Libertés publiques : Quand l’Etat marche sur les droits

0

Dans la Constitution Camerounaise, il est écrit dans son préambule que le domicile est inviolable, que nulle perquisition ne peut y avoir lieu qu’en vertu de la loi. Il est écrit que « nul ne peut être poursuivi, arrêté ou détenu que dans les cas et selon les formes déterminées par la loi.» Il est écrit que «toute personne a droit à la vie et à l’intégrité physique et morale. Elle doit être traitée en toute circonstance avec humanité. En aucun cas, elle ne peut être soumise à la torture, à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.» Il est écrit que « La liberté de communication, la liberté d’expression, la liberté de presse, la liberté de réunion, la liberté d’association, la liberté syndicale et le droit de grève sont garantis dans les conditions fixées par la loi. » Il est précisé que «l’Etat garantit à tous les citoyens de l’un et de l’autre sexes, les droits et libertés énumérés au préambule de la ConstitutionLire aussi :Vandalisme : les militants du Mrc saccagent l’Ambassade du Cameroun en France

Arrestations barbares

Depuis le 28 janvier 2019, les forces de l’ordre du Cameroun ont procédé à l’arrestation de nombres de Camerounais, dans des conditions qui laissent interrogateurs. Dans un cas, le domicile d’Albert Nzongang au quartier Ndogbong à Douala a été encerclé, les rues interdites d’accès, tout habitant repoussé. Peu de temps après, les forces de l’ordre fortement armées ont pénétré au domicile où se trouvait l’opposant Maurice Kamto et interpellé les occupants de la maison, y compris des journalistes, Théodore Tchopa et David Eyengue, en situation professionnelle, embarqués et détenus. Dans un autre cas, Célestin Djamen, alité à l’hôpital général de Douala a été extirpé de force de cette institution où il était soigné de blessure par balle blanche, encaissée deux jours plutôt alors qu’il participait à une manifestation de rue. Les agents venus les extirper leur ont fait comprendre qu’ils les transféraient à l’hôpital de la garnison militaire au quartier administratif de la ville. L’hôpital de la garnison s’est avérée être plutôt les services de la police. Il est reproché jusqu’ici à tous les interpellés d’avoir participé à une marche interdite du Mrc, d’avoir violé la loi, d’être responsable de voie de fait, notamment avec la destruction de l’ambassade du Cameroun en France par des militants se réclamant du Mrc. Un acte auquel les commanditaires notamment devraient répondre. Le pouvoir assimile cette attitude à une insurrection, ce qui justifierait ces interpellations musclées, au-delà des règles. Car comme rappelé plus haut, Il est écrit que «nul ne peut être poursuivi, arrêté ou détenu que dans les cas et selon les formes déterminées par la loi.» Lire aussi : Ntuda Ebode Joseph Vincent : «Les relations entre le Cameroun et la France pourraient prendre un coup»

Et cette loi, c’est aussi  le code de procédure pénal Camerounais. Toutes les personnes interpellées le 28 janvier et même avant, déjà dans des conditions contestables sont gardées-à-vue dans les cellules. L’article 118 de ce Code dit en son alinéa 2 que « toute personne  ayant une résidence connue ne peut, sauf cas de crime ou délit flagrant et s’il existe contre elles des indices graves et concordants, faire l’objet d’une mesure de garde à vue.» Ce serait donc le cas ? L’alinéa 3 précise qu’en dehors de ces cas, toute mesure de garde à vue doit être expressément autorisée par le Procureur de la République. C’est dire que tous ceux qui sont détenus en ce moment doivent avoir commis un crime, celui de participer à une marche. Au Cameroun, pays de la démocratie et des droits de l’homme, participer  à une marche est un crime tellement grave qu’il mérite qu’on interpelle les auteurs, et même les journalistes qui ne faisaient que leur travail, et les emmener loin de leurs familles. Le non-respect de la loi par un citoyen est-il donc un prétexte pour l’Etat de ne pas respecter lui aussi les règles et procédures en matière d’interpellation ?

Le respect de la loi s’applique à tout le monde, le citoyen lambda comme le fonctionnaire de l’Etat. Et personne n’a le droit de se taire devant une violation, au risque de l’encourager. Dans la Constitution Camerounaise, il est écrit dans son préambule que le domicile est inviolable, que nulle perquisition ne peut y avoir lieu qu'en vertu de la loi. Il est écrit "

Application sélective de la loi

Il est écrit dans les premières lignes de la Constitution, notre chère Constitution, que tous les hommes sont égaux en droits et en devoir. Cas de figure, un policier tire sur les pieds du jeune Gaëtan Ngankam en se moquant de lui, Ngankam se retrouve arrêté, où est le policier ? Des traitements dégradants sont infligés aux Camerounais au nom du respect de la loi, et la loi fondamentale, sur laquelle le pouvoir fondamentale, qui s’applique à tout le monde et davantage à l’Etat, c’est la Constitution. Il est écrit dedans, article 66, que « Le Président de la République, Le Premier Ministre, les membres du Gouvernement et assimilés, les députés, les sénateurs, tout détenteurs d’un mandat électif, les Magistrats, entre autre doivent faire une déclaration de leurs biens et avoirs au début et à la fin de leur mandat ou de leur fonction. » Cette disposition est –elle respectée ? N’est-ce pas une violation de la loi ?

Le respect de la loi s’applique à tout le monde, le citoyen lambda comme le fonctionnaire de l’Etat. Et personne n’a le droit de se taire devant une violation, au risque de l’encourager.   C’est le lieu ici de rappeler ces phrases d’un ancien pensionnaire des camps de concentration nazi, Martin Niemöller reprises  par Jean Lambert Nang dans un de ses éditoriaux : « Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas communiste. Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas Juif. Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas syndicaliste. Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas catholique. Et lorsqu’ils sont venus me chercher, il n’y avait plus personne pour protester. » Jean Lambert Nang exprime là son émotion de voir son pays et je cite « glisser doucement et dans l’indifférence des populations, vers un état policier où l’arbitraire des hommes de pouvoir a remplacé le droit et où la force et la brutalité des hommes en tenues fait loi ». Et de conclure par ces mots célèbres de de Martin Luther King : “Ce qui m’effraie, ce n’est pas l’oppression des méchants ; c’est l’indifférence des bons.”

Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More