ActualitéPolitique

Magistrature : “Nous avons la justice telle qu’elle est voulue par la presse”

0
C’est l’une des leçons à retenir des travaux de la session 2020 du Conseil supérieur de la magistrature, ouverte ce jour au palais de l’Unité et présidé par le Chef de l’Etat qui en a profité pour renouveler sa confiance à l’appareil judiciaire.

Le fantôme d’Etoudi en chair et en os ! L’image peut donner des frissons et des cauchemars à plus d’un, mais elle traduit parfaitement la réalité vécue pendant les travaux du Conseil supérieur de la magistrature ce lundi 10 août. C’est un Paul Biya débordant d’énergie et de fraîcheur qui s’est présenté à la salle du conseil du Palais de l’Unité. Sa seule présence à ces assises était déjà un cinglant démenti à tous ceux qui l’annonçaient sous assistance respiratoire dans son Mvomeka’a natal, incapable de diriger le pays. C’est aussi une preuve par 9 qu’il reste bel et bien le capitaine du bateau Cameroun que certaines langues lui ont fait le reproche d’avoir légué au ministre d’Etat Secrétaire général de la Présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh. Ce sont au total, seize autres membres du Conseil qui se sont réunis autour de l’homme Lion pour passer au scanner la magistrature au pays de Clément Atangana. Au menu des travaux, renseigne-t-on, des questions sur le fonctionnement de la justice, notamment l’intégration des auditeurs de justice et les nominations des magistrats.

Lire aussi :Magistrature : Paul Biya veut faire bouger les lignes

La réunion qui s’est tenue au lendemain du renouvellement de cette institution qui a consacré l’entrée, en son sein, de nouveaux membres titulaires et suppléants, ainsi que d’un nouveau secrétaire, été très attendue. Ladite session a été également marquée par l’intégration, dans le corps judiciaire, des auditeurs de justice de la section Common Law, récemment créée à l’Enam. « Ceux-ci, rappelle Paul Biya, sont issus du recrutement spécial des personnels judiciaires anglophones  afin d’appliquer, dans les ressorts des Cours d’Appel du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, cette innovation juridique ». Les travaux qui se sont tenus à huit clos ont aussi permis de procéder à l’intégration de jeunes auditeurs de justice de la 69e promotion 2015-2017, la 71e promotion 2016-2018 et la 102e promotion 2017-2019 sortis de l’Enam ; puis à la promotion et aux nominations des magistrats du Siège et ceux du Parquet ainsi que de la Chancellerie.

Les magistrats incompris

Que retenir donc de ces assises au cours desquelles beaucoup d’observateurs annonçaient un chamboulement au sein de l’appareil judiciaire ? Pas de Tsunami en perspective ; pas de chasse aux sorcières non plus. L’heure est au respect des Lois de la République et du véritable rôle à jouer des magistrats au sein de la société camerounaise. D’ailleurs, « la justice camerounaise est à la hauteur des attentes des Camerounais. Le seul problème que nous avons est que les magistrats ne sont pas toujours compris », a déclaré Laurent Esso, ministre d’Etat, ministre de la Justice Garde des Sceaux, et vice-président du Csm. Parce que, poursuit-il, « nous avons la justice telle qu’elle est voulue par la presse et la justice qui est la réalité du contenu des dossiers que le magistrat examine ».

Le Garde des Sceaux poursuit, « le magistrat juge sur la base d’un dossier », et soutient par ailleurs que la justice camerounaise n’est pas inféodée par l’exécutif. En rappel, le Conseil supérieur de la magistrature se réunit à la présidence de la République sur convocation du président de la République et sur un ordre du jour déterminé. Les travaux du Conseil supérieur de la magistrature se déroulent à huis clos. Tous ceux qui y participent sont tenus au secret professionnel. Par ailleurs, la mission générale du Csm est d’assister le président de la République sur toute question relative à l’indépendance de la magistrature.

Daniel NDING

 

LA VOIX DU KOAT

Accident mortel à l’Ouest : les sanctions de Ngalle Bibehe

Previous article

Décapitation des femmes dans le NoSo : Mila Assoute demande l’expulsion des Ong du Cameroun

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualité