Société

Gestion de la ville de Douala : le Maire appelle à l’implication des chefs traditionnels

0
Gestion de la ville de Douala : le Maire appelle à l’implication des chefs traditionnels

Le Dr. Roger Mbassa Ndinè, Maire de la ville, a convié les gardiens de la tradition à une rencontre pour panser les plaies qui minent la ville.  

«La ville est large et la mairie ne peut pas tout faire seule.» Cette affirmation du Dr. Roger Mbassa Ndinè était plus qu’une ritournelle lors des échanges avec les chefs Sawa et ceux des différentes communautés vivant. Lors des travaux de mercredi 28 octobre 2020 à la Salle des Fêtes d’Akwa à Douala, le premier magistrat de ville de Douala au regard de ce constat a émis le vœu de voir les gardiens de la tradition, proches des populations, s’impliquer davantage dans la gestion de la ville pour lui rendre ses lettres noblesse.

Lire aussi :Insécurité à Douala : Deido élimine les microbes

La gestion participative sollicitée par le maire concerne plusieurs axes : la préservation du patrimoine urbain, l’hygiène et salubrité et la sécurité dont la ville a souffert depuis quelques temps avec le phénomène de gangs nommés microbes. Pour cela, Dr. Roger Mbassa Ndinè suggère la mise en place des comités de vigilance pour protéger le patrimoine régulièrement vandalisé, et les comtés de sécurité pour aider les forces de l’ordre à combattre les microbes et le grand banditisme. Ainsi que ceux d’hygiène et de salubrité déjà opérationnels dans certains quartiers de la ville. «Nous pensons que si les comités sont fonctionnels, nous aurons les caniveaux, les routes et les drains propres», déclare le maire.

Lire aussi:Inondations à Douala : Dr Mbassa Ndinè menace de sévir

Roger Mbassa Ndinè prévoit donner le mandat et les moyens à ces comités pour traquer ceux qui vandalisent les équipements urbains et contribuent à l’obstruction des drains. Le premier magistrat  de la ville envisage des amendes à tout contrevenant dont la grille sera bientôt mise à la disposition du public. «A casseur, payeur !», précise-t-il.

«C’est un moment important pour nous. L’initiative du maire de la ville est intéressante. On revient à la culture de l’essentiel, celle de la citoyenneté participative. La ville s’est développée sans que les maires ne soient impliqués. C’est bien de leur donner leur place, d’établir les responsabilités», soutient Sa Majesté Jean Yves Eboumbou Manga Bell, Roi du Canton Bell.

Chef de la communauté Bamoun à Douala, Njoya Mboubouo Inoussa suggère que la mairie associe  les entreprises  pollueuses qui fabriquent les déchets plastiques.

Félix EPEE

 

LA VOIX DU KOAT

Spiritueux : Naked Grouse, la force de la simplicité

Previous article

Action sociale : l’honorable Fandja Gabriel célèbre les Bayam-Sellam

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Société