Programme scolaire : le satanisme introduit au programme camerounais

0

La classe de 5ème semble être un niveau d’éducation qui pose le plus de problème à la communauté éducative camerounaise depuis ces deux dernières années scolaires, avec des livres à polémique. L’année passée déjà, un livre inscrit au programme de Form 2 du système anglophone, titré Moving On fut retiré du programme au beau milieu de l’année scolaire. D’après le ministre des Enseignements secondaires d’alors, Jean Ernest Ngalle Bibehe, l’image d’un drapeau aux couleurs vert et blanc que contient ce livre est semblable à celui que les sécessionnistes anglophones exhibent pour réclamer une autonomie. Le document fut donc accusé de faire l’apologie du sécessionnisme et simplement retiré du programme.

ce livre-polémiste opte pour un style communicationnel occidentalo-centriste visant à reproduire les trajectoires des référentiels culturels de l'ailleurs. Le langage véhiculé autour de ces images de la zoophilie et de la perversion est fort osé et offusque la décence

Les pages en question déchirées par un parent d’élève.

Form 2 dans le système anglophone correspond à la classe de 5eme dans le système francophone, et cette année le livre de sciences inscrit au programme de cette classe fait encore l’objet d’une vive polémique après une semaine de classe pour l’année académique 2018/2019. A l’origine, un chapitre intitulé éducation à la sante, qui explique avec force de détails des pratiques sexuelles déviantes et donc les élèves devraient se méfier. Le vocabulaire est cru, les auteurs ne tournent pas autour du pot pour décrire ces pratiques caractéristiques des films pornographiques les plus obscènes et les plus pervers. La polémique enfle dès lors au sujet de la pertinence du sujet dans l’éducation de l’élève et de la nécessité de l’introduire au programme à ce niveau d’éducation, la classe de 5eme où l’âge de l’élève oscille entre 11 et 14 ans. Lire aussi Manuels scolaires : Maurice Kamto dénonce la promotion des dérives perverses

Rejet de l’opinion

Des débats dans les médias et les réseaux sociaux, il ressort une unanimité autour de la nécessité de traiter du sujet à un moment ou à un autre de la vie éducative, soit directement ou indirectement. Il est question de prévenir la jeunesse des dangers qui les guettent, la société étant de plus en plus perverties et des prédateurs sexuels sur enfants de plus en plus nombreux. Mais la question se pose de savoir si le Conseil national d’agrément du livre, mis sur pied par un décret du premier ministre le 23 novembre 2017,  a tenu compte d’un certain nombre de paramètres qui rentrent dans le processus éducatif, comme le timing, les cultures, les convictions religieuses et les bonnes mœurs, de la curiosité des enfants qui est vite aiguisée pour quelque chose qui leur est présentée sous forme d’interdit.

Les cultures camerounaises sont fatalement vouées à la disparition. Les nouvelles séries mettent l’accent sur les langues étrangères, alors qu’on s’attendait à revaloriser les langues locales

Pr. Nalova Lyonga Pauline Egbe, ministre de Enseignements secondaires.

La levée des boucliers est dès lors totale. Cette leçon est considérée comme de la publicité déguisée des pratiques sexuelles déviantes, la première action publicitaire étant de parler de l’objet, de l’homme ou du sujet, que ce soit en bien ou en mal, peu importe, il faut en parler. Ici on procède par la publicité par négation, qui consiste à dénigrer quelque chose pour justement attirer l’attention dessus et pousser le sujet à l’essayer. Au-delà des mœurs sociales qui sont attaquées, de la vertu qui est mis à mal, de la pudeur qui est atteinte, ce livre fait en plus entorse à une disposition de la Constitution, qui dans le préambule indique que « Nul ne peut être inquiété en raison de ses origines, de ses opinions ou croyances en matière religieuse, philosophique ou politique sous réserve du respect de l’ordre public et des bonnes mœurs.» Et là les personnes pieuses, et davantage les musulmanes sont fortement inquiétées dans leur croyance à travers le contenu de ce livre. On imagine mal comment un parent musulman se sent face à ce contenu, lui qui exige que le corps de la fille et de la femme soit complètement couvert par respect pour sa religion et par pudeur. Peut-il seulement lire ce passage avec ses enfants pour les aider à comprendre ?

