A La UneSociété

Coupures intempestives d’électricité : c’est reparti !

0
Les quartiers de Douala ploient depuis quelques jours sous le joug des coupures à longue durée. Les consommateurs s’en remettent à Dieu. Sonatrel est muette comme une tombe. Eneo s’explique.

Les quartiers de Douala ploient depuis quelques jours sous le joug des coupures à longue durée. Les consommateurs s’en remettent à Dieu.

«Depuis quelques temps je marche avec mes appareils et leurs chargeurs. Au bureau, ils sont toujours en charge quand il y a l’électricité. Pareil à la maison, parce qu’on ne sait jamais quand Eneo va frapper. Je dois être prêt.» Comme Denis, les habitants de la capitale économique Douala rivalisent de subterfuges pour économiser autant que faire ce peu, la batterie de leurs appareils, pour moins se ronger les pousses au moment du délestage. Elle peut survenir de nuit comme de jour, et s’étendre sur une longue durée. «Quand Eneo coupe le courant chez nous à Bonakouamouang, c’est pour une durée minimale de 5h. Si la coupure intervient en journée, il n’y aura plus de travail. Si c’est le soir, la chaleur combinée aux moustiques vous oblige à passer une nuit blanche. Le plus choquant c’est que personne ne nous explique ce qui se passe», peste Malongo.

Lire aussi :Estimation des factures par Eneo : depuis quand dure la fraude?

Le retour de ces coupures cadre avec la fin du Championnat d’Afrique des nations en terre camerounaise.  Simple coïncidence ? Eneo Cameroon explique à dans une note interne que les coupures sont conséquentes à une série d’incidents sur le réseau de transport. En clair, le problème est intervenu au niveau de la Société nationale de transport de l’électricité (Sonatrel), société qui fournit l’électricité à Eneo, qui à son tour la distribue aux consommateurs.

Lire aussi :Total Chan 2020 : Narcisse Mouelle Kombi refait le match…

«Le service électrique a été fortement perturbé sur les territoires desservis par le Réseau Interconnecté Sud à la suite d’un effondrement de ce réseau de transport survenu le lundi 25 janvier 2021 à 11 :00. Cet effondrement a été causé par une succession de déclenchements (arrêts) des lignes de transport Songloulou-Logbaba et Mangombé-Logbaba. Les multiples essais infructueux de reprise des lignes en défaut orchestrés par le gestionnaire du réseau de transport (Sonatrel, Ndlr) ont eu pour conséquence de créer des dysfonctionnements dans les centrales de production entrainant un retard dans la reprise de service et un déficit de production à Songloulou dans la soirée du 25 janvier 2021», argumente Eneo Cameroon. Qui ajoute : «Après la clôture de l’incident majeur (effondrement) du 25 janvier 2020, plusieurs nouveaux déclenchements ont été enregistrés sur le réseau de transport et ont continué d’affecter le service dans les régions alimentées par le Réseau interconnecté Sud. Un nouvel effondrement du réseau a eu lieu le 28 janvier 2021 à 12:30 suite à des incidents sur les mêmes lignes Songloulou-Logbaba et Songloulou-Mangombe. L’origine de ces incidents fugitifs n’a toujours pas été identifiée par les équipes du gestionnaire de Réseau de Transport.»

Autant de raisons qui expliquent pourquoi le service demeure fragile «du fait d’une instabilité certaine du réseau de transport.» En plus des effondrements, des points chauds sont enregistrés dans les postes de Bassa et de Ngousso. Eneo Cameroon a programmé pour février, après le Chan, les travaux de réparation sur les équipements endommagés le 25 janvier 2021. «En dehors de quelques pannes sur le réseau de transport d’électricité (Sonatrel) ayant affecté de grands territoires, les incidents sont enregistrés sur le réseau de distribution d’Eneo affectant des zones isolées (bloc dans un quartier, quartiers où villages). En moyenne, Au plus 4% des 12000 localités desservies par le système électrique sont concernées par des coupures chaque jour. Les équipes travaillent à réparer les pannes et à reprendre en alimentation les quartiers où villages affectés au fur et à mesure qu’elles sont tenues au courant», précise la société.

Ces incidents ne relèvent pas de l’ordre de l’inédit, encore moins le silence désarçonnant de Sonatrel. Sonatrel ne se gêne pas pour bien informer le consommateur. Qui attend avec résignation le retour de l’électricité pour s’écrier «merci Seigneur !»

Valgadine TONGA

 

 

LA VOIX DU KOAT

Total Chan 2020 : Narcisse Mouelle Kombi refait le match…

Previous article

Grefc-Md : l’heure du bilan

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une