Présidentielle 2018 : La Can de football 2019 à l’épreuve de la campagne

0

L’organisation de la prochaine Coupe d’Afrique des nations de football semble aujourd’hui un caillou dans les chaussures des différents candidats à l’élection présidentielle. Tout candidat peut se retrouver à gérer son organisation, qui n’est plus dans ce contexte l’affaire du seul président sortant.

L’un des principaux enjeux de l’élection présidentielle 2018 au Cameroun, est l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations de football 2019.  Le président sortant mise particulièrement sur cet événement pour faire sa campagne, et surtout pour donner de la couleur à son  potentiel prochain mandat. Il avait déjà promis aux lions indomptables vainqueurs de la dernière coupe, qu’en 2019 « nous serons là » pour fêter une autre victoire. Mais malgré les assurances données, le doute persiste quant à l’avancement des travaux de construction des infrastructures sur le terrain. Il y a quelques jours le 21 juillet, le premier ministre Philémon Yang est arrivé à Douala pour se faire une idée de l’Etat d’avancement des infrastructures. Après avoir visité les stades, il a fait pareil pour les hôpitaux, y compris l’hôpital général de Douala. Pour arriver à l’hôpital général, il a dû faire face  aux routes en piteux état, que ce soit en venant de la Cité Maképè que par la Cité des Palmiers. Cette infrastructure hospitalière, dite de référence en la matière, est prisonnière de ses routes depuis des années, et les fréquents rafistolages qui y sont souvent effectués ne résistent pas généralement à la première goutte de pluie.

L’organisation de la prochaine Coupe d’Afrique des nations de football semble aujourd’hui un caillou dans les chaussures des différents candidats à l’élection présidentielle

Ailleurs, les nouvelles ne sont pas bonnes non plus. Les médias ont fait état en début de ce mois, du mouvement de grève des 500 employés de l’entreprise Prime Potomac chargée de construire 4 stades d’entrainement à Garoua. Une marche de protestation les a conduit dans les services du gouverneur Jean Abaté Edi, qui leur a offert 250 000 Fcfa pour les calmer tout en promettant de tout faire pour qu’ils entrent en possession de leur dû. A Bafoussam, les routes seulement laissent le visiteur inquiet, et la visite le 10 juillet dernier du Premier ministre dans cette ville lui a permis de toucher la triste réalité du doigt. De manière régulière, les gouverneurs des différentes régions du pays, en leur qualité de présidents des comités locaux d’organisation de la Can 2019, font des descentes dans les chantiers, assorties généralement de mise en garde, d’appels au professionnalisme et au sérieux des entrepreneurs pour la livraison à date des sites. Sans que les choses ne bougent pour autant.

L’inquiétude de la Caf

La compétition se jouera en juin 2019, et dans le règlement de la Confédération africaine de football, les infrastructures doivent être prêtes 6 mois avant le début de la compétition, ce qui nous amène à décembre 2018. Mais au rythme où les travaux vont, la température est loin d’être rassurante. Le président de la Caf Ahmad Ahmad, dans son discours prononcé le 21 juillet dernier au Maroc, lors de la conférence bilan de la participation de l’Afrique à la Coupe du monde Russie 2018, est encore revenu sur les capacités des pays africains à organiser les compétitions internationales.

L’organisation de la prochaine Coupe d’Afrique des nations de football semble aujourd’hui un caillou dans les chaussures des différents candidats à l’élection présidentielle

Une Mission d’inspection de la Caf sur le terrain.

Faisant allusion aux infrastructures, il dit : « Il ne faut plus candidater pour organiser une compétition en misant sur d’hypothétiques moyens absents au moment de l’envoi de la candidature. Il ne faut plus concourir sans évaluer les besoins et les limites de son propre pays.   Il ne faut plus miser sur le virtuel ou les promesses. […] Nous devons rompre avec l’approximatif et les promesses politiques qui souvent ne présentent aucune garantie. Nous devons arrêter de surestimer nos ambitions. Nous devons rompre avec nos vieilles habitudes qui nous font rêver avec de faux calculs, de fausses garanties.»Dès l’entame de son discours, il a d’abord  apprécié le niveau d’organisation hautement supérieur de la dernière coupe du monde de football par la Russie, et a salué l’accueil en ces termes : « Vous l’avez constaté comme moi, la Russie n’a pas lésiné sur les moyens colossaux, sur des conditions optimales, sur des hommes et des femmes totalement acquis à la cause et qui ont rendu leur pays une terre d’accueil incroyable. Cet accueil général dès l’aéroport, dans les lieux d’hébergement, dans les stades, aux abords des stades, à l’intérieur des stades, dans l’encadrement, dans les lieux de vie, dans les rues de toutes les villes, cet accueil fut exceptionnel. »

L’inquiétude permanente

Même si le Cameroun n’est pas nommément  cité ici, il est évident que tous les pays africains, y compris le Cameroun, doivent s’approprier ces remarques. Surtout que ce discours se fait au moment où une 3eme mission d’évaluation de la Caf est annoncée au Cameroun au mois d’août, pour faire le point sur l’avancement des travaux. En cette veille de l’élection présidentielle au Cameroun, l’organisation de la Can 2019 n’est plus la seule affaire du président Biya. Tous les candidats sont obligés de prendre désormais le problème à bras le corps et l’intégrer dans leurs discours de campagne. Etant entendu que le fauteuil présidentiel est mis en jeu, même si l’équipe de campagne du Rdpc peut se vanter d’avoir obtenu l’organisation de la compétition par le Cameroun, l’opérationnalité peut revenir à n’importe quel autre candidat en cas de victoire. Alors il reviendra à celui-là d’assumer le succès ou l’échec de l’évènement. Ainsi, même si le président Biya mise sur les acquis, les autres candidats doivent pouvoir rassurer sur ce qu’ils prévoient de faire pour que les infrastructures soient prêtes à temps, pour éloigner tout risque pour les Camerounais de perdre leur coupe d’Afrique, qu’ils attendent depuis 46 ans aujourd’hui, après la dernière organisée en 1972.

Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More