Sport

Harcèlement sexuel : Emmanuel Wakam mis ippon par l’Ufak

0
L’Union des fédérations africaines de Karaté a radié à vie le désormais ex président de la Fédération camerounaise de Karaté, ainsi que plusieurs de ses collaborateurs.
Emmanuel Wakam et Mesbahi Mohamed.

L’Union des fédérations africaines de Karaté a radié à vie le désormais ex président de la Fédération camerounaise de Karaté, ainsi que plusieurs de ses collaborateurs.

Emmanuel Bilal Wakam au tapis. Suite aux accusations en juillet 2020, de deux athlètes féminines d’atteintes aux mœurs, les enquêtes ordonnées par le ministre des Sports et de l’Education physique, avait amené ce dernier à suspendre jusqu’à nouvel ordre, Emmanuel Bilal Wakam de sa fonction de président de la Fédération camerounaise de Karaté. C’était le 7 août 2020. Le 7 octobre 2020, le Comité National Olympique et Sportif du Cameroun (CNOSC) a suspendu le président de la Fédération camerounaise de karaté pour une période de huit ans. Cette fois, l’instance continentale a assommé le coup de grâce.

Lire aussi:Affaire de harcèlement à la Fecakarate : Emmanuel Wakam suspendu

Dans sa décision du 4 novembre courant, l’Union des fédérations africaines de Karaté (Ufak) énonce les sanctions prises contre les responsables de la Fecakaraté, impliqués dans l’affaire de harcèlement sexuel par des athlètes camerounaises. A ce titre, Emmanuel Bilal Wakam, ancien président de la Fecakaraté, et Secrétaire général de l’Ufak écope d’une radiation à vie de l’Ufak. Il emporte dans sa chute ses comparses Jean Mbopda, le Directeur technique adjoint n°2 par ailleurs membre de la Commission d’arbitrage de l’Ufak ; Germain Désiré Ambani, entraîneur national adjoint junior ; Jean Francis Leduc Esse, entraîneur national principal junior.

Lire aussi :Fédération de Karaté : Lynda Raymonde dénonce la pratique des violences sexuelles

Huit membres impliqués dans cette affaire de harcèlement des athlètes s’en sortent avec huit ans de suspension, c’est-à-dire pour 2 olympiades (2021-2024 ; 2025-2028). Il s’agit de Christian Ndougsa Atsa, Athlète de l’équipe national senior ; Marie Martine Ngo Sim II, entraîneur national Senior Dames ; Paul Evehe Mbembe, 1er-Vice président de la Fecakaraté ; Jeff Bassilekin, arbitre ; Maurice Edouma, membre ; Junior Edouma, membre ; Jean-Jacques Aurélien Tieck A Zong, entraîneur du club Sanama ; Oscar Tchoffo, entraîneur National Senior, membre de la commission technique de l’Ufak. Secrétaire général de la Fecakaraté et Secrétaire général de la Commission d’organisation de l’Ufak, Bertin Dongmo s’en tire avec un blâme.  Les présidents des fédérations nationales africaines de karaté sont priés de «prendre en considération» ces décisions, martèle le président de l’Ufak, Mesbahi Mohamed Tahar.

Valgadine TONGA

LA VOIX DU KOAT

Football professionnel : Le général Pierre Semengue sans galons

Previous article

Guerre Fécafoot-Lfpc : Qu’espérer de l’arbitrage de la Fifa ?

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Sport