Devoir de mémoire : Hommage à Ruben Um Nyobe

0

Le mois de septembre  au Cameroun ne rappelle pas seulement la rentrée scolaire. Il rappelle aussi et ce depuis 60 ans, la mort de l’un des nationalistes qui a tout sacrifié, jusqu’à sa vie, pour revendiquer une véritable indépendance pour le Cameroun. Ruben Um Nyobe il s’appelait. En 1958, le 11 septembre comme c’est le cas aujourd’hui, les dés étaient déjà presque pipés pour cet homme de 45 ans, puisque la conspiration pour l’assassiner avait déjà fait du chemin et l’étau se resserrait sur lui. Aujourd’hui il est qualifié par les historiens de « personnage-charnière », incontournable dans l’histoire du Cameroun, qui par-dessus tout, a ouvert une période politique et culturelle nouvelle au Cameroun : celle de l’invention d’une identité nationale. Il avait ordonné son activité intellectuelle autour d’un projet de rupture avec l’ordre colonial.

Le mois de septembre au Cameroun ne rappelle pas seulement la rentrée scolaire. Il rappelle aussi et ce depuis 60 ans, la mort de l’un des nationalistes qui a tout sacrifié, jusqu’à sa vie, pour revendiquer

Um Nyobe.

 Fibre contestataire

Um Nyobè est né en 1913 à Song Peck près de Boumnyébel à 180 kilomètres de Douala dans l´arrondissement d´Eséka, de deux  des paysans Basa’a Nyobé Nsounga et de Ngo Um Nônos. A 7 ans, il entre à l´école presbytérienne de Makaï où on lui donne le nom de baptême « Ruben » en 1921. Quatre ans après, il change d’école pour Ilanga près d´Eséka où il obtient son certificat d´études primaires en 1929, à l’âge de 16 ans.  A 18 ans, il intègre l´École normale de Foulassi en région Bulu, tenue également par les presbytériens. Il est renvoyé de cette école, l´année où il doit obtenir son diplôme de fin d´études, accusé d´être toujours prompt à prendre la tête des mouvements de revendication et de protestation. Il obtiendra néanmoins son diplôme de fin d´études, en tant que candidat libre.

Commence alors sa carrière d’enseignant  pendant quelques années dans les écoles presbytériennes, jusqu’en 1935, quand il est admis au concours des commis des services civils et financiers. Il poursuit ses études en travaillant et obtient par correspondance sa première partie du baccalauréat en 1939. La même année il est affecté au greffe du tribunal d´Édéa. Dans l´exercice de son métier, il se passionne pour le droit. Ce faisant, il découvre l´injustice à laquelle sont soumis les Camerounais, à travers le système de l´indigénat. En effet, la loi distingue les indigènes c’est-à-dire les Camerounais considérés comme des sujets et les français considérés comme des citoyens, et ne laisse aucune possibilité d´expression pour la lutte politique ou pour la défense des droits des travailleurs aux indigènes.

Réfractaire à l’injustice sociale

La participation de nombreux « indigènes » à la deuxième guerre mondiale de 1939 à 1945 va pousser le général De Gaulle alors héros de la France libérée de la colonisation allemande d´alléger quelque peu la rigueur des lois sur l´indigénat. En 1944, sous la pression des évènements, les autorités françaises reconnaissent aux travailleurs camerounais le droit de s’affilier à des syndicats. Um Nyobè rejoint alors l’Union des syndicats confédérés du Cameroun (USCC), Toutefois, dans les colonies, les revendications syndicales se mêlent inévitablement à la question du colonialisme ; les syndicats militent pour l’égalité salariale entre travailleurs blancs et indigènes, pour la fin des discriminations dans les promotions et finalement contre les relations d’autorité entre l’administration française et les populations camerounaises.

En mai 1945, le Cercle d’études marxistes (devenu “Cercles d’études sociales et syndicales”) s’oriente vers la création d’un « mouvement national camerounais avec comme objectif l’indépendance ». Rapidement, deux évènements accélèrent le développement d’un sentiment nationaliste et anticolonial. En septembre 1945, à Douala, des colons ouvrent le feu sur une manifestation de grévistes, la faisant dégénérer en émeute. Les affrontements s’étendent et un avion sera utilisé pour mitrailler les émeutiers. Officiellement, selon les autorités coloniales, le bilan serait de 8 morts et 20 blessés, mais selon l’historien Richard Joseph, ce bilan serait très inférieur à la réalité et les morts se compteraient en dizaines. L’une des principales préoccupations de la colonie est désormais d’anéantir le mouvement, qui devient une menace pour la conduite tranquille de sa politique d’asservissement des Camerounais.

 Du syndicat au parti

La répression qui s’ensuit contre l’USCC et ses dirigeants est impitoyable, mais conduit une nouvelle génération de militants à en assumer la direction. Ruben Um Nyobè, qui ne reculait devant rien tant la justice sociale était en jeu, qui avait déjà été chassé de l’Ecole de Foulassi parce qu’il revendiquait ses droits et ceux de ses camarades, devient secrétaire général du syndicat en 1947. Le second évènement majeur est la création du Rassemblement démocratique africain. Um Nyobè est présent à Bamako en septembre 1946 pour le premier congrès du parti en tant que représentant de l’USCC. De retour au Cameroun, il travaille à la création d’un parti camerounais suivant cette dynamique; qui aboutit à la fondation de l’Union des populations du Cameroun (UPC) par des syndicalistes de l’USCC, la nuit du 10 avril 1948 dans un café-bar de Douala.  Pour des raisons stratégiques, il n’est pas présent physiquement lors de la fondation, mais les bases idéologiques, il les a déjà fixées, et c’est tout naturellement qu’il est porté à la tête du parti au mois de novembre 1948. Il a 35 ans, et sait qu’en prenant la tête de ce qu’il appelait lui-même mouvement, le destin de tout un peuple qui aspire à la liberté reposait déjà sur ses épaules, il va à partir de ce moment-là donner une orientation particulière au combat, qu’il sait être rude.

A suivre…

Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More