- Advertisement -spot_img
AccueilA La UneChronique culturelle de NEW : l'exposition d'objets d'art volés

Chronique culturelle de NEW : l’exposition d’objets d’art volés

- Advertisement -spot_img

J’ai du mal à rester silencieux face à ce qui me semble être une incurie de plus de la part de certains pays occidentaux, en rapport avec les œuvres et objets d’art pillés sur le sol africain. Ils ont fait de ces agrégats mémoriels et esthétiques, qu’ils ont pillé leur propriété et ils rechignent à les restituer à leurs propriétaires légitimes. Un peu comme si des collections d’art, propriété de Juifs, pillées durant la seconde guerre mondiale par les nazis et autres, étaient empêchés de retourner à leurs propriétaires légitimes, sous quelque prétexte que ce soit. Je ne vendrais pas chère la peau d’un tel pestiféré qui serait oint de l’ignominie suprême, d’être qualifié d’antimachin…

Lire aussi :Chronique culturelle de NEW /L’utilisation d’œuvres existantes : plagiat, interprétations enregistrées…sur quel pied danser ? 

Tandis que ces gens narguent les Africains en se refusant de leur restituer leur patrimoine culturel et historique, à grand renfort d’arguties tous aussi nauséeux les uns que les autres, ils se livrent à l’exposition publiques de l’objet du vol et pillage, dans leurs institutions muséales. Ainsi, en Allemagne, le Musée Humboldt de Berlin, est en train d’exposer des œuvres et objets d’art, patrimoine culturel originaire du Cameroun, pillés durant la triste période de colonisation allemande, 1884 à 1914. Des objets d’une valeur esthétique exceptionnelle, mais bien plus, à la charge mémorielle extraordinaire. Des objets détournés de leur fonction première, patrimoniale, cultuelle, pour certaines, rattachés aux communautés ethniques dans lesquelles ils ont été forgés, qui en sont les vrais dépositaires.

Lire aussi :Art nègre : vers un retour à l’authenticité négro-africaine 

Ils disent que nous n’avons pas d’espace aménagés pour leur conservation et mis en valeur. Alors cela justifie-t-il leur non restitution ? Encore moins, leur exposition loin du socle culturel communautaire d’où ils ont été arrachés. Ils les exposent chez eux et se font du beurre avec, les vendent ou s’en servent comme bien spéculatifs sur lesquels des enchères mirobolants sont engagés. Le seul loisir qu’ils accordent aux héritiers de ce patrimoine culturel exceptionnel est de les voir en vitrine ou dans leurs espaces à eux, qui leur sont consacrés, pour ceux qui ont la chance de l’exil, si ce n’est de se contenter de photographies circulant dans la presse écrite et audiovisuelle ou dans les réseaux sociaux.

Lire aussi :Vol de la Mémoire : aidé par l’inertie des Africains, l’Allemagne refuse toute restitution 

Alors moralité : est-il seulement concevable qu’on permette à un voleur d’exposer le produit de son vol, aux nez et à la barbe de ceux qu’il a dépouillés?

NGAMBI Élie Walter aka NEW

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Restez Connectés
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Coup De Cœur
- Advertisement -spot_img

LAISSEZ UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Similaires
- Advertisement -spot_img
error: Content is protected !!