La start-up qui  a lancé officiellement ses activités ce mercredi 13 février à Douala offre un espace de travail des…
«Il faut que les autres copient cela», lance une utilisatrice des services internet au Cameroun, avant de conclure qu’en attendant,…
Le top management de la compagnie de téléphonie mobile a présenté aux hommes et femmes de médias son bilan de…
CHAÎNE YouTube LA VOIX DU KOAT
Play
Play
Play
Play
Play
Play
Play
Play
Play
Play
previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Shadow
Slider
CHRONIQUE
C'est au rythme des cantiques de méditation et des prières que la procession liée à la passion du Christ s'est déroulée ce Vendredi Saint. Des centaines de fidèles chrétiens
Toutes les motos en circulation au Cameroun sont importées d’Asie et arrivent dans les caisses. Les mécaniciens se chargent de les assembler dans les ateliers annexes des magasins, avant exposition et vente. En l’absence des chiffres actualisées, l’on peut déjà retenir qu’entre janvier et décembre 2012, le Cameroun a importé des motocycles d’une valeur de 9 milliards 305 millions, et les autres parties et accessoires de motocycles évaluées à 2 656 tonnes pour un montant de près de 2.5 milliards. La masse financière transférée à l’extérieur pour cela est incommensurable. Et pour enrichir qui ? Les usines chinoises qui connaissent un essor particulier depuis que la moto est devenue le moyen de transport prioritaire au Cameroun. Question simple : qu’est-ce qui empêche les opérateurs économiques de saisir cette occasion de l’invasion des motocycles pour mettre sur pied une ou des usines de fabrication des motos ?
La jeune et gracieuse chanteuse formée chez les Macase, tend à s’enfoncer, peut-être par suffisance, dans un créneau qui risque lui coûter les plumes. «Celle là, on l’a perdue même avant de l’avoir trouvée». Cette affirmation d’un opérateur culturel camerounais à l’adresse de Sandrine Nnanga
A côté des centimes additionnels communaux qui  constituent l’une des principales ressources des mairies, il y a leurs ressources propres, qu’il ne leur reste qu’à exploiter pour se mettre à l’abri du besoin. Financièrement parlant. Mais là encore les mairies font de piètres résultats d’années en années, et dans une ville comme Douala, capitale économique où foisonnent les activités imposables, la situation est simplement pathétique. Une fois de plus, les services de l’Etat sont accusés, notamment les impôts. En effet, d’après la loi du 15 décembre 2009 portant fiscalité
C’est ce qui ressort d’un café-débat ce jeudi 22 février 2017 entre des acteurs de la société civile, politiciens. «Gouvernance locale, décentralisation et
ILS ONT DIT…
L’expédition coloniale a vidé l’Afrique de près de 90% de ses objets de culte et d’adoration. Parmi ces objets, le Tangué du roi Lock Priso, exposé au Musée des Cinq continents à Munich. Pour des médias allemands, le silence assourdissant de la presse camerounaise, de ses universitaires et des Africains en général, ne plaident pas en faveur du retour des objets volés en Afrique. "En Europe, on n’entend pas beaucoup de voix venant d’Afrique sur ce sujet. J’ai eu à interroger des personnes en Afrique mais elles ne m’ont jamais répondu. C’est très difficile d’avoir des avis là-dessus pourtant je vous assure que le sujet fait des vagues en Allemagne. Plusieurs personnes veulent la restitution aux Africains de leurs objets de culte, mais le Musée de Munich, comme a dit le Prince Kum’a Ndumbe, refuse, prétextant qu’il n’a pas la légitimité pour faire cette demande. Le fait est que le Musée ne veut absolument rien rendre même si le gouvernement allemand est beaucoup plus ouvert sur la question. Le prince n’est pas aidé dans son action parce que le gouvernement camerounais ne fait aucune réclamation. Ça conforte le Musée. Les universitaires, les médias camerounais, les artistes et les Africains devraient prendre au sérieux cette problématique...
Me Akere Muna "Gardons-nous de faire de la Justice une histoire de ruse"
"Heureusement que je n'ai pas de coalition avec Kamto, sinon je serai comptable de sa déclaration faite au lendemain des élections. Dieu merci, nous ne l'avons pas fait. Nous sommes restés légalistes"