A La UneSociété

Décentralisation : la Reine Clarisse Douala Bell faite officier d’état civil

0
L’épouse du Roi du canton Bell a prêté serment ce mercredi 12 janvier 2022 comme officier du centre secondaire d’état civil d’Essengue, dans la région du Littoral.

L’épouse du Roi du canton Bell a prêté serment ce mercredi 12 janvier 2022 comme officier du centre secondaire d’état civil d’Essengue, dans la région du Littoral.

Constater les naissances et en rédiger les actes, recevoir les reconnaissances d’enfants naturels et en dresser acte, célébrer les mariages et en dresser acte, constater les décès et en dresser acte, tenir les registres d’état civil…sont les devoirs de l’officier d’état civil camerounais. Le bras droit bien levé, la reine Ekwe Endale Clarisse, épouse Douala Bell, a juré sur l’honneur ce mercredi 12 janvier 2022 de remplir toutes les missions inhérentes à sa nouvelle fonction d’officier d’état civil.

La prestation de serment de l’épouse du Roi du canton Bell, situé dans l’arrondissement de Douala 1er, a réuni un grand monde dans la salle des audiences du tribunal de Première Instance de Bonanjo. L’officier d’état civil a prêté serment avec à ses côtés, sa secrétaire d’état civil, Moutoume Edimo Epse Kedi Vania. Elles ont été nommées par arrêté du 29 septembre 2021 du ministre de la Décentralisation et du Développement local (Minddevel). Née le 1er mai 1987 à Douala, Clarisse Douala Bell qui a travaillé à l’hôpital Laquintinie grâce son diplôme de secrétaire médical, a certainement, et surtout été nommée pour ses valeurs humaines, sa proximité avec sa population, ses nombreuses œuvres caritatives à travers la Grefc-Md et ses initiatives personnelles en tant que Reine-mère du canton.

Lire aussi :Distinction : la Reine Clarisse Douala Bell honorée

L’officier et sa secrétaire ont été invités par la présidente du tribunal de Première Instance de Bonanjo, Dibobe Epoupa Nicole Epse Eyango, à ne pas se muer en officier véreux qui vendent leurs signatures ; célèbrent des mariages à huis clos sans publication des bancs, ce qui fait le lit de la bigamie ; recevoir des actes de naissances hors délais…

L’une des particularités d’Essengue c’est que plus de la moitié des habitants sont Nordistes. Riverain du village, Idrissou affirme que «nous n’avons pas vraiment besoin d’actes de mariage à Essengue, parce que les musulmans ne signent pas d’acte de mariage. Nous ne connaissons pas ces affaires-là. Pour les actes de naissance par contre, nous en avons besoin parce que pour les musulmans, ça ne sert à rien. Je sais aujourd’hui que c’est important, même si je n’ai pas d’acte de naissance. Il va falloir une grande sensibilisation pour que le message passe dans la communauté.»

Lire aussi :Hon. Douvaouissa Aissa : «Au Nord, quand bien même l’enfant naît dans un ménage, il n’est pas reconnu par le père»

L’officier d’état civil a conscience de ce combat qui l’attend. «C’est une mission très importante parce qu’elle concerne l’état civil du Cameroun. Il s’agit de la vie d’un être humain. Ma première mission dans ce beau village est de sensibiliser et inviter toute la population à venir établir chacun son acte de naissance. C’est une mission d’Etat mais plus encore, une mission divine. Je suis disponible à vous recevoir ici, de lundi à vendredi pour l’établissement de vos actes de naissance, la célébration de vos mariages et malheureusement, l’établissement des actes de décès. J’ai reçu la mission de servir la population d’Essengue, je suis là pour vous», a martelé l’officier d’état civil.

L’épouse du Roi du canton Bell a prêté serment ce mercredi 12 janvier 2022 comme officier du centre secondaire d’état civil d’Essengue, dans la région du Littoral.

Inauguration du Centre secondaire d’état civil d’Essengue.

La reine Clarisse Douala Bell est le tout premier officier du centre secondaire d’état civil d’Essengue. Ledit centre a été créé par arrêté du Minddevel du 17 septembre 2021, avec pour socle l’alinéa 2 de l’article 10 de l’Ordonnance n° 81 – 02 du 29 juin 1981 portant organisation de l’état civil. Cet alinéa dispose : «Il peut être créé par acte réglementaire un ou plusieurs centres spéciaux d’état civil dans une commune lorsque l’étendue de celle-ci, la densité de sa population ou les difficultés de communication le justifient.»

La cérémonie d’installation de l’officier d’état civil et de sa secrétaire, a été donc l’occasion d’inaugurer le centre secondaire d’état civil d’Essengue. Elles pourront compter sur le Bureau national d’état civil du Cameroun, le maire de la commune de Douala 1er et le Minddevel dans l’accomplissement de leurs missions.

Valgadine TONGA

LA VOIX DU KOAT

Can TotalEnergies Cameroun 2021 : presse privée, puisque vous ne servez à rien…démissionnez !

Previous article

Entreprises : l’Etat nigérian va rembourser les arriérés de Shelter Afrique

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une