Education : l’enseignant, objet de tous les mépris au Cameroun

0

Ils subissent au quotidien des frustrations de toutes sortes, dans une société qui travaille à les reléguer au second plan. Même à l’occasion de la célébration de leur journée mondiale ils subissent des pressions humiliantes de l’administration.

La journée du 05 octobre de chaque année est consacrée dans le monde entier à l’enseignant, occasion pour ce corps de métier de mettre en valeur la profession, tout en rendant hommage à ceux qui la composent. Cette année 2019, la célébration est placée sous le thème « Les jeunes enseignants : l’avenir de la profession ». Le message conjoint de 5 organisations dont l’Unesco, l’Oit, l’Unicef, le Pnud Et l’Internationale de l’éducation, publié à cette occasion, dit ceci : En choisissant le thème “Jeunes enseignants : l’avenir de la profession”, nous reconnaissons combien il est important de réaffirmer la valeur de la mission accomplie par les enseignants. Nous encourageons les gouvernements à faire de l’enseignement une profession de premier choix pour les jeunes. Nous invitons également les syndicats d’enseignants, les employeurs du secteur privé, les directeurs d’école, les associations de parents et d’enseignants, Les comités d’administration des établissements, les responsables de l’éducation et les formateurs d’enseignants à partager leur savoir et leur expérience en vue de favoriser l’émergence d’un corps enseignant dynamique. Par-dessus tout, nous célébrons le dévouement des enseignants partout dans le monde, qui œuvrent chaque jour à faire en sorte qu’ “une éducation équitable, inclusive et de qualité” et des “possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous” deviennent une réalité universelle.”
Humiliation à la camerounaise
Cette question de l’avenir de la profession est plus qu’importante pour ce qui est du Cameroun, au regard du sort misérable réservé aux enseignants, et à travers eux au corps de métier. Le 19 septembre 2019, une enseignante de la classe du Cours élémentaire 2 à l’Ecole publique du Garage militaire de Bafoussam II, a été humiliée devant ses élèves et ses collègues, par un élément des forces armées camerounaises. Ce dernier qui ne tolérait pas que l’enseignante inflige une sanction à son enfant, l’a d’après le Syndicat national indépendant des Enseignants de Base, attrapé par les cheveux, lui a administré plusieurs gifles avant de cogner sa tête plusieurs fois sur le mur. Ce militaire ne serait pas d’ailleurs à son premier coup, ayant d’après le Syndicat agressé un enseignant du Cours moyen 2 l’année précédente dans la même école.
A Bafoussam toujours, la Coordination régionale du Syndicat national autonome des enseignants du secondaire, a envoyé le 30 septembre 2019 au Délégué régional des enseignements secondaires pour l’Ouest une lettre de protestation. Pour s’offusquer de ce que ce dernier a, dans une note de service datant du 23 septembre, imposé que les enseignants du département de la Mifi défilent le 5 octobre avec l’effigie du Chef de l’Etat. Le syndicat s’insurge ainsi contre ce qu’il appelle une instrumentalisation des enseignants à des fins politiques, au moment où ils ont plusieurs revendications formulées et non encore résolues.
Transformés en ouvriers des champs
L’autre humiliation des enseignants, et non des moindres, vient de la ville de Nkongsamba dans le département du Moungo, Région du Littoral. Le proviseur d’un lycée a signé un communiqué dans son établissement, dont il vaut mieux donner la teneur en entier : « Dans le cadre de la célébration de la Journée internationale des enseignants, tout le personnel administratif et tous les enseignants qui n’ont pas cours le jeudi 03 octobre 2019, sont conviés à la séance d’investissement humain qui aura lieu ce jeudi 03 octobre 2019 de 08h à 09h30mn, pour le nettoyage des alentours de la nouvelle sous-préfecture de l’arrondissement de Nkongsamba 2eme sise à côté de la mairie de Nkongsamba IIeme. La présence de tous est une nécessité de service. »
Face à ces agissements dénigrant à l’endroit du corps enseignant, on ne peut que marquer sa désolation, surtout que ces trois cas de violations proviennent des corps publics, qui non seulement se doivent solidarité mais aussi protection. Il faut le dire sans ambages, cette attitude doit être dénoncée avec la dernière énergie. L’enseignant n’est pas un chiffon pour laver les assiettes, il n’est pas une serpillère sur laquelle chacun doit essuyer ses pieds. Les professeurs des lycées, au-delà d’être des humains dont les droits sont garantis par les textes nationaux, les conventions et traités internationaux, sont au moins des titulaires des diplômes d’enseignement supérieur. Au nombre d’années et de niveau d’études comparable ils ne sont pas différents des sous-préfets, ce sont les écoles de formations dans lesquelles ils sont passés qui diffèrent. Imagine-t-on aussi le préfet en train de demander aux sous-préfets de son département d’aller faire l’investissement humain dans les alentours d’un lycée ?
Souffre-douleur
Pourquoi l’enseignant est-il devenu le souffre-douleur de tout le monde ?
Dans le privé il est sucé jusqu’à la dernière goute de sueur par des promoteurs d’établissement qui ne pensent qu’à s’enrichir avec des frais de scolarité hors de prix, mais qui ne peuvent lui assurer un salaire digne, une inscription à la Cnps et une assurance maladie. Dans le public il est frustré dans son administration, où les affectations et les nominations ne sont pas toujours équitables, ou après avoir passé 15 ans dans un établissement, on nomme au-dessus de lui des responsables sortis de l’école il y a deux ans. Il est frustré par la fonction publique, qui le tourne en bourrique pendant des années après la sortie de l’école pour régulariser son statut, il est frustré par le ministère des finances, où il doit faire le pied de grue, donner des pots de vins pour faire avancer son dossier et toucher son rappel, pendant ce temps son camarade de lycée qui est entré à l’Enam perçoit déjà un salaire étant à l’école, est intégré directement à la sortie et son solde régularisé.
Il est frustré par les parents d’élèves qui le menacent pour avoir osé parler à leurs enfants pour les redresser, il est insulté par ces élèves qui lui rappellent qu’il ne vaut rien comparé à leurs parents de magistrat, hommes d’affaires et autre. En plus de cela on veut faire d’eux les domestiques des sous-préfets. Ce n’est rien d’autre que du mépris, parce que le proviseur dispose d’autres moyens pour faire plaisir au sous-préfet. Dans les programmes scolaires il y a encore le travail manuel, il pouvait prendre des dispositions pour que des élèves fassent ce travail dans le cadre de ces cours. Cela aurait l’avantage d’habituer ces élèves ne serait-ce que pour une heure ou deux à l’environnement champêtre qu’ils évitent de plus en plus de nos jours.
Que l’on le reconnaisse ou pas, l’enseignant est un pilier essentiel de la société. Que tous ceux qui ont des positions dites privilégiées et qui aujourd’hui crachent sur ces derniers, se rappellent qu’ils sont tous passés entre les mains d’un enseignant. Mais il faut aussi se poser la question de savoir si l’enseignant autant méprisé dans la société, n’en est pas responsable quelque part. L’une des sagesses africaines est sans équivoque là-dessus, « c’est la patate qui a accepté qu’on la mange crue. »
Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More