Lenteurs judiciaires, aux origines du mal (Suite)

0

Dans la précédente chronique, nous évoquions les lenteurs judiciaires au Cameroun, dont la conséquence la plus palpable est la surpopulation carcérale, avec une prédominance des détenus en attente de jugement. Les raisons de ces lenteurs sont nombreuses, de sorte qu’à tous les niveaux, les acteurs du système judiciaire exploitent chacun en ce qui le concerne, les failles existantes pour se dédouaner.

Sur un tout autre plan, l'absence d'autonomie budgétaire est une cause des lenteurs judiciaires. La justice doit par exemple, pour rémunérer le personnel ou acheter du matériel, attendre la dotation du ministère de la justice

Roland Tsapi.

La première cause de cette lenteur est à chercher dans l’organisation judiciaire, qui  n’est pas favorable à la célérité des procédures. A commencer par la souplesse dans les affectations des magistrats. D’après l’article 6 alinéa 1 du décret n° 95/ 048 du 8 mars 1995 portant statut de la magistrature, « les nominations, mutations promotions, détachements, admission à un congé de maladie de longue durée, à la disposition ou à la retraite des magistrats sont décidés par décret. » S’appuyant sur cet article, le Président de la République procède ainsi à des déplacements fréquents de magistrats, parfois pour des raisons politiques ou disciplinaires, aggravant les lenteurs judiciaire et occasionnant souvent la disparition de certains dossiers. On assiste alors fréquemment à des renvois de procès pour affectation d’un magistrat, qui avait même jugé une affaire et mis en délibéré, mais que le nouveau doit reprendre à zéro. Ce qui parait normal, puisque dans le milieu on dit que pour trancher une affaire, le juge est seul devant le droit et sa conscience.

Sur un tout autre plan, l’absence d’autonomie budgétaire est une cause des lenteurs judiciaires. La justice doit par exemple, pour rémunérer le personnel ou acheter du matériel, attendre la dotation du ministère de la justice. Cette attente peut constituer un blocage dans le traitement des dossiers. Devant cette situation, certains magistrats qui veulent faire vite, peuvent demander au justiciable de supporter certains frais, ce qui est perçu dans l’opinion comme de la corruption, alors que dans le fond il n’en est rien. A cela s’ajoute l’insuffisance du personnel judiciaire. Une étude sur le système judiciaire au Cameroun indique qu’au sens quantitatif, les magistrats sont en sous-effectif dans l’ensemble. Cette étude constate que pour tout le Cameroun l’école de magistrature ne forme que vingt-cinq (25) magistrats tous les deux ans. Pourtant chaque année, il y a des décès et des retraités au sein du service public de la justice. Ce qui crée un vide que le recrutement tardif des nouveaux magistrats ne peut combler. On assiste alors à un engorgement du prétoire, et les magistrats en fonction sont parfois dépassés et préfèrent classer les dossiers sans suite.

Des témoins “téléguidés”

Dans le registre de ces causes, on ne peut pas faire abstraction de ce que les Ong et les organismes de défense de droits de l’homme appellent le laxisme des juges. Pour ces organisations, « le comportement du juge camerounais est empreint du laxisme habituel du fonctionnaire africain. Il peut décider de classer des affaires sans suite et sans motif sérieux, de faire traîner les affaires au préjudice d’un justiciable. Ce dernier acte est le fait des manœuvres dilatoires orchestrées par des justiciables plus nantis pour essouffler leurs adversaires. Ce déni de justice est le fait de certains juges, conscients de bénéficier d’une large protection ». Mais les lenteurs judiciaires au Cameroun ne se limitent pas au niveau des magistrats. Certaines lenteurs sont le fait des plaideurs, qui ne collaborent pas avec le juge. D’après Maître Youmbi du service juridique du Cercle Belgo-Africain pour la Promotion Humaine, ce sont des témoins “téléguidés” qui ne comparaissent pas, ce sont les avocats qui demandent le renvoi d’une affaire indéfiniment, ce sont les huissiers qui peine à exécuter les décisions de justice, ce sont les officiers de police judiciaire qui se donnent tout le temps pour une enquête.

À l’occasion de l’audience solennelle de rentrée de la haute juridiction il y a deux ans, le Premier président de la Cour suprême,  Daniel Mekobe Sone s’est longuement attaqué à ce phénomène, pour finir par lancer un vibrant appel à l’endroit de ses collègues magistrats en ces termes : «A la fin de la journée, lorsque nous quittons le palais de Justice, nous devons toujours nous demander si un innocent ne croupit pas injustement en prison de notre fait. Nous devons nous demander si un citoyen n’a pas été injustement dépossédé de son bien de notre fait. Nous devons nous demander si un criminel n’a pas réussi à échapper aux mailles de la justice de notre fait. Nous devons nous demander si un orphelin ou une veuve ne maudit pas la justice par ses pleurs de notre fait. Nous devons nous demander si un investisseur n’a pas mis la clef sous le paillasson de notre fait. C’est de la sorte que nous pouvons réduire le risque d’erreur judiciaire». Quant aux victimes de ces lenteurs, ce ne sont pas seulement des personnes incarcérées sans jugement, mais aussi les personnes concernées par les affaires les plus courantes en justice. Cette situation déplorable provoque des inégalités de traitement des parties qui peuvent se permettre d’attendre plus longtemps un jugement. Mais pour ceux qui ne peuvent pas se le permettre, ils préfèrent régler leurs affaires eux-mêmes. Ne pouvant pas attendre indéfiniment que la justice légale se prononce, ils se rendent eux même justice, avec des conséquences inimaginables.

Roland TSAPI, Journaliste

 

 

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More