Culture

Festival Quartier Sud 2020 : au rythme du covid 19

0
Festival Quartier Sud 2020 : au rythme du covid 19

Le rendez-vous culturel se tient du 28 au 31 octobre 2020 à Douala avec de nombreuses restrictions occasionnées par la pandémie.

La 10èmeédition du Festival Quartier Sud s’ouvre demain mercredi 28 octobre  à Douala. Plusieurs artistes dans leurs différents domaines d’expression se produiront pendant trois jours de festivités. Avec en première ligne  les contes au programme de lancement. Un choix réaliste, symbolisant l’oralité, marque identitaire du Festival selon Serge Epoh, l’un des promoteurs de l’événement. Slam, musiques, danses et performances,…seront aussi à  l’honneur.

Malheureusement, pour le public, tous les spectacles affichent complet. Plus de places disponibles. En effet, pandémie du covid 19 oblige, l’événement, d’habitude courue, a connu de nombreuses restrictions. Le nombre de places en salle a été revu à la baisse par les organisateurs dans le souci du respect des mesures barrières. «L’Institut français qui accueille toutes les prestations de cette édition, ne nous accorde que 50 places par spectacle. Vous comprenez que tout le monde n’aura pas la chance d’assister à notre événement en salle », souligne Serge Epoh.

Néanmoins, pour ne pas léser une partie du public, les organisateurs ont prévu relayer digitalement l’événement sur certaines plateformes indiquées. « Nous avons prévu diffuser en direct tous nos spectacles sur la page Facebook du Quartier Sud ainsi que sur celle de l’IFC de Douala, notre partenaire, où le public peut suivre en direct le festival», précise  Serge Epoh.

Lire aussi :Festival Quartier Sud 2018 : un top départ en Fa majeur

Adieu le stade Marion

L’événement a connu également une restriction budgétaire due au contexte difficile lié au Coronavirus et à l’éternelle absence d’annonceurs. Une situation qui a amené les organisateurs  à faire un évènement taillé à la mesure des moyens disponibles. Pour répondre à cette exigence, le site du stade Marion qui accueillait une partie des prestations a été supprimé. Uniquement maintenu le site de l’IFC de Douala. «Vous êtes sans ignorer que nous sortons d’un long confinement pendant lequel la majorité des membres du Quartier Sud qui financent encore ce festival de leurs propres poches n’ont pas eu de rentrées », indique notre interlocuteur.

Une décision qui pourrait sans doute créer les grincements de dents du côté de la Cité Sic où les populations s’étaient déjà familiarisées à ce Festival. Mais cette mesure serait-elle provisoire où définitive? L’un des conteurs maison, percussionniste et une des pièces maitresse dans l’organisation de Quartier Sud n’a pas pu nous répondre avec exactitude. « Même la plus belle femme du monde ne peut offrir que ce qu’elle a. Nous ne sommes que des musiciens. Nous ne sommes pas des organisateurs de spectacles. Si le public de la Cité Sic et les élites de ce quartier ont vu notre importance et souhaitent nous voir revenir, ils n’ont qu’à s’organiser. Nous sommes ouverts à toutes les propositions», indique Serge Epoh. Et d’ajouter à l’adresse des annonceurs toujours rébarbatifs : «Nous faisons ce que nous savons faire, jouer de la musique. A d’autres de faire leur travail. Nous ne courons plus derrière les gens. Nous voulions juste montrer de quoi nous sommes capables. Et nous l’avions fait de nos propres moyens pendant dix ans. Ceux qui trouveront que ce que nous faisons les intéresse, ils viendront nous voir.»

Lire aussi :Brice Wassy : «J’ai reçu une fessée souveraine»

Félix EPEE

LA VOIX DU KOAT

Brice Wassy : «J’ai reçu une fessée souveraine»

Previous article

Taxe sur le téléphone / Pr Alaka Alaka : «Le réseau Françafrique s’est levé pour Orange Cameroun»

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Culture