A La UneDiplomatieÉconomie

Relance économique : la Cemac s’engage

0
La 4ème session extraordinaire du Comité de pilotage du Programme des Réformes économiques et financières de la Cemac a posé les jalons de la nouvelle démarche sous-régionale à exécuter.

La 4ème session extraordinaire du Comité de pilotage du Programme des Réformes économiques et financières de la Cemac a posé les jalons de la nouvelle démarche sous-régionale à exécuter.

«Mise en œuvre des décisions et résolutions du Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de la Cemac du 18 août 2021». C’est autour de ce thème que les ministres d’Etat, des Finances, les premiers responsables des institutions communautaires et les partenaires financiers de l’espace Cemac se sont entretenus au siège de la Beac à Douala. La rencontre de ce vendredi 24 septembre 2021 était à la faveur de la 4ème session extraordinaire du Comité de pilotage du Programme des Réformes économiques et financières de la Cemac (Copil du Pref-Cemac).

Lire aussi :Exit la conférence des Chefs d’Etat de la Cemac : la Cellule de Suivi à pied d’œuvre

L’objectif de ce rendez-vous était d’adopter les mesures pratiques de mise en œuvre des 24 décisions et recommandations des Chefs d’Etat, lors de la conférence extraordinaire du 18 août 2021 à Yaoundé. Comme l’explique le Secrétaire Permanent du Pref-Cemac, Prof. Michel-Cyr Djiena Wembou : «Pour que les décisions soient exécutées, il faut non seulement qu’elles soient traduites en action, mais il faut aussi définir les critères de réalisation, les indicateurs de performances et décider du chronogramme, du délai et de aussi qui sera en charge de l’action. Désormais, toutes les 24 décisions sont traduites en action au niveau de la politique budgétaire, de la politique monétaire et du système financier ainsi qu’au niveau des reformes structurelles

Lire aussi :Zone Cemac : Une relance économique plombée par le covid-19

Que ce soit au sujet de la riposte au covid, de l’intégration physique des Etats de la sous-région, de l’intégration commerciale,  «nous sommes allés secteur par secteur pour évaluer nos faiblesses, nos forces, où est-ce qu’on peut créer de la richesse, mais voir aussi comment notre région peut capter un maximum de ressources internationales pour notre développement», rassure le Prof. Michel-Cyr Djiena Wembou.

Lire aussi :Dr Issa Doubragne : «La Cemac s’inscrit dans les financements des vaccins»

Il est attendu à l’issue de l’implémentation des actions de la matrice du Pref-Cemac, que la courbe de la croissance économique des pays membres soit on ne peut plus évolutive d’ici 2025. Aussi, «un fort redressement des comptes extérieurs avec une balance commerciale qui serait positive, un système financier plus résilient, des réformes structurelles abouties  qui donnent une place importante au développement du secteur privé et une intégration régionale plus renforcée en termes d’échanges des biens, des services et de mobilité des facteurs», annonce le ministre des Finances, du Budget et du Portefeuille public de la République du Congo, Rigobert Roger Andeley, par ailleurs président du Copil du Pref-Cemac. Qui réitère que toutes ces réformes structurelles seront appliquées dans les pays membres de «manière à concrétiser les objectifs poursuivis en matière de diversification et de transformation structurelle de nos économies».

Valgadine TONGA

LA VOIX DU KOAT

Corruption au Cameroun : le secteur du transport routier tient la palme d’or

Previous article

Nicole Mbou : «Nous sommes en train de mettre en œuvre notre plan de vaccination»

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une