A La UneDiplomatieÉconomie

Zone Cemac : fin des frais de roaming

0
Les autorités de régulation de télécommunication de la Communauté des Etats de l’Afrique centrale, viennent d’acter l’accord, ce 9 novembre 2021 à Douala.

Les autorités de régulation de télécommunication de la Communauté des Etats de l’Afrique centrale, viennent d’acter l’accord, ce 9 novembre 2021 à Douala.

Il aura fallu du temps. 12 ans exactement. C’est depuis 2009 que les experts des télécommunications de l’espace Cemac pensent aux voies et moyens pour une intégration numérique dans la sous-région et en Afrique. Il a fallu des conférences, des assisses, des débats, sous le sceau de la volonté des Chefs d’Etat de la Cemac, pour arriver à cette journée fatidique du lundi 9 novembre 2021.

Réunis à Douala, les experts  des télécommunications et les autorités de régulations de la zone Cemac, ont procédé à la signature du protocole d’accord sur la suppression des frais de roaming dans la sous-région. Selon, les experts, les frais d’itinérance constituent un frein au développement des communications pour les utilisateurs mobiles. Le coût exorbitant des frais de télécommunication lorsque l’abonné est en itinérance  amène les usagers à se tourner vers les services comme WhatSapp, Messenger… c’est-à-dire par exemple qu’un Gabonais en séjour au Cameroun et réciproquement, dépense énormément en crédit de communication quand il veut joindre ses proches dans son pays de résidence. Pour réduire ces coûts, le consommateur se résout à communiquer via les réseaux sociaux, explique Lin Mombo, président du conseil de régulation du Gabon.

Lire aussi :Redressement économique de la Cemac : En attendant l’engagement du Congo et de la Guinée équatoriale… 

«L’exigence de la présente concertation régionale s’inscrit dans l’optique d’une démarche collective de mise en œuvre effective du projet  de free roaming au profit tant des intervenants du secteur que des populations de la sous-région. Elle se justifie par les défis qui nous interpellent face au faible niveau des infrastructures  d’intégration physique et commerciale dans la zone Cemac», précise le président de la Commission de la Cemac, le Pr. Daniel Ona Ondo. Qui poursuit : «La réduction des taxes entraîne une augmentation de l’assiette fiscale et assure, à moyen terme, une neutralité de ces réformes en termes de revenus fiscaux pour les gouvernements. La réduction des taxes et redevance dans l’industrie mobile peut aussi favoriser l’inclusion numérique, le développement du secteur mobile, la croissance économique.»

Laxisme des autorités de régulation

La baisse du tarif d’itinérance intracommunautaire sera plus que jamais compensée par la hausse du volume des communications électroniques. Les experts de la sous-région soulignent d’ailleurs qu’il s’agit là d’un pari gagnant pour les opérateurs de téléphonie mobile. Mais ces opérateurs restent réfractaires à cette révolution qui pourtant a fait ses preuves en Afrique de l’Ouest et en Europe notamment.

Lire aussi :Exit la conférence des Chefs d’Etat de la Cemac : la Cellule de Suivi à pied d’œuvre

Ingénieur de télécommunication de métier et Représentant de l’Union Internationale des Télécommunications pour l’Afrique Centrale et Madagascar,  Jean-Jacques Massima Landji ne va pas du dos de la cuillère pour dénoncer le laxisme des autorités de régulation de télécommunication des pays de la Cemac. Comme il le martèle, «il subsiste toutefois certaines résistances auprès de certains opérateurs. L’indépendance qui a été souhaitée par les régulateurs est une indépendance d’action, budgétaire certes, mais aussi un pouvoir de délégation qui leur donne libre autorité pour gérer et mettre la pression sur les opérateurs exerçant dans tous les territoires de la communauté. Lorsqu’un régulateur n’arrive pas à ramener à l’ordre un opérateur qui n’applique pas les tarifs communautaires, c’est qu’il y a un problème. Vous avez les pleins pouvoirs. Une autorité ne se dilue pas. Une autorité détient une délégation du pouvoir de l’Etat pour faire exécuter les décisions communautaires.»

Passée l’étape de la signature de cet accord, les régulateurs doivent se pencher sur l’harmonisation des coûts d’appel dans la Cemac.

Valgadine TONGA

LA VOIX DU KOAT

Made in Cameroon : l’offensive des produits locaux

Previous article

Cancer du sein au Cameroun : le combat de Ngengeti Elite

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une