A La UneSociété

Droits de l’homme : les fonctionnaires du Littoral à l’école

0
Les causeries éducatives qui ont cours ce mardi 23 novembre 2021 à Douala sont organisées par la Commission des droits de l’homme du Cameroun
Commission des droits de l'homme du Cameroun

Les causeries éducatives qui ont cours ce mardi 23 novembre 2021 à Douala sont organisées par la Commission des droits de l’homme du Cameroun.

«Lorsqu’on parle des droits de l’homme, on s’adresse d’abord à l’Etat en tant que autorité établie. La commission des droits de l’homme du Cameroun a reçu mandat public pour la promotion, la protection des droits de l’homme et la prévention de la torture dans les lieux de détention. En tant que détenteur de ce mandat public, il était important pour la Commission de former les officiels, les représentants de toutes les administrations. Il est important que ceux qui représentent l’Etat soient les modèles en matière de prévention de la torture», dixit Denis Nkwebo, membre de la Commission des droits de l’homme du Cameroun, Cdhc. On comprend mieux les causeries éducatives que la Commission a lancées sur toute l’étendue du territoire, et qui courent du 23 au 15 décembre 2021.

Lire aussi : Protection de l’enfance au Cameroun : le viol à la côte en famille

Lesdites causeries sur les droits de l’homme ont pour cibles les membres du personnel des services du gouverneur et des délégations régionales des administrations publiques. La région du Littoral ouvre le bal ce mardi 23 novembre 2021. «Les fonctionnaires venant des diverses administrations du Littoral vont s’imprégner de notre mandat et ils vont s’engager à promouvoir, protéger les droits de l’homme et prévenir la torture dans les lieux de détention. Les participants viennent des diverses administrations de la région. Vous avez le personnel de l’administration pénitentiaire, un haut responsable de la police…», précise Dénis Nkwebo.

Maîtriser les notions essentielles des droits l’homme devient une gageure, comme le martèle le Vice-président du Cdhc, Raphael Galega Gana : «Ne pas connaître et ne pas promouvoir les droits de l’homme, c’est renoncer à nos prérogatives à protéger notre dignité humaine. Ayant à l’esprit les efforts que vous déployez au quotidien en vue de la protection des personnes et des biens, je reste convaincu que le présent atelier participera de manière significative à l’amélioration du bien-être des populations et du respect de leurs droits

Lire aussi :Droits de l’homme : les premiers pas de la Commission dans le Littoral

Ces causeries sont financées par l’Union européenne dans le cadre de son Projet d’amélioration des conditions d’exercices des libertés publiques au Cameroun (Pacel). Chef des Affaires administratives et juridiques des Services du gouverneur du Littoral, Zenabou Bakary souligne que «les libertés publiques sont une pierre angulaire. C’est pourquoi nous soutenus le projet Pacel mise en œuvre par la Cdhc, qui vise à renforcer la collaboration entre la Commission et les administrations publiques et les organisations de la société civile. Je saisis cette occasion pour réaffirmer notre engagement à vous apporter tout le soutien nécessaire».

Valgadine TONGA

LA VOIX DU KOAT

Opportunité : Mtn Cameroon fait gagner des terrains à ses clients

Previous article

Can Total Energies Cameroun : la presse se bouscule

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une