Affaire Mida: Patrick Pen et Cie restent en garde-à-vue

0

Le recours en habeas corpus formulé par les avocats des prévenus a été rejeté ce jeudi, 24 mai 2018 par le juge d’instruction du Tribunal de grande instance du centre administratif du Mfoundi.

La décision a été prise après près de 3 heures de débat dans la salle d’audience. Des centaines de souscripteurs aux activités de la Mida massés depuis la matinée à l’extérieur du palais de Justice et réprimés par les forces de sécurité publique sont déçus par la sentence du juge et expriment leur courroux à la fin de l’audience. Des membres du collectif des souscripteurs de la Mission d’intégration et de développement pour l’Afrique (Mida) sont tous ulcérés par le rejet de la sollicitation de la comparution libre de Patrick Pen et de ses proches collaborateurs co-accusés. Et pour cause: le conseil de défense des prévenus formule, comme motif du recours déposé au Tribunal de grande instance du centre administratif du Mfoundi, «l’irrespect des règles de détention des administrateurs de la Mida». C’est le ras-le-bol chez certains séminaristes. «Depuis un mois que le promoteur de la Mida est incarcéré, on ne sait toujours pas pourquoi il est détenu. La garde-à-vue a été renouvelée plus d’une fois sans que l’on ne sache pourquoi. Nous nous préoccupons du règlement, dans de brefs délais, de cette affaire», fulmine l’un des membres du collectif des souscripteurs.

Le recours en habeas corpus formulé par les avocats des prévenus a été rejeté ce jeudi, 24 mai 2018 par le juge d'instruction du Tribunal de grande instance du centre administratif du Mfoundi.

Patrick Pen, Promoteur de la Mida.

De nombreux séminaristes sont justement inquiets de la lenteur des autorités gouvernementales quant au règlement de ce contentieux après la publication des deux communiqués de presse du porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary. Cette préoccupation est, en réalité, exprimée parce que la date du 26 mai 2018 était dûment prévue  pour la cérémonie de remise de leurs parchemins. Événement qui devait également être assorti, comme lors des précédentes cérémonies,  de l’octroi de leurs primes de participation. D’où l’expression de l’angoisse existentielle des souscripteurs excédés par les événements. «J’ai peur que l’État ne puisse pas respecter les délais prévus par la Mida puisque le recours formulé vient d’être rejeté. Or, c’est le 26 mai qu’on devait nous payer», s’inquiète un souscripteur.

Au terme d'une réunion de concertation présidée par Naseri Paul Bea le 11 mai 2018 dans la salle de conférences des services du gouverneur, le collectif des souscripteurs de la Mida est informé que le 14 mai

Cantine d’argent retrouvée au siège de Mida.

Des contingents d’agents de la police et de gendarmes mobilisés et postés à toutes les entrées du palais de justice ont, avant l’entame de l’audience, procédé à la perquisition des besaces des clients, des séminaristes et des Hommes de médias venus couvrir ce procès. La raison invoquée par les sbires étant celle de la probable l’organisation d’une manifestation publique en signe de soutien à Patrick Pen et Cie, incarcérés depuis le 16 avril 2018 dans les geôles du Groupement spécial d’opérations(Gso). Cette raison est battue en brèche par des souscripteurs. «Nous ne sommes pas venus soutenir notre promoteur et ses proches collaborateurs, mais nous sommes là pour attendre le verdict de cette affaire. Nous ne savons donc pas pourquoi certains médias annoncent que nous devons manifester au palais de justice», contrarie un séminariste qui rejette en bloc l’information de certaines de radios, selon quoi ils devaient faire une manifestation publique. «S’il n’y a pas de suite favorable dans cette affaire qui est inquiétante avant le 26 mai 2018, nous sommes morts», larmoie un jeune souscripteur ayant investi des millions de Fcfa sous la bannière des associations. Les avocats des prévenus ont un délai de cinq jours pour interjeter appel relativement à la requête rejetée par le juge d’instruction du Tribunal de grande instance du centre administratif du Mfoundi.

Serge Aimé BIKOI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Ce type de campagne a causé des malformations et des infertilités chez nos filles en Afrique. Pour une fois, chers parents soyez plus exigeants, soyez plus regardants, ne laissez pas ce vaccin,
    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More