Olivier Tshimanga : «Trace est en train de déformer la musique africaine»

0
Tel Obelix et la potion magique, Olivier Tshimanga est tombé dans marmite de la musique très jeune. Il avait 8ans. La guitare qu’il s’était fabriquée pour panser son traumatisme va lui ouvrir les portes d’une longue et brillante carrière. Lutumba Simaro, Carlos Santana, Papa Wemba, Manu Dibango, Chantal Ayissi, Charlotte Dipanda, Ben Decca… Olivier a travaillé aux côtés de sommités de la musique. Sa présence depuis quelques jours au Cameroun est un rêve réalisé, grâce à son «grand» frère Guy Bilong. C’est d’ailleurs pour accompagner l’illustre batteur dans son GB Tour (ce 7 novembre à Douala Bercy) qu’Olivier est à Douala. Lavoixdukoat a pu lui arracher une interview au cours des répétitions générales du 5 novembre à Douala Bercy. (V.T.)

Quels sont vos rapports avec les artistes camerounais ?

Je dis d’abord un grand merci à ce pays, le Cameroun qui m’a vraiment adopté. Le Cameroun c’est ma deuxième patrie, parce que quand je suis arrivé en France entre 2003 et 2004, la communauté qui m’a accueillie, à part la communauté congolaise, c’était la communauté camerounaise, par Chantal Ayissi, Queen Eteme. J’ai croisé après, mon grand Guy Bilong. C’est dans son studio que j’ai enregistré la première fois à Paris. Après il y a eu papa Manu Dibango, Yves N’Djock, ils sont nombreux. Il y a aussi Charlotte Dipanda que j’ai accompagnée dans ses trois premiers albums. J’ai composé le dernier titre de Lady Ponce ‘‘Connais-tu l’amour’’. Vraiment avec les artistes camerounais, je suis en famille. Ils m’ont adopté. J’ai aussi beaucoup appris à leurs côtés. Le Congo et le Cameroun c’est presque la même chose, mais il y a une différence au niveau rythmique, la manière de penser, les arrangements…, tout cela m’a permis d’acquérir une certaine maturité dans la musique, donc le Cameroun c’est mon pays.

Pourquoi, malgré ces nombreuses collaborations, vous ne foulez le sol camerounais que maintenant ?

Laissez-moi vous dire que pour être là aujourd’hui c’était une guerre. Je croyais que c’était Charlotte ou Queen Eteme ou Lady Ponce qui m’amènerait ici. Je pensais aussi à un moment que papa Ben Decca ou Prince Eyango avec qui j’ai aussi collaboré, me ferait venir au Cameroun. Mais j’ai été surpris d’avoir le coup de fil de mon grand frère Guy Bilong que je respecte énormément, me dire «Oliver, il y a un voyage au Cameroun». J’ai juste répondu «grand c’est quand ?»  Je n’ai même pas voulu savoir la raison du voyage. J’ai raté l’avion le premier jour, ce qui m’a fait très mal parce que je pensais au ndolè, au bâton de manioc que j’allais rater. Le lendemain, je suis allé dormir à l’aéroport pour ne plus rater ce voyage. Le Cameroun est très important pour moi. Fouler le sol camerounais, c’est un grade que prend ma carrière.

Que représente le Cameroun pour vous ?

Au niveau artistique, pour moi, le Cameroun représente beaucoup. Il fait partie des pays où quand un artiste passe, si son lendemain n’est pas brillant, alors on ne l’a pas bien lavé (rire). C’est vraiment une grande porte qui vient de s’ouvrir pour moi.

Qu’est-ce qui fait la spécificité du Cameroun ?

L’hospitalité. Quand un artiste d’ailleurs vient au Cameroun, il est très bien accueillir. Ils sont d’une grande simplicité, pourtant ce sont nos pères, comme Dina Bell. Tenez, papa Ben Decca est venu me chercher parce qu’il a organisé un diner pour m’accueillir. Ce n’est pas donné à tout le monde. Il y a des artistes que quand vous arrivez, ils vous regardent de haut, mais du haut de son niveau, Ben Decca fait ce geste pour moi. J’appelle Ben Decca le Papa Wemba camerounais. Je fais des cœurs pour Dina Bell, pour Ben Decca, c’est un rêve mon Dieu !

