A La UneDiplomatieInternational

France Médias Monde : Le Mali dit non au mariage forcé

0
This photograph taken on April 9, 2019, shows the logos of live news channel France 24 and Radio France Internationale (RFI) at Issy-les-Moulineaux, near Paris. (Photo by KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

La Haute Autorité de la Communication du Mali a récemment retiré définitivement RFI et France 24 des bouquets du pays. Pour le groupe France Médias Monde, ce divorce est non avenu.    

«Si ça t’énerve saute, cale en l’air», dit une chanson très populaire au Cameroun. Le 25 avril 2022, la Haute Autorité de la Communication (HAC) du Mali a pris une décision, plongeant France Médias Monde dans le tourment et le déni. Le Magistrat Fodié Traoré, Président de la HAC a décidé que : «l’autorisation d’établissement et d’exploitation du service de Radio Internationale, au Mali accordée à France Médias Monde par la Convention n°055/HAC-Mali/2018 du 11 juin 2018 est définitivement retirée.» Par conséquent, les chaines RFI et France 24 sont définitivement retirées des bouquets de tous les distributeurs de programmes audiovisuels, des plateformes et sites des organes de médias en ligne et des opérateurs de téléphonie mobile.

Lire aussi :Afrique de l’Ouest : lâché par la Cedeao et l’Uemoa, le Mali ferme ses frontières

France Médias Monde, la maison-mère de RFI et France 24, «proteste vivement contre cette décision» qu’elle considère «infondée et arbitraire et fait savoir son intention d’utiliser toutes les voies de recours possibles.» Telle la rupture du cordon ombilical sans l’avis du nourrisson, France Médias Monde (FMM) dit non à cette «coupure brutale» et surtout «unilatérale». Plusieurs vont bien évidemment opposer à FMM la situation des médias russes Sputnik et Russia Today. Qui certainement n’avaient pas été consultés avant d’être interdits et chassés dans toute l’Union Européenne, privant les Européens de leur droit de s’informer librement. Que ce soit sur Youtube ou même sur leurs propres sites, des émissions ont été censurées. Ces médias russes n’ont pas pour autant joué les vierges effarouchées, libre à eux. Ils n’ont pas versé dans les lamentations, soit. Ils ont tout simplement plié bagages, parce que n’étant pas sur leur territoire. A la décharge de FMM, à chacun ses problèmes.

Lire aussi :Mali : «Après avoir libéré la France, les Français ont demandé aux Américains de partir. Est-ce que Américains se sont mis à insulter les Français?»

La chèvre broute là où elle est attachée et c’est en Afrique, au Mali que FMM a choisi de brouter. L’herbe y est plus verte qu’en France. Pourquoi France 24 et Radio France Internationale laisseraient leur amour malien pour verser dans les préoccupations futiles des Gilets jaunes. Ces Français qui osent réclamer la sortie immédiate de la France du traité de l’Atlantique Nord (Otan), l’interdiction d’engager l’armée française dans des guerres d’agression, l’affaiblissement de l’influence des laboratoires pharmaceutiques, le rapatriement immédiat de tous les soldats français, la cessation des pillages et des ingérences politiques et militaires en Afrique, la sortir de la France du l’Union Européenne, la réécriture d’une Constitution pour le peuple et par le peuple, l’augmentation du Smig, la baisse des coûts de loyer, l’accessibilité des médias aux citoyens avec la garantie de la liberté d’opinion, la fin du monopole et du copinage médiatico-politique… Tout ceci, c’est de la gnognotte.

Lire aussi :Accord militaire Cameroun-Russie : Twitter, le mur des lamentations de Tibor Nagy 

On a beau s’appeler France 24 et Radio France Internationale, les problèmes franco-français ne nous intéressent guère. Certains diront que l’Afrique et ce Mali teigneux sont notre fonds de commerce. Nous rétorquons que c’est de l’amour. Nous aimons le Mali comme un chien aime son os. Nous aimons le Mali plus que les Maliens. Les Maliens ne savent pas l’action salvatrice voire messianique que nous menons pour le rachat de leur humanité.

Lire aussi :Mali : l’ambassadeur de France Joël Meyer chassé du pays 

Disons-le nous, dans un couple, quand un conjoint se sent trahi et abusé, quand il n’y a plus d’entente, il faut divorcer pour garder le peu d’estime que l’on a encore de l’autre. La vie est courte pour s’accrocher à une relation toxique. Surtout que l’amour véritable attend souvent quelque part au banc. Les Français ont peut-être grand besoin de l’amour et de la dévotion de France 24 et de RFI plus que le Mali. Les Maliens et l’Etat malien via la Haute autorité de communication ont pris leur décision. Le mariage forcé est un crime. Et puis de toutes façons, quel média africain peut s’implanter de force en France, si même RT France et Sputnik ont été dégagés ? Tu ne veux pas de moi chez toi, je me casse. Alors…

Valgadine TONGA

LA VOIX DU KOAT

Média : à l’école de la spécialisation

Previous article

Sud-Ouest Cameroun : le nouvel évêque de Mamfe prie pour la paix dans la Manyu

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une