Dr. Gérard Eyoum : «Les données d’un pays sont du ressort de la sécurité nationale. Quand elles se retrouvent de façon incontrôlée à l’étranger, on est en danger»

0

Spécialiste en crime électronique, expert judiciaire agréé auprès des Cours d’appel du Centre et du Littoral, Dr. Gérard Lewourien Eyoum est le PDG de la société Cyberix. Dans cette interview, ce Camerounais analyse l’impact de la cybercriminalité au Cameroun. Et attire l’attention sur l’urgence de la cyber-défense au Cameroun.

 

Les informations sur nous, notre vie, nos profils d’utilisateurs sont logés dans des serveurs à l’étranger. Parfois les mots de passe que nous utilisons pour accéder à ces applications. Un des rares Spécialiste en crime électronique, expert Dr. Gérard Lewourien Eyoum est le PDG de la société Cyberix

Dr. Gérard Lewourien Eyoum.

Quel est l’état de la cybercriminalité au Cameroun ?

Il y a de cela trois ans nous étions parmi les cinq pays les plus infectés en Afrique. Je pense en réalité que le niveau de la cybercriminalité au Cameroun est relativement élevé. En revanche  les instances gouvernementales travaillent sans relâche pour pouvoir empêcher la progression. Les différentes machines politiques et étatiques fonctionnent très bien. Mais je pense qu’il y a encore beaucoup de choses à faire dans ce domaine. Déjà il faut se mettre dans les normes internationales mais surtout développer une politique globale nationale de sécurité, parce que les différents acteurs aujourd’hui qui combattent la cybercriminalité évoluent de façon solitaire. Il y a des actions très isolées pourtant je pense que si on agit de façon globale, il est fort possible qu’un plan de cyber-défense efficace puisse être mis en place et beaucoup plus intéressant en matière de sécurité intérieure.

Pourquoi affirmez-vous que le cyberespace peut être un élément de déstabilisation et de destruction massive ?

Peu importe le nom qu’on donne à l’information, dans un autre secteur comme les secteurs stratégiques, ça s’appelle du renseignement. On sait bien que le renseignement est un outil de management et de pouvoir au plus haut niveau. Donc si aujourd’hui 80% des informations de notre pays sont contenues dans des cyberespaces et que nous ne les contrôlons pas, ça veut dire en réalité que nous ne contrôlons pas 80% des informations du pays. Ce qui est très dangereux. Il est important pour un pays de mettre en place des phénomènes de filtrage, afin de savoir ce qui doit sortir et ce qui doit entrer. Sinon  on devient très exposé à des actions de subversion et de déstabilisation. Aujourd’hui, combien de dégâts et de maux les réseaux sociaux ont créé dans les familles ? On voit tous les jours les ministres qui sont obligés de faire des démentis, alors que tout le monde ne lit pas ces démentis. Il est quand même urgent  de réagir et de contrôler ces facteurs. Aujourd’hui on est totalement impuissant devant les Fake news. Qu’est-ce que les autres ont fait ? Comment est-ce qu’ils l’ont fait ? Pourquoi nous ne le faisons pas ? C’est ça les différents challenges. C’est bien de courir vers la numérisation, de crier vers une génération androïde, mais si on ne contrôle pas les dangers d’exposition au prisme digital, la génération androïde peut aussi être la génération perdue. Les cyberespaces sont des espaces soumis à l’autorité, à l’intégrité d’un Etat. La Chine, la Russie, bien d’autres pays ont mis en place des politiques pour protéger leur espace. Nous avons par exemple vu à Dubaï comment l’arrivée de Whatsapp a attaqué l’économie en fragilisant la téléphonie. Ils ont mis en place des politiques qui empêchent d’appeler via Whatsapp lorsque vous êtes à Dubaï. Pourquoi est-ce que nous n’utilisons pas les technologies digitales, la découverte numérique ou le miracle du troisième âge à notre avantage pour résoudre nos propres problèmes ? On croyait que ce n’était pas possible pourtant le Rwanda l’a fait, donc nous aussi pouvons le faire.

Quel danger réel représentent les réseaux sociaux comme Whatsapp ?

Les serveurs de toutes ces applications sont logés à l’étranger. Les informations sur nous, notre vie, nos profils d’utilisateurs sont logés à l’étranger. Parfois les mots de passe que nous utilisons pour accéder à ces applications sont les mêmes que nous utilisons pour notre boite mail, pour notre compte bancaire. Demain, lorsque ces serveurs sont compris à l’étranger, la répercussion se rabat jusqu’ici. On a vu comment le virus petya a frappé à l’étranger et a sévi également au Cameroun. C’est la même chose lorsque nos entreprises hébergent les données à l’étranger. Les données d’un pays sont du ressort de la sécurité nationale. Quand ces informations se retrouvent de façon incontrôlée, non filtrée à l’étranger, on est en danger. Quand ces informations sont traitées et analysées, ce qu’il en ressort est appelé dans le jargon géostratégique le renseignement.

Quel est l’impact de la cybercriminalité, les réseaux sociaux sur le terrorisme au Cameroun ?

On devrait penser à contrôler le cyberespace au Cameroun, en faire une propriété camerounaise, ce qui n’est malheureusement pas encore le cas. Tant que notre cyberespace ne nous appartient pas, il peut être utilisé contre nous. Mais quand il nous appartient, il est exclusivement camerounais, et du ressort des autorités camerounaises en matière de management et de gestion de crise et même de prise de décision sécuritaire.

Comment faire donc pour avoir un cyberespace camerounais ?

On contacte des experts. Le Cameroun en a.

Pourquoi être-vous autant réservé quant à l’arrivée de la monnaie électronique au Cameroun ?

A mon avis, l’Etat devrait déjà penser à se pencher dessus et voir comment réglementer et contrôler très vite  ce phénomène, parce que en réalité, avec cette monnaie électronique ou cryptée, il y a jusqu’à présent plus de victimes que de satisfaits. Il est important pour notre pays de réfléchir pour voir comment régir et légiférer ce phénomène. Avec ces Bitcoin que nous avons ici, qui sont logés dans les serveurs à l’étranger, ce phénomène ne facilitera-t-il pas l’évasion des fonds camerounais vers l’étranger, même de façon inconsciente ? Le fait est qu’il y a une conversion de la monnaie physique en monnaie virtuelle qui est logée dans un serveur étranger. Par conséquent,  le Cameroun perd de l’argent d’une façon ou d’une autre. Il faudrait que des institutions telles que la Cobac, la Beac essayent de regarder parce que la cryptomonnaie est aujourd’hui un gros moyen d’évasion et de transfert des fonds de façon transparente. Et nous ne devons pas nous étonner que demain ça soit au cœur des arnaques et du financement du terrorisme. Je ne mettrais pas mon argent là dedans si ce n’est pas régi par une réglementation, parce que si je me fais arnaquer, quels sont les voies de recours que j’ai ? Est-ce qu’il existe même des experts agréés dans les différentes cours en matière de cryptomonnaie et de contentieux cryptofinancier ? Tout ça n’est pas encore fait. Il y a un gros vide juridique. Si je ne suis pas couvert par la loi, je ne vais nulle part.

Entretien avec Valgadine TONGA

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More