Olivier Tshimanga : «Trace est en train de déformer la musique africaine»

Olivier Tshimanga pendant les répétitions à Douala Bercy.

C’est peu de dire que vous maîtrisez les rythmes camerounais. Etes-vous d’avis avec des artistes comme Ben Decca, Kareyce Fotso qui estiment que la musique camerounaise est en train de perdre de son originalité ?

On ne peut jamais oublier ses racines. Je fais de la musique, si tu m’amènes dans le rock, tu trouveras la rumba dedans parce que c’est ma racine. Peu importe où je vais, quand on m’amène une chanson, je fais ce qu’on me demande, mais je leur montre aussi ce que nous avons chez nous. Il faut savoir que la musique africaine c’est la musique mère du monde. Tout ce que nous entendons, le rock, la funk…, vient de l’Afrique. Je demanderai juste aux Africains de ne pas avoir honte de leur culture. Richard Bona par exemple n’a jamais chanté en français, juste en sa langue et un soupçon d’anglais, pourtant il tourne énormément dans le monde entier. Ces étrangers que nous croyons spéciaux ne le sont pas vraiment. Ils ont besoin de découvrir en nous nos richesses. Imaginez que j’aille aux Etats-Unis, je ne ferai pas du jazz comme Georges Benson, non. Je connais la technique du jazz, mais j’ai une manière avec mon originalité, de montrer à Georges Benson qu’il ne pourra jamais faire ce que je fais. Nous avons une richesse énorme et la musique camerounaise est beaucoup trop riche. Il y a une façon de la développer pour qu’elle intéresse les autres.

Lire aussi : Rendez-vous : Guy Bilong Tour se pose au bercail

Dans la même veine, que pensez-vous de la thèse de certains artistes africains, qui soutiennent que Trace Tv veut uniformiser les musiques africaines ?

Trace est en train de déformer la musique africaine. Il donne une image de la musique africaine qui ne l’est pas. Ce que Trace montre, ce n’est pas la musique africaine. Trace fait juste du business, il gagne son pognon et certains  tombent dans ce piège. Il y a des artistes, des musiques qui représentent mieux les artistes et notre continent. Je ne suis pas contre Trace, mais je dis que c’est leur business. Maintenant si un artiste veut tomber dans le panneau, qu’il tombe. Je demanderai aux mécènes pourquoi pas, de mettre une chaîne qui valorise les vrais artistes qui font de la vraie musique.

Lire aussi : Kareyce Fotso «Il est hors de question que Trace essaie d’aliéner nos enfants»

Vos œuvres sont plus vieilles que vous, vous n’avez que 36 ans. A quel moment êtes-vous tombé dans la sauce de la musique ?

Je suis tombé dans la marmite de la musique à l’âge de huit ans, grâce à ma mère. Je vais vous raconter une petite histoire. Avant, j’aimais beaucoup le football. A huit ans, j’ai eu un accident à l’œil droit. J’étais tellement triste au point de vouloir me suicider vers 9 et 10 ans. Mon reflet dans la glace m’irritait. Je me suis fabriqué tout seul une petite guitare et c’est grâce à elle que j’ai essayé d’oublier mes soucis. Ma maman a constaté que j’étais tout le temps concentré sur ma guitare, sous le manguier. C’est grâce à cette guitare que j’ai compris que j’ai quelque chose à dire au monde. Par la suite, je suis allé dans une école de la musique au Congo Kinshasa en 1998, puis j’ai été déniché dans un grand orchestre de la place. J’ai joué comme guitariste, après j’ai été découvert – sur le titre ‘‘Europa’’ de Carlos Santana- par Lutumba Simaro le grand poète qui nous a quitté. C’est grâce à lui que je suis allé en Europe, avec un contrat. Papa Wemba est venu et a encore fait monter la sauce.

Entretien avec Valgadine TONGA

Share.

