Université de Yaoundé I : un enseignant expulsé et persécuté par les autorités académiques

0

Dr. Fridolin Nke a été expulsé des salles de cours et des amphis le 2 juillet 2018 à l’université de Yaoundé I. Selon cet enseignant-assistant au département de Philosophie de la Faculté des Arts, Lettres et Sciences humaines (F.A.L.S.H), cet acte des autorités académiques viole la décision du tribunal de première instance du  Centre administratif du Mfoundi du 20 juin 2017. La justice lui a, pourtant, donné gain de cause, en lui permettant de reprendre service. Retour sur les contours de cette affaire!

La justice lui a, pourtant, donné gain de cause, en lui permettant de reprendre service. Retour sur les contours de cette affaire

Fridolin Nke.

 C’est un rebondissement de l’affaire opposant Dr. Fridolin Nke au chef de département, par ailleurs Doyen de la Faculté des Arts, lettres et sciences humaines de l’Université de Yaoundé I. En début de semaine, l’enseignant-assistant a été expulsé des salles de cours et amphis par ses collègues alors qu’une décision de justice avait été rendue au tribunal le 20 juin 2018. En effet, la sentence du juge au tribunal de première instance du Centre administratif du Mfoundi sanctionnait alors la reprise de service de F. Nke. A la question de savoir pourquoi cet universitaire est victime de l’expulsion des salles de cours de l’université de Yaoundé I  le 2 juillet 2018, le spécialiste des questions d’éthique et d’épistémologie répond: «Je constate simplement qu’ils refusent d’appliquer l’arrêt de la Cour Suprême. Bien évidemment, j’ai eu gain de cause au niveau du tribunal administratif de Mendong. Au niveau de la cour suprême, on a débouté le ministre de l’Enseignement supérieur. On m’a  donné raison. On a demandé qu’on applique l’ordonnance qui m’autorise à retourner à l’université».

L’enseignant de Philosophie avait été accusé en mars 2016, un an après son recrutement comme assistant par les autorités académiques, de «viol, de harcèlement sexuel et de manquement à l’éthique professionnelle». Toute chose qu’il bat en brèche  et qu’il considère comme une cabale ourdie contre lui. Après avoir intenté un procès contre ses pourfendeurs et, a fortiori, contre le chef de département de Philosophie, le recteur de l’Université de Yaoundé I et le ministre de l’Enseignement supérieur, la décision de justice lui a été favorable. «Ils ont monté une personne que je connais, une certaine Ngo Hagbe. Elle m’avait appelé pour me dire que le chef de département lui a demandé de rédiger une plainte pour viol et harcèlement. Tous ces éléments sont au niveau de la justice. Mon propre chef de département ne voulait pas me voir. Donc, ils ont orchestré un ensemble de choses», relate, la mine ulcérée, l’incriminé.

Résidence surveillée

Le fait, pour les autorités académiques de l’Université de Yaoundé I, d’avoir cloîtré Nke dans son bureau est, ajoute, l’homme de sciences, préjudiciable tant cet acte participe à ternir l’image de la mère des universités d’Etat du Cameroun. D’où l’illustration ci-après: «Elles (les autorités académiques) refusent vraiment que j’y ai accès. Tous les étudiants qui sont dans ma spécialité sont perdus. On leur a assigné des petits étudiants de Master1 pour les diriger, pour les suivre. Donc vraiment, ce n’est pas le fait de m’assigner à résidence surveillée qui me dérange, mais le fait qu’on monte mes propres collègues contre moi. Je trouve que c’est ridicule; ce n’est pas l’image que j’avais de l’université quand je venais ici». Toutes les tentatives entamées depuis le 4 juillet 2018 pour entrer en contact avec Lucien Ayissi, Doyen de la Faculté des Arts, lettres et sciences humaines, sont restées vaines. Aussi une action initiale a-t-elle été étrennée pour avoir la version du recteur de cette instance universitaire. Mais en vain! Le chef de la cellule de communication nous a plutôt orientés vers le chef de département de Philosophie, qui est, parallèlement, Doyen de cet établissement. La démarche entreprise pour accéder à L. Ayissi est alors restée infructueuse.

Abus de pouvoir

En rappel, c’est le 20 juin 2018 que des vigiles venus du rectorat ont interdit à Nke d’accéder à son bureau. Sur le champ, l’universitaire a saisi le cabinet d’avocats Mpeck, Ntsama et Bell. Ce conseil de défense du Philosophe a, illico presto, écrit au Doyen de la F.A.L.S.H. avec ampliations au recteur et au ministre de l’Enseignement supérieur (Minesup). Dans cette correspondance, Me Mpeck énonce : «Je me dois de vous rappeler, si de tels faits s’avéraient établis, qu’il s’agit, une fois de plus, d’une violation flagrante de la loi, plus précisément d’un refus caractérisé et manifeste d’exécuter l’ordonnance numéro 20/Ose/Cab/Pta/Ydé/2017 rendue le 20 juin 2017 par le président du tribunal du Centre administratif du Mfoundi. Sachant qu’une procédure judiciaire est déjà pendante à votre encontre pour des faits similaires, je vous saurai gré, en cas de méprise, voire d’excès de zèle de certains de vos collaborateurs, de bien vouloir les inviter à respecter et à exécuter, purement et simplement, la décision de justice sus évoquée».

Une procédure au pénal a, par ailleurs, été préparée contre Mazzadou et Minkoulou, tous deux enseignants audit département, mais elle n’a pas été déposée, n’ayant pas reçu l’onction de Nké. L’universitaire, qui s’est constitué partie civile, sollicite l’ouverture des discussions directes avec le ministre de l’Enseignement supérieur. Le procès au pénal contre Jacques Fame Ndongo, Alamine Ousmane Mey, Maurice Aurélien Sosso, Lucien Ayissi, Abane Engolo et contre Mme Mbock se poursuit donc au Tpi de Yaoundé Centre administratif. Ces personnalités académiques ont été inculpées pour «excès de pouvoir» et «refus d’appliquer une décision de justice devenue définitive» suite à une plainte de F. Nke. Le 12 juin 2018, se tenait, d’ailleurs, une 2ème audience de ce procès. Au cours de ladite audience, l’avocat des prévenus s’est constitué. C’est Me Ngapouth qui va défendre toutes ces personnalités. Me Mpeck a payé la consignation et le procès a été renvoyé pour identification formelle des prévenus. La prochaine audience a lieu le 14 août 2018.

Serge Aimé BIKOI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More