Elections à la Fécafoot : Au nom du « père », du fils et du trône !

0

Invité à parler de son projet pour le développement du football camerounais dimanche dernier dans l’émission l’Arène sur Canal 2, Joseph Antoine Bell a procédé à une espèce de déballage autour de l’implication de Samuel Eto’o dans le processus électoral. La réponse brutale du « 9 » a ouvert le boulevard à une guerre de clans entre les deux icônes au point où Roger Milla s’y est mêlé.  

C’est un homme réputé pour sa grande gueule que Rodrigue Tongue a reçu en invité dans l’Arène dimanche 9 décembre. En faisant de lui l’« homme à abattre » de la soirée, le présentateur de cette émission de grande audience était conscient que Joseph Antoine Bell qu’on sait franc-parleur, ne garderait pas sa langue dans sa poche. Car c’est mal le connaître que de penser qu’il jouerait à cache-cache sur certains sujets jugés sensibles. Tout commence lorsque Thierry Ndoh, l’un de ses « gladiateurs » lui pose la question de savoir si une proposition lui aurait été faite par le camp de son challenger Seidou Mbombo Njoya en rapport à un poste de Directeur technique national (Dtn). L’ancien consultant de Radio France international (Rfi) va sauter sur l’occasion pour annoncer que Samuel Eto’o n’avait pas souhaité qu’il présente sa candidature à la présidence de la Fécafoot. « Samuel Eto’o m’a affirmé que Yaoundé ne souhaite pas me voir à la présidence de la Fécafoot, mais plutôt à la tête de la direction technique (…) Il m’a dit que c’était si grave que même ma vie était menacée », répond l’auteur de «Vu de ma cage ». Lire aussi :Fécafoot : Joseph Antoine Bell est-il l’homme de la situation ?

Escroquerie

Ce dernier va même pousser le bouchon plus loin en critiquant vertement l’alliance Seidou Mbombo Njoya, Gilbert Kadji et Eto’o, qui selon lui,  donne l’impression à une certaine opinion que l’ancien président de Fédéral du Noun est le candidat du gouvernement. « Il est sorti une fuite qui proposait Mbombo Njoya président de la Fécafoot et Gilbert Kadji Vice-président, et tout cela avec l’appui de Samuel Eto’o qui aurait promis 100 000 dollars », a déclaré l’ancien gardien de l’olympique de Marseille. « Ce groupe a dit que  Seidou Mbombo est le candidat du Cameroun (Gouvernement, Ndlr). C’est un bluff, c’est faux. Si vous n’êtes pas futés vous vous faites escroquer. C’est de l’escroquerie » a-t-il souhaité mettre en garde. Et de s’étonner : «Comment depuis que j’ai arrêté le football, alors que Seidou Mbombo Njoya et Gilbert Kadji étaient à la Fécafoot, personne ne m’a proposé le poste de Directeur technique ? J’ai même été à la tête de la commission qui a conçu la Direction technique, sans qu’on me le propose. Pourquoi quand je suis candidat alors qu’on est à la fin de la normalisation, on va venir me proposer le post de Directeur technique ? », s’interroge Jojo. Lire aussi : Election à la Fécafoot : Daniel Mongue Nyamsi, l’apôtre de la réconciliation

Le tacle de Roger Milla

Invité à parler de son projet pour le développement du football camerounais dimanche dernier dans l’émission l’Arène sur Canal 2, Joseph Antoine Bell a procédé à une espèce de déballage autour de l’implication de Samuel Eto’o dans le processus électoral. La réponse brutale du « 9 » a ouvert le boulevard à une guerre de clans entre les deux icônes au point où Roger Milla s’y est mêlé.

Samuel Eto’o et Joseph Antoine Bell.

Visiblement ulcéré par la sortie de celui qu’il appelle affectueusement « mon père », l’ancien capitaine des Lions indomptables n’a pas attendu le conseil de ses communicateurs pour prendre ses aises à travers les médias sociaux. L’ex attaquant de Chelsea va publier le hashtag #etoobashing, non sans déplorer une déclaration « infondée » voire désolante à ses yeux, avant de partager un bout d’un échange privé avec Joseph Antoine Bell pour appuyer ses dires. Au cours d’une conférence de presse donnée par le Collectif des anciens Lions du football (Calif), Roger Milla qui a réaffirmé son soutien indéfectible à Joseph Antoine Bell, va ouvrir le feu sur son protégé d’hier. Lire aussi : Elections à la Fécafoot : ce que Seidou Mbombo Njoya veut changer

« Je ne sais pas pourquoi il soutient les Kadji, Mbombo Njoya et autres, je ne sais vraiment pas ce qui se passe dans sa tête pour qu’il s’attaque à son ‘père Jojo’ comme il l’aime l’appeler.  J’ai fait passer un message à Samuel Eto’o et j’espère qu’on le lui a transmis. Nous sommes sa famille quel que soit ce qu’il deviendra demain ; même s’il est président de la République demain, on dira qu’il fait partie de la famille du football. Qu’il sache que tôt ou tard il reviendra dans sa famille du football. Il n’a pas le droit de faire des bagarres avec des gens qu’il a appelé hier “mon père”. D’ailleurs moi je ne veux plus qu’il m’appelle “son père”, tant qu’il n’a pas changé de comportement, de trajectoire, qu’il ne m’appelle plus son père. Au début il m’écoutait et je ne sais pas s’il vous a dit que je laissais mon boulot à Montpellier pour aller le soutenir à Barcelone et j’ai continué à le soutenir jusqu’à ce qu’il dévie comme il est en train de le faire », explique l’Ambassadeur itinérant. Chaud devant !

Daniel NDING

Share.

About Author

Laisser un commentaire