About Author

Laisser un commentaire

Paul Biya : «La violence fait le malheur des peuples en Afrique. Nous ne voulons pas de cela au Cameroun»
"Malgré ces efforts du Gouvernement, des mouvements radicaux, principalement inspirés de l’étranger, ont récupéré et dévoyé les revendications corporatistes. Ils ont ainsi ourdi un projet sécessionniste avec pour but, la partition de notre pays. A cette fin, ils ont constitué et financé des groupes armés qui ont causé un lourd préjudice aux populations des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Le monde entier a été témoin des atrocités commises par ces groupes armés : mutilations, décapitations, assassinats des éléments des Forces de Défense et de Sécurité, des autorités administratives et des civils sans défense, destructions des infrastructures et édifices publics, incendie des écoles, des hôpitaux, etc..."
Loi sur la décentralisation adoptée à l’issue du Grand dialogue national, modernisation de l’agriculture, la baisse de l’importation, les prouesses de...
Read More
  • SANTE

    Sur place au Cameroun, un dispositif de surveillance a été mis sur pied par le gouvernement. Pavel Daryl Sem Kenou revenait d’un voyage à Wuhan en Chine le 19 janvier, lieu considéré comme l’épicentre du virus. Il a été admis le 28 janvier 2020 à l’hôpital en Chine. Aujourd’hui, les statistiques officielles révèlent un décès de plus de 860 Chinois. Niveau contamination, 17 300 cas
    C’est l’objectif du séminaire organisé hier jeudi 19 décembre 2019 à Yaoundé par l’association Positive-Generation. Corruption endémique, exécution des marchés fictifs, abandon des chantiers, mauvaise gestion des finances publiques. Ces maux constituent une véritable ligature à l’accès rapide aux soins et services de santé et participe à la démotivation du personnel de santé. Autant d'observations faites par l'association Positive Generation, et présentées au grand public, le jeudi 19 décembre 2019 à Yaoundé. Pour faire face
    42 districts sur les 189 que compte le Cameroun sont déjà atteints par la rubéole et la rougeole. De quoi inciter le ministère de la Santé publique à organiser une campagne nationale de vaccination contre ces épidémies, couplée à l’administration de la vitamine A et au déparasitage des enfants de 09 à 59 mois, avec le Mebendazole. L’opération aura lieu du 4 au 8 décembre 2019, sur toute l’étendue du territoire national
    La fondatrice du Centre Orchidée Home a exprimé ce vœu au cours d’une conférence de presse tenue à son siège à Douala, à l’occasion des journées portes ouvertes de cette structure qui s’occupe des enfants autistes. Une naissance sur 160 est autiste dans le monde. Plus de 100 000 enfants autistes ont été recensés au Cameroun depuis 2013. Les chiffres sont loin de la réalité, nuance l’oratrice. Qui avoue que certains enfants autistes, pour des raisons de croyance, ne sont pas amenés dans les centres hospitaliers
    Médecin, consultante en gériatrie et membre du bureau de l’Association comprendre la maladie d’Alzheimer, Docteur Ginette Youatou revient sur la conférence de presse organisée mardi 17 septembre dernier en prélude à la 26èmejournée mondiale consacrée à cette pathologie. «Les causes de cette maladie sont multiples. Les principaux sont l’hypertension artérielle et le diabète. Les personnes atteintes de ces maladies sont susceptibles de développer facilement la maladie d’Alzheimer. Il y a aussi le mode de vie malsain caractérisé par la sédentarité, l’obésité, le manque d’activités physiques et intellectuelles, le tabagisme, l’alcoolisme
  • DIPLOMATIE

    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More
    Maturation des projets en zone Cemac : le Cameroun en bon élève
    Une concertation régionale réunissant les ministres et experts financiers de la communauté se tient depuis ce vendredi 5 juillet 2019 au siège de la Beac à Douala. Pour que le Per 2 ne soit pas un flop et que les bailleurs de fonds s’engagent à financer les projets de développement retenus par le Pref-Cemac, les dossiers doivent être on ne peut plus matures. Pour la première phase du Per, les projets retenus n’étaient «pour la plupart qu’au stade d’idées de projets, sans étude de faisabilité préalables pour juger leur bancabilité, leurs impacts socioéconomiques et environnementaux», dénonce le président de la Banque de développement des Etats de l’Afrique Centrale (Bdeac), Fortunato-Ofa Mbo NchamaLes institutions financières réunies à Douala autour des ministres et experts financiers des pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale félicitent la qualité des...
    Read More