Grognes sociales… Le pouvoir dans la rue

0

Le gouvernement de Yaoundé et ses services déconcentrés n’entendent plus que le langage de la rue.

Le gouvernement de Yaoundé et ses services déconcentrés n’entendent plus que le langage de la rue.

Roland Tsapi.

Le 29 mars 2017, une réunion d’urgence s’est tenue dans les services du Premier Ministre à Yaoundé, présidée par le Secrétaire général de cette institution, Séraphin Magloire Fouda. Elle avait pour objet la grève de certains enseignants du secondaire déclenchée deux jours plutôt pour réclamer leur prise en solde, autrement dit le début de payement de leur salaire, et l’apurement des arriérés de ces salaires cumulés jusqu’à 60 mois, d’après les écrits  des pancartes qu’ils brandissaient devant les ministères à Yaoundé. Ces enseignants, estimés à plus de 20 000, sortis des Ecoles normales supérieurs quelques années plus tôt, se sont constitués en Collectif des enseignants indignés dont les représentants prenaient part à la réunion, en plus des ministres des Finances, de la Fonction publique, et des enseignements secondaires. Le communiqué final annonçait les mesures prises pour la résolution du problème, dont la principale est : « La prise en charge financière rapide et intégrale de l’ensemble des personnels enseignants concernés à compter du mois d’avril 2017».

Deux jours plus tard, Laurent Esso, ministre de la Justice Garde des sceaux, était face à la presse toujours à Yaoundé́, pour annoncer les mesures en cours d’élaboration  visant à apaiser  les avocats anglophones en grève depuis le mois d’octobre 2016, c’est-à-dire depuis 7 longs mois. Entouré de cinq de ses collègues ministres, dont l’incontournable Issa Tchiroma Bakari de la Communication, Laurent Esso a reconnu, et c’est là tout le sens de notre propos, que « courant octobre 2016, certains avocats anglophones sont descendus dans la rue des ressorts des Cours d’Appel du Nord-ouest et du Sud-ouest. A la suite de ces mouvements d’humeur, des revendications ont été exprimées relativement au fonctionnement de notre système judiciaire. » Ce sont là les propos du ministre lui-même.

Le gouvernement de Yaoundé et ses services déconcentrés n’entendent plus que le langage de la rue.

Gouverner c’est prévoir

Des exemples de mouvements de grève qui secouent le Cameroun  ces derniers temps peuvent être cités à souhait, mais nous nous arrêtons sur ces deux cas parce que justement ils ont poussé le gouvernement à sortir ces derniers jours pour annoncer des mesures, qui pouvaient pourtant être prises avant. D’où la question, qu’attendait-on ? Gouverner c’est prévoir, dit l’adage, mais si chaque fois le gouvernement, ou précisément ceux qui le composent doivent  attendre que les populations sortent dans la rue pour réagir, cela donne l’impression que les décisions se prennent désormais dans cette rue là. Cela veut aussi dire que le centre des décisions, ou ce que les autres appellent pouvoir, a quitté les bureaux cossus et climatisés pour se retrouver dans l’austérité de la rue. Cela nous fait penser à l’inertie que le président Paul Biya lui-même avait dénoncé dans son gouvernement, sans pouvoir y changer grand-chose.

On en est arrivé là tout simplement parce que les fonctionnaires de l’État qui jouissent des privilèges, ont laissé tomber le manteau de l’écoute attentionnée, du courage et d’humilité, pour se vêtir de celui de l’arrogance,  de mépris ignorant et d’égoïsme. Ainsi ils se comportent souvent comme s’ils étaient surpris de l’existence du problème posé, et d’autres poussent le mépris plus loin, au point de se montrer surpris que le problème soit posé, car d’après eux, ceux qui manifestent  n’ont pas le droit de se plaindre, même s’ils sont lésés. Ils doivent souffrir et se taire, au risque d’être accusés de trouble à l’ordre public.

Le langage de la rue

Quand le Secrétaire général des services du Premier ministre dit dans son communiqué que c’est maintenant qu’une commission sera mise en place pour recenser tous les enseignants concernés, cela veut-il dire que jusqu’ici leur prise en solde n’était même pas à l’ordre du jour ? Cela nous amène simplement à comprendre que si les concernés n’étaient pas descendus dans la rue, leur problème n’aurait jamais trouvé de solution. Il en est de même pour les avocats anglophones et d’autres corps sociaux qui ne voient leurs problèmes trouver un début de solution, qu’après avoir manifesté, parfois bruyamment. Et quand nous parlons de début de solutions, c’est parce que de tous ces problèmes posés, aucune réponse concrète n’a été donnée. On en est encore aux promesses, qui ont au moins le mérite d’avoir calmé les mécontents, en tout cas pour l’instant. Cette façon d’agir est  une preuve que le gouvernement de Yaoundé et ses services déconcentrés n’entendent plus que le langage de la rue.

Ils attendent que les populations leur forcent la main, crient au désespoir et parfois menacent de tout casser, avant de bouger. Et comme aucun secteur ne marche dans ce pays, et que le gouvernement n’a toujours pas intégré qu’il faut anticiper sur des solutions, il y a fort à craindre que cette habitude ne devienne contagieuse. Et qu’à l’approche de 2018 qui est une année électorale, tout le peuple ne se retrouve dans la rue. A  ce moment là, personne ne peut présager de ce qui pourra arriver. Surtout que beaucoup risquent de se rappeler que les promesses faites il y a 7 ans lors de la campagne électorale présidentielle, n’ont pas encore été tenues.

Roland TSAPI, Journaliste.

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More