A La UneCulture

Douala : le Roi Din Dika Akwa III à jamais !

0
Le Roi du canton Akwa a rejoint ses ancêtres aux aurores de mardi 8 décembre 2020 à l’hôpital général de Douala. Sa Majesté Din Dika Akwa III

Le Roi du canton Akwa a rejoint ses ancêtres aux aurores de mardi 8 décembre 2020 à l’hôpital général de Douala. Sa Majesté Din Dika Akwa III a vu passé 76 années (né le 31 juillet 1944), mais la santé chancelante qui jouait avec lui depuis quelques années a finalement eu raison de lui. Il se retire du trône des Bonambela après 19 ans de règne. Selon des initiés, il y a eu des signes annonciateurs du départ d’un baobab, notamment «une avalanche de chouettes au niveau du centenaire, de vents violents».

L’information tombe au moment où la liste  des chefs supérieurs du Wouri que conduisait le roi vient d’être déclarée vainqueur aux élections régionales. Le vice-président du Ngondo ne pourra pas siéger au tout nouveau Conseil  Régional et faire profiter sa sagesse et sa tempérance au reste des membres de sa région.

Lire aussi :Ngondo : Sa Majesté Douala Manga Bell prend les rênes

Le Roi Din Dika Akwa III a été le président en exercice du Ngondo en 2011, 2012 et 2013. Des mandats pendant lesquels les activités avaient pour socle la paix. Il disparait à quelques jours du Ngondo, dont il se préparait à prendre la présidence en 2021 compte tenu du système de gestion rotative en pratique dans cette Assemblée traditionnelle qui donne droit à chaque communauté membre d’en assurer la destinée pendant deux ans.

Banquier de formation, de nature très pondéré, Charles David Din Dicka AKWA issue des Bonadika, famille régnante de Bonambela (Akwa) est intronisé 11ème  roi des Akwa  le 27 octobre 2001 au cours d’une cérémonie faste qui a eu lieu sur les berges du Wouri après plusieurs années de vacances suite au décès de  son prédécesseur Ernest Ntonè Ebongué Akwa.

Parmi les actions ayant imprégné le règne du Roi Din Dika Akwa III, le grand hommage qu’il avait initié en pour le centenaire du décès du King Dika Mpondo Akwa, de décembre 2016 à décembre 2017 à Douala. Exposition, conférence internationale, carnaval, tragi-comédie musicale, animations, concert…prévus à l’occasion célébraient le signataire plénipotentiaire du Traité germano-camerounais du 12 juillet 1884.

Lire aussi :Devoir de mémoire : Sur les traces du King Dika Mpondo Akwa

Pour la petite histoire, King Dika Mpondo Akwa, avait ratifié ledit traité. Les autres Rois étaient des témoins. A travers le traité, les rois et chefs «du territoire nommé Cameroun» cédaient la souveraineté, la législation et l’administration de leur territoire à la firme allemande Woermann et Johannes Voss. La population devait garder ses terrains et les emplacements sur lesquels se trouvaient les villages. Hélas ! Les Allemands foutent au pied leur alliance et expulsent les habitants de leurs terres. Le King Dika Mpondo Akwa qui «prend la tête de la résistance va passer le restant de sa vie à combattre héroïquement contre les injustices faites à son peuple. Envoyé en exil à Campo, il meurt le 6 décembre 1916. Son fils, le Prince héritier Ludwig Mpondo Dika Akwa est fusillé en 1914. Cet hommage vise à honorer la mémoire de King Dika Mpondo Akwa et éclairer l’opinion nationale et internationale sur la valeur héroïque de son combat ; contribuer à une meilleure connaissance de l’histoire du Cameroun ; contribuer à l’émergence d’une mémoire africaine», expliquait  à la presse le Roi Din Dika Akwa III, descendant de King Dika Mpondo Akwa.

Le Roi n’est plus. Vive le Roi !

Félix EPEE et Valgadine TONGA

LA VOIX DU KOAT

Tribune Libre -Cameroun/France : Qu’attendre d’un gamin qui prend plaisir entre des cuisses fripées?

Previous article

Douala/New-Bell : Un incendie criminel fait cinq morts

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une