Entreprenariat féminin : le poids des mentalités socioculturelles

0

Le Haut-commissariat du Canada au Cameroun a lancé, mardi 8 mai 2018, le concept Educ-forum, dont le but est de promouvoir l’entreprenariat féminin. Il s’agit de promouvoir un nouveau profil féminin auprès des jeunes scolaire et universitaire féminines. Ce projet sera implémenté dès octobre 2018 et contribuera à nouer le partenariat entre des universités camerounaises et des universités canadiennes. Seulement, dans un contexte social où les barrières culturelles sont de mise et où les clichés sexistes sont enfouis dans la conscience collective, un tel projet porteur d’intérêt risque de se frotter à certaines pesanteurs.

Le Haut-commissariat du Canada au Cameroun a lancé, mardi 8 mai 2018, le concept Educ-forum, dont le but est de promouvoir l'entreprenariat féminin. Seulement, dans un contexte social où les barrières culturelles sont de mise et où les clichés sexistes

Des femmes à l’école de la santé financière. (Archives)

La première pesanteur d’un projet d’une telle essence est d’ordre culturel. En effet, en dépit de l’avènement de la modernité des mentalités consacrée à la faveur de l’émergence d’un discours juridique libéral, la société camerounaise contemporaine est happée, jusqu’à présent, par le socle des obstacles socioculturels. Les croyances ancestrales, les stéréotypes sexistes, les représentations sociales et les courants culturels conservateurs sont, entre autres, des déterminants sociaux et culturels qui sont susceptibles d’entraver le mode opératoire de l’entreprenariat féminin. Une telle initiative est, sans conteste, innovante et porteuse d’espoir au regard des opportunités d’acquisition du pouvoir entrepreneurial offertes à la gent féminine. Un tel projet est digne d’intérêt vu la détermination à mettre en vitrine le processus d’empowerment féminin, lequel se résume à l’autonomisation de l’être femme. Un tel projet est, en outre, une polarisation de création d’un nouveau schéma mental féminin dont le dessein, à long terme, consiste à s’affranchir des sentiers battus de la perception stéréotypée des femmes. Le quadruple statut de femme-mère, de femme-épouse, de femme au foyer et de femme éducatrice est si ancré dans les mentalités populaires en zones urbaines et surtout rurales que l’on opère illico presto,  un questionnement autour  de l’ancrage de l’entreprenariat féminin.

Au regard de la permanente confrontation de la tradition à la modernité, de l’urbanité à la ruralité, l’implémentation du paradigme de l’entreprenariat féminin va, à coup sûr,  rencontrer un construit mental enclin au conservatisme culturel endogène, dont l’enjeu est la pérennisation de l’ancien type idéal de femme confinée dans le microcosme domestique que l’imaginaire collectif appelle le cocon familial. L’instance de socialisation de base étant le circuit d’éducation des garçons et des filles à la construction de la différence biologique, œuvrer à la promotion de l’inversion du genre dans le contexte social contemporain présente, dans la même veine, un écueil épistémologique lié à la prédominance des modèles éducatifs classiques. Il s’agit des schémas éducatifs imprégnés de l’idéologie coloniale, dont le dessein  est de prédisposer la progéniture scolaire et universitaire à des profils d’emploi bureaucratique. La fonction publique étant, par exemple, le canevas régulateur de l’intégration socioprofessionnelle des jeunesses scolaire et académique issues des écoles de formation : l’Enam (École nationale d’administration et magistrature),  l’Ens (École normale supérieure), l’Ensp (École nationale supérieure de police), l’Iric (Institut des relations internationales du Cameroun), entre autres. Véhiculer et ancrer donc l’entreprenariat féminin au Cameroun est, certes, un projet catalyseur d’opportunités socioprofessionnelles, mais encore faut-il combattre les pesanteurs mentales, fruit des siècles de domination des modèles éducatifs traditionnels difficiles à être en adéquation avec le processus de la modernisation et de l’urbanisation des mentalités.

Serge Aimé BIKOI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More