Entreprises : Célestin Tawamba et la survie des PME

0

Depuis le 29 juin 2017, Célestin Tawamba est le nouveau parton du Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam). Dès son élection, il a donné le ton de ses actions en énonçant le combat pour l’épanouissement de la Petite et moyenne entreprise camerounaise, la Pme.

Selon un Recensement Général des Entreprises (RGE) de l’Institut National des Statistiques (INS), en 2013, il existait  93 969 entreprises au Cameroun dont environ 99% sont des PME.

Roland Tsapi.

Comme à son habitude, l’homme s’est positionné une fois de plus comme le fervent défenseur du patriotisme économique, qui devrait se traduire par une politique de soutien aux entreprises locales. Disons-le d’emblée, la Petite et moyenne entreprise, c’est l’essentiel de l’économie camerounaise. Suivant les dispositions de la loi n° 2010/001 du 13 avril 2010 portant promotion des PME, l’ensemble des entités économiques sous le terme PME regroupe toutes les entreprises qui emploient au plus 100 personnes et dont le chiffre d’affaire n’excède pas un milliard de FCFA. Le tissu économique du Cameroun est constitué et dominé par cette catégorie d’entreprises. Selon un Recensement Général des Entreprises (RGE) de l’Institut National des Statistiques (INS), en 2013, il existait  93 969 entreprises au Cameroun dont environ 99% sont des PME.

Il n’y a pas de définition universellement acceptée de ce que l’on entend par « PME », mais pratiquement tous les pays s’accordent sur un point : elles jouent un rôle essentiel dans la prospérité économique. Les petites entreprises constituent une part considérable du tissu économique de bien des pays et emploient une importante proportion de la main-d’œuvre mondiale. Même s’il n’y a pas de données précises, d’après une recherche de la Banque mondiale, les PME représentent près de 95 % de l’ensemble des entreprises et emploient près de 60 % de la main d’œuvre du secteur privé. En termes simples, c’est la Pme qui fait vivre tous les Camerounais. Dans l’ensemble, ce sont elles qui génèrent de la croissance, créent des emplois, se développent plus rapidement et sont plus novatrices. Mais par-dessus tout, elles sont nettement moins complexes (du point de vue de la structure) et plus efficientes et souples que les grandes entreprises. Par leur nombre et la diversité des secteurs et des activités, les emplois qu’elles créent et les revenus qu’elles distribuent, ces petites entreprises contribuent à réduire la pauvreté de masse, pour devenir en se multipliant des moteurs de développement d’une classe moyenne dont l’enrichissement progressif en fait un facteur de progrès et de stabilité sociale.

Une expertise insoupçonnée

Selon un Recensement Général des Entreprises (RGE) de l’Institut National des Statistiques (INS), en 2013, il existait 93 969 entreprises au Cameroun dont environ 99% sont des PME.

Célestin Tawamba

En fait, ce sont les petites et les moyennes entreprises qui exécutent le cœur des activités des grandes entreprises et des entreprises multinationales, comme sous-traitants. Il s’agit des, commerces, ateliers de coutures, de menuiseries, de fabrication métallique et aluminium, des restaurants, des pressings, d’électricité, de plomberie, de climatisation, de nettoyage, des garages automobiles, de peinture, des agences de communications, et j’en passe. A un moment donné, l’entreprise Eneo comptait jusqu’à 400 Pme comme sous-traitants et fournisseurs dans tous les secteurs confondus.S’il faut y ajouter ceux qui gravitent autour des autres grandes entreprises et multinationales comme la Sonara, la Sabc, Total Cameroun Bocom, Mtn, Orange, Guinness, Tradex, Corlay Cameroun, pour ne citer que ces quelques exemples, on mesure davantage l’importance de la Pme, reconnue dans une délaration en 2015 par le ministres des Pme Laurent Serge Etoundi Ngoa, comme moteur de développement. En fonction de cette importance, la Pme est l’une des cible privilégiées dans la vision 2035, année avant laquelle le Document de stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE) prévoit dans ce secteur l’accroissement de l’offre d’emplois décents, l’adéquation de la demande d’emploi et l’efficacité du marché d’emplois.

C’est donc ce poids économique, ces milliers d’emplois, ces nombreuses familles qui participent à l’économie nationale à tous les niveaux, que le nouveau patron du Gicam veut valoriser au cours de son mandat. Dans les différents secteurs de la Pme, il y a en effet une main d’œuvre de  qualité, une expertise insoupçonnée, une volonté et une détermination qui, s’ils étaient exploités à bon escient, ferait de l’économie camerounaise l’une des plus prospères. Mais ces qualités et potentialités sont simplement gaspillées et gâchées. Ici se retrouve une ressource humaine volontaire mais payée en monnaie de singe et avec beaucoup d’irrégularités.  La raison c’est que la Pme Camerounaise fait face à d’énormes difficultés qui la rendent au final improductive pour les promoteurs, les employés et l’économie nationale en général. Parmi ces difficultés, on retient selon une étude réalisée par le Dr Christian Pout en 2012, et par ordre d’importance : la fiscalité, la corruption, l’accès au crédit et les formalités administratives, auxquelles nous pouvons ajouter la mauvaise gestion.

Roland TSAPI, Journaliste 

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More