Dans le décret du 23 novembre 2017  portant organisation du Conseil National d’Agrément des Manuels  Scolaires et des Matériels Didactiques, il est dit à l’article 14 alinéa 2 qu’ «en cas de changement majeur de circonstance politique ou sociale, l’atteinte aux institutions républicaines ou d’insuffisance avérée de la qualité scientifique d’un livre, d’un manuel scolaire ou d’un matériel didactique, constaté par le Conseil à l’initiative de toute personne intéressée, celui-ci peut prononcer le retrait dudit livre, manuel scolaire ou matériel didactique et procéder à son remplacement.»

La classe de 5ème semble être un niveau d’éducation qui pose le plus de problème à la communauté éducative camerounaise

L’innocence sacrifiée.

Idéologie satanique imposée d’ailleurs 

Doit-on alors retirer ce livre. Oui, répondent en cœur la plupart des personnes qui se sont  exprimées sur le sujet. Va-t-on le retirer alors ? Cela devient plus compliqué, simplement parce que le livre de l’école camerounaise reste sous la domination coloniale tant sur la forme que sur le fond. Des analyses font ressortir en effet que l’idée d’introduire ce type de leçons au programme  vient de plus loin qu’on ne le pense, conçue et expérimentée  dans les laboratoires des institutions internationales qui tiennent à imposer et systématiser les pratiques déviantes et les faire accepter comme normales, dans le cadre de l’idéologie du libéralisme qui a glissé au libidisme. Ces laboratoires expliquent, à l’issue d’une étude scientifique qui concluait que les cris d’un enfant violé et sodomisé étaient synonymes de jouissance et de manifestation de la satisfaction, que l’enfant a le droit de profiter de toutes les pulsions sexuelles de son corps dès le bas âge. Lire aussi Mœurs : La pénétration du système éducatif camerounais par un livre-polémiste: une Socio-critique de l’approche par compétence

Les gouvernements du tiers monde, les autorités locales ne sont en réalité que dans la phase opérationnelle, et comme ils restent dépendants de l’extérieur pour ce qui concerne leur système éducatif, ils n’ont d’autre  choix que de subir, liés qu’ils sont par des accords, des conventions et des chartes qu’ils ont signé et ratifiés, lesquels garantissent que certaines libertés et déviances soient protégées. Il reste simplement à la population du tiers monde et du Cameroun d’y opposer une résistance qui ne peut se manifester que dans la refonte totale du système éducatif pour le conformer aux réalités, cultures et coutumes locales. C’est ce que les pays comme la Chine, le Japon et autre puissances asiatiques ont compris depuis longtemps, en se fermant à la culture occidentale qu’ils avaient considérée comme destructrice de leurs identités et de leurs coutumes. Cette affaire en tout cas nous permet de bien comprendre pourquoi des extrémistes religieux ou autres au moyen Orient par exemple  se sont toujours opposés à l’éducation occidentale considérée comme satanique. Cela nous rappelle le discours de Al Qaida qui après les attentats du 11 septembre 2001 se réjouissait d’avoir atteint le cœur du satanisme. Dans ce contexte, il est légitime et logique de retirer purement et simplement ce livre du programme. Mais le faire serait un acte de défiance que le gouvernement devra avoir le courage de poser et surtout d’assumer. Va-t-on franchir ce cap, comme cela a déjà été le cas l’année dernière pour Moving Inde Form 2? That’s the question.

Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Ce type de campagne a causé des malformations et des infertilités chez nos filles en Afrique. Pour une fois, chers parents soyez plus exigeants, soyez plus regardants, ne laissez pas ce vaccin,
    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More