A La UneÉconomie

Made in Cameroon : l’offensive des produits locaux

0
Made in Cameroon : l’offensive des produits locaux

La qualité et le packaging de ces produits s’améliorent au fil des temps.

«Quand je vois ce que sont capables de faire les producteurs camerounais, c’est vraiment hallucinant!», s’exclame un visiteur à la mini-foire exposition baptisée ‘‘Trajectoire, à la découverte des richesses du terroir’’. Ce dernier est impressionné par la variété et la qualité des produits proposés par les exposants à cette foire.

Dans cet espace réduit, tous les secteurs sont représentés. La cosmétique (huile de coco, huit de citron, des parfums made in Cameroon), l’agro-alimentaire, les vins et spiritueux, les liqueurs, whiskies, etc. Si la qualité de ces produits fait de plus en plus l’unanimité, le packaging qui constituait son tendon d’Achille, connait également une nette amélioration. L’emballage est séduisant, chatoyant.

Lire aussi :Douala Grand Mall : le Made in Cameroon en vitrine

Dans toute cette variété de produits, certains ne passent pas inaperçus ; ils  suscitent la curiosité des visiteurs. Il s’agit notamment du vin d’ananas ; le whisky à base de taro ; des saucissons de poissons. «Les saucissons de poissons sont faits à base de poissons d’eau douce et ceux que nous élevons dans nos étangs et des épices locaux. Il y a pour toutes les variétés. Parce qu’il y a les gens qui mangent uniquement les poissons à écailles d’autres pas. Ces saucissons sont disponibles dans les supermarchés et les enseignes de vente des produits made in Cameroon», explique Phalonne, chargée des affaires administratives et financières à la start-up Yeulah.

Lire aussi :Promotion du made in Africa : Klapeers dans l’offensive

«Ce sont des saucissons très appréciés, mais ils se plaignent qu’ils sont chers. 200 g de saucisson coûte 1500 Fcfa, 450 g à 3500 Fcfa. Nous les comprenons, le poisson est cher», justifie-t-elle. Pendant trois jours, du 5 au 7 novembre 2021, le made in Cameroon s’est donné à voir au cours de cette première édition de «trajectoire, à la découverte des richesses du terroir». Une initiative «que nous avons trouvée nécessaire d’organiser afin de rassembler tous les acteurs du made in Cameroon dans un même espace pour permettre aux visiteurs de découvrir l’ingéniosité et la créativité de ces acteurs locaux qui proposent des choses exceptionnelles pour améliorer notre quotidien», confie Jules Pharel Dongmo, promoteur de ce concept.

Blanchard BIHEL 

LA VOIX DU KOAT

Croissance : les femmes camerounaises à l’épreuve de la résilience économique

Previous article

Zone Cemac : fin des frais de roaming

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une