- Advertisement -spot_img
AccueilA La UneCharlotte Dipanda : tel que je suis…

Charlotte Dipanda : tel que je suis…

- Advertisement -spot_img

Le nouvel album de Charlotte Dipanda présente une artiste mûre qui s’assume et se dévoile.

Dans une robe bleue à la taille marquée donc le tissu fin laisse entrevoir les joues de la poitrine rangée dans un soutien noir ; les rastas relâchés qui se versent sur les épaules, Charlotte Dipanda est confortablement assise dans son fauteuil vert pour se raconter. CD, titre de son cinquième album est une autobiographie en chanson de l’artiste. Voilà pourquoi il a été baptisé tout simplement CD, Charlotte Dipanda. «Cette pochette montre vraiment qui je suis. Je m’assume un peu plus maintenant. La transparence de la robe sur la pochette, avec un cycliste en bas veut dire que je suis ce que je suis. C’est à prendre ou à laisser», explique Charlotte Dipanda face à la presse à Douala le 13 mai 2021. C’était à l’occasion de la présentation de sa dernière livraison musicale.

CD, titre de son cinquième album est une autobiographie en chanson de l’artiste. Voilà pourquoi il a été baptisé tout simplement CD, Charlotte Dipanda.

CD est un album de dix titres. Comme avec les quatre derniers albums, Charlotte magnifie l’amour sauf que cette fois, c’est personnel. De ‘‘Father’’, à  ‘‘Madiba’’ en passant par ‘‘L’Ombre d’une Autre’’, ‘‘Quand tu n’es pas là’’, ‘‘Mama’’, ‘‘Ndolo Na’’, ‘‘L’appel’’, ‘‘Nos Cahiers’’…l’amour entremêlé de mélancolie et de douleur propage ses effluves. Petite Charlotte est devenue grande. C’est une femme pleine d’assurance qui peut désormais s’ouvrir au monde, aspirer les sonorités d’ailleurs. C’est un album éclectique où on danse sur du Zook, de la Rumba, du Ngono, du Rnb. «Vous m’avez déjà labélisé, accepté au Cameroun. Maintenant que je suis grande, que vous m’avez prêté les ailes, il faut que je puisse les déployer là où le vent m’emmène», souligne l’artiste.

Lire aussi :Olivier Tshimanga : «Trace est en train de déformer la musique africaine»

«Elle est sortie de sa zone de confort, de la case de la musique épurée où on veut l’enfermer… Je travaille avec elle depuis son premier album. Elle a essayé de toucher à d’autres sonorités cette fois. C’est quelqu’un qui n’a pas peur d’oser, d’essayer. Elle a pris ce risque et c’est ça un artiste. Ce qui m’a beaucoup touché dans cet album, c’est la qualité artistique. Il y a aussi  les arrangements, les mélodies et surtout le mix parce que tu peux faire un très bel album, de très beaux morceaux mais si le mix passe à côté, tu as tout perdu», confesse à La Voix Du Koat le musicien Congolais Olivier Tshimanga. Qui accompagne Charlotte à la guitare acoustique, notamment sur le titre bien enlevé ‘‘Ndolo Na’’.

Et la voix ? Elle a pris, une fois de plus du grave. Charlotte d’hier n’est pas la même de CD. Le coffre vocal a davantage gagné en maturité, en pureté, en éclat. La puissance et la douceur sont d’un alliage qui régale. Signe que l’artiste ne se repose pas sur ses lauriers. Ça s’entend que ça bosse dur. Charlotte est comme libérée. Aujourd’hui elle peut se raconter en toute confiance. «Il y a cinq ans, explique Charlotte, je ne suis pas sûre que j’aurai eu le courage d’aborder cette problématique, pas parce qu’elle n’existait pas, mais parce que je ne l’avais pas encore expérimentée. Souvent dans la vie, vous avez un ami qui perd un membre de sa famille. Vous le consolez, mais je vous assure que c’est seulement lorsque nous-mêmes nous traversons ce deuil que nous comprenons vraiment ce que notre ami a vécu. Aujourd’hui, je suis plus apte, plus à même d’aborder certains sujets parce que je les ai traversés dans ma chair, dans mon corps

Lire aussi :Blick Bassy : la voix des esprits!

Charlotte a aussi connu le chagrin d’amour. Elle le raconte dans ‘‘Cœur en Cage’’ avec Singuila. Avant toute chose, ponctue Charlotte, «Singuila et moi ne sommes pas amoureux bien évidemment. Ça doit être clair». Mais ‘‘Cœur en Cage’’ «c’est l’espoir que j’ai mis en la vision de la relation parfaite que j’ai, même si je me sers un peu de Singuila qui a apporté sa part en tant que mec dans la chanson. J’ai écrit cette chanson au moment où je sortais d’une déception amoureuse. J’ai voulu garder le côté positif de cette déception, en disant que j’ai tellement d’amour à donner, il manque juste la personne.»

Si Charlotte porte très bien le duala en chanson, ‘‘Nos Cahiers’’ est l’exception qui nous prouve qu’elle peut toucher les cœurs sur du français. Derrière la mélancolie de ‘‘Nos Cahiers’’, on ne se lasse pas, même après plusieurs écoutes. C’est une merveille pour les oreilles qui renvoie chacun dans son adolescence. Le texte mérite de paraître dans un livre au programme éducatif.

Lire aussi :Dr. Sylvain Nkom : «Les gens qui aiment le Cameroun ne peuvent pas pondre une chose pareille»

Mixé et masterisé par Vincent Forgue, arrangé et réalisé par Guy Nsangué, CD est sorti le 26 février dernier.

Valgadine TONGA

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Restez Connectés
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Coup De Cœur
- Advertisement -spot_img

LAISSEZ UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Similaires
- Advertisement -spot_img