Elections à la Fécafoot : ce que Seidou Mbombo Njoya veut changer

0

Après six années loin de la Tour de Tsinga, l’ancien vice-président de la Fédération camerounaise de football sort du bois pour annoncer officiellement sa candidature au prestigieux poste de patron du Comité exécutif de l’instance faîtière.

Il n’est pas venu tout seul annoncer la (bonne) nouvelle à la presse vendredi 30 novembre 2018. Pour l’occasion, Seidou Mbombo Njoya s’est entouré d’imminents responsables du football au Cameroun tels Gilbert Kadji, Alim Konaté ou encore Franck Happy. Sans doute pour confirmer que ce sont des cadors du sport roi qui soutiennent sa candidature que beaucoup semblaient prendre à la légère. Six jours après l’annonce de la candidature de Joseph Antoine Bell à la présidence de la Fécafoot, Seidou Mbombo Njoya enfile lui aussi, la tunique d’aspirant au trône.

Après six années loin de la Tour de Tsinga, l’ancien vice-président de la Fédération camerounaise de football sort du bois pour annoncer officiellement sa candidature au prestigieux poste de patron du Comité exécutif de l’instance faîtière. Il n’est pas venu tout seul annoncer la (bonne) nouvelle à la presse vendredi 30 novembre 2018. Pour l’occasion, Seidou Mbombo Njoya s’est entouré d'imminents responsables du football au Cameroun tels Gilbert Kadji, Alim Konaté ou encore Franck Happy

Lui qui se présente comme un rassembleur, un fédérateur de têtes pensantes et d’idées novatrices capables de redonner au football camerounais ses lettres de noblesse. L’ancien premier vice-président de l’instance faîtière du football camerounais estime qu’après six années sous l’éteignoir, il est plus que jamais temps de mettre son expertise au service d’une fédération en mal de gouvernance depuis que son mentor Iya Mohammed est embastillé à la prison centrale de Kondengui.

Redonner plus de vie aux clubs

Présenté comme « l’homme de la situation », il a pour profession de foi, « Ensemble pour le changement ». Pour l’ancien patron de la défunte Loterie nationale du Cameroun (Lonacam), il est prioritairement question, de « rendre effective la professionnalisation du football camerounais ». Aussi, les différents axes majeurs du projet de gestion du candidat, portent-ils, sur : la gouvernance et l’administration ; le volet technique ; le football amateur ; le football professionnel; le football féminin; le football jeunes. L’homme promet aussi de redonner plus de vie aux clubs ; au futsal; au beach soccer ; aux joueurs ; aux entraîneurs ; aux arbitres ; à la médecine sportive ; aux supporters ; et aux Lions indomptables. Seront également inscrit dans son magistère, le marketing et la communication ; les infrastructures ainsi que le renforcement du rôle du Comité exécutif de la Fécafoot.

Pour ne rien faire à moitié, c’est Gilbert Kadji qui a décidé de casser la polémique et le sous-entendu que cette candidature a charrié au sein de la presse sportive. Prenant la parole, l’homme d’affaires a annoncé que Samuel Eto’o est derrière la candidature du fils d’Ibrahim Mbombo Njoya. « Samuel est dans notre équipe pour que le président Seidou soit à la fédération et la gère avec toute cette équipe qui vous a été présentée aujourd’hui ».  De quoi lever un pan de voile sur la question de parrainage née autour de ce sujet. Seidou Mbombo Njoya n’est pas un bleu de la tour de Tsinga puisqu’il a été élu Premier vice-président en juin 2013, avant de démissionner au lendemain de la prise de pouvoir de John Begheni Ndeh, premier vice-président sortant.

Daniel NDING

Lire aussi :Dieudonné Happi : «Le président de la Fécafoot sera élu en début décembre»

Share.

About Author

Leave A Reply