de Fcfa à ce média, pour renforcer ses infrastructures. A l’occasion, le ministre de l’Economie Alamine Ousmane Mey déclarait que «la Crtv fait déjà un travail impressionnant et très apprécié, et doit davantage poursuivre ce travail avec en perspective l’organisation de la Can TotalEnergies 2021». Bien.

Lire aussi :Can Total Energies 2021 au Cameroun : le Mayo-Tsanaga dit merci ! 

Les médias du secteur privé considérés -à juste titre au vu du mépris qui leur est réservé- comme les petits journaux, ont reçu 31,4millions Fcfa dans cette grosse enveloppe. Bien évidemment ce n’était pas tous les médias du privé. Dans sa lettre au Président de la République, le Réseau des patrons de presse du Cameroun parle de 1,3millions Fcfa pour chaque télévision (Africa 24, Canal2, Equinoxe, DBS, Vision4, Dash Tv, Cam10, Afrique media, Bnews 1, Info TV). Les radios (Abk, Rts, Magic fm, Radio Balafon, Amplitude FM, Royale FM, Sweet FM, Kalak FM, Capitale FM, Nkoul Ongola) ont reçu chacune 800.000Fcfa. La Presse écrite papier (Mutations, The Guardian Post, Le Messager, La Nouvelle Expression, Info matin, L’œil du Sahel, The Post, Détective, Repères, Prospectives nouvelle, La Nouvelle) chacune 800.000Fcfa. Je vois déjà certains chercher la presse en ligne. Non ! Dans quel pays ? Le Cameroun ? Peut-être en 2035 on pourra compter. D’ici là, rongeons nos freins et laissons agir les influenceurs d’en haut.

«Si ce n’est pas la sorcellerie, comment on peut appeler ça ? La Crtv a déjà deux milliards de subvention pour une couverture efficiente de la CAN, le Chef de l’État donne 240 petits millions pour les petits journaux qui ont mouillé le maillot lorsque les ennemis de la Nation associés aux  mangeurs de jujube manœuvraient pour qu’on retire à notre pays, l’organisation de la CAN la plus sucrée jamais organisée en terre africaine, tu prends jusqu’à 200 millions que tu donnes encore à la Crtv», s’est lamenté un confrère.

Les Lions indomptables.

Lire aussi :Total Energies 2021 : la Caf  présente ‘Toghu’ 

Voilà donc le sort de la presse privée, -excluons la presse digitale qui n’a pas encore de sort- au Cameroun. Une presse en manque d’orgueil qui se contente des miettes. C’est devenu sa marque de fabrique, tel un chien affamé. Cette même presse qui doit mendier pour bénéficier des 200millions Fcfa ou 100millions Fcfa de l’appui institutionnel de l’Etat à la presse. Les conditions à remplir sont d’une humiliation que même d’en parler aux confrères de pays voisins est une honte personnelle. Il faut contracter de grosses dettes pour constituer son dossier, pour espérer à la fin, si le dossier est validé, 800.000Fcfa ou 1,5millionFcfa. Pourtant 100 milliards Fcfa ont bien été octroyés sans dossier aucun, au milliardaire Amougou Belinga, Pdg du groupe l’Anecdote par le ministre des Finances.

On a comme l’impression que nos ministres se sont donnés le mot, mener les Camerounais de frustrations en frustrations. Dans le secteur hôtelier, la frustration est aussi à son comble, avec des investisseurs qui sont aujourd’hui concurrencés non pas par le privé, mais par l’Etat. «Nous avons investi dans l’hôtellerie au Cameroun. Nous sommes un hôtel de référence qui, du fait du Covid et du terrorisme sommes à terre. Mais nous continuons à payer les impôts. En 2020, le Chef de l’Etat a alloué un fonds pour relever les hôtels frappés par le covid mais nous n’avons rien reçu jusqu’en 2022. Au lieu que l’Etat nous aide à nous relever, il construit plutôt ses hôtels pour nous faire concurrence. Un hôtel doit exister six mois selon les normes internationales, avant d’être officiellement inauguré, de recevoir des cahiers de charge, d’être classé 1, 2, 3…étoile. Ce n’est plus le cas au Cameroun. On crée un hôtel et directement on lui attribue les étoiles et on dit que c’est lui qui va abriter telle équipe, la Caf, telle cérémonie. C’est tellement déloyal», me confiait un opérateur économique reconnu dans le secteur de l’hôtellerie.

La Can aurait pu être sucrée pour tous les Camerounais, mais ce ne serait pas le Cameroun. Il fallait bien l’a rendre amer pour les plus ‘‘faibles’’. La rédaction de La Voix Du Koat suce cette amertume et préfère laisser la couverture de cet évènement continental, aux ‘‘grands’’ médias. Ça n’empêche que nous soutenions derrière nos écrans au bureau, nos valeureux Lions Indomptables. Faites valoir le ”hemlé”. Rugissez !

Lire aussi :Can Gabon 2017 : Le Cameroun Champion d’Afrique

Valgadine TONGA

LA VOIX DU KOAT

Afrique de l’Ouest : lâché par la Cedeao et l’Uemoa, le Mali ferme ses frontières

Previous article

Décentralisation : la Reine Clarisse Douala Bell faite officier d’état civil

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une