Adresse à la nation : Biya reste dans sa bulle

0

A tout Seigneur tout honneur, nous commençons cette année en marquant un signe de reconnaissance au Président de la République, qui a bien voulu dans son discours de fin d’année, adresser ses vœux les meilleurs à la nation. C’était pour sacrifier à la tradition, et il est resté fidèle. Cette adresse à la nation a été un exercice auquel se sont pliés presque tous les chefs d’Etat de la planète, chacun dans son style. Il y a des pays où les chefs d’Etat, sans rien avoir de pressant se sont adressés à leurs peuples juste pour la forme. Il y a des pays où les discours étaient attendus, au vu des sujets de l’heure.

A tout Seigneur tout honneur, nous commençons cette année en marquant un signe de reconnaissance au Président de la République, qui a bien voulu dans son discours de fin d’année, adresser ses vœux les meilleurs à la nation

Sujets brûlants

Le Cameroun fait partie de ces pays où la sortie du chef de l’Etat était le plus attendu, au moment où le pays est encore traversé par les odeurs de corruption et de surfacturation des marchés de construction des infrastructures de la Can 2019, et dont les conséquences ont été le retard entrainant le retrait de l’organisation. Au moment où la crise sécuritaire dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest est loin d’avoir fini de dévoiler son caractère nébuleux, les enlèvements,  les assassinats et les attaques ne cessant de survenir de façon plus surprenante chaque jour. Pour autant, le président Biya est resté dans son style. Un discours enregistré à l’avance, et simplement diffusé à l’heure dit à la télévision d’Etat repris en relais par les autres médias audio-visuel ou en ligne. Une communication verticale ou  unidirectionnelle, que la Nation devait prendre pour dit, satisfaite ou pas. Et pour que le message passe davantage, des plateaux ont été organisés dans les médias pour faire comprendre ce que le Chef de l’Etat a dit ou voulu dire pour ceux qui n’ont pas compris, avec l’inconvénient que ceux qui expliquent vont souvent au-delà de la pensée de l’auteur pour lui faire dire ce qu’il n’a pas dit. Lire aussi :Revirement : le Maroc ne veut plus sucer la Can 2019

Quand ailleurs le chef d’Etat communie avec le peuple

Dans un autre pays africain où les sujets brulants devaient être abordés dans le discours à la nation, au Sénégal plus précisément,  le chef de l’Etat ne s’est pas contenté de s’adresser à la nation de façon classique comme les autres. Macky Sall s’est, à la suite de son adresse à la nation, livré à un entretien à la télévision sénégalaise, avec en face de lui une dizaine de journalistes de la presse publique et privée confondues. Au regard des enjeux et de la considération qu’il accorde à sa population, le président sénégalais a bien compris qu’il ne fallait pas seulement lire un discours préparé par les services de la communication du palais. Ces services qui ont l’habitude  d’arranger les formules, d’esquiver des sujets, et faire en sorte qu’à la fin les populations ne se retrouvent pas toujours.

Il a voulu démontrer sa volonté de se fondre dans la masse, en venant affronter directement les opinions représentées par les journalistes de tous bords. Le faisant, il descendait de son trône ou de son fauteuil présidentiel pour venir s’asseoir avec le peuple. Il venait discuter avec eux, prendre leurs avis, les écouter, répondre à des questions, envisager des solutions et penser le pays en intégrants toutes les sensibilités. A ce moment-là il pense ce qu’il dit, et dit ce qu’il pense, et non ce que les autres ont pensé pour lui et introduit dans le discours qu’il devait lire. Ce faisant il esquivait les pièges de son entourage pour communier avec le peuple dans un style désormais défini comme le dow-floor management, qui permette au chef de se mettre sur le même palier que ses subordonnées, pour essayer de comprendre en même temps qu’il se fait comprendre. Lire aussi :https://www.pressafrik.com/Video-Apres-son-discours-Macky-Sall-fait-face-aux-journalistes_a194398.html

Plus important encore, l’échange du président sénégalais avec les journalistes s’est fait en Wolof, la langue nationale du pays. Un moment pendant lequel le pays tout entier, à partir de la présidence, s’est dépouillé de l’instrument colonial qu’est la langue française, pour se parler à lui-même dans sa propre langue. Un moment pendant lequel le président a été interpellé sur les questions de  politique économique, sociale, culturelle, sanitaire, éducationnelle, agricole et autre. Et il a abordé toutes ces questions sans tabou avec des journalistes pour lesquels il avait visiblement beaucoup de considération. Au sortir de ce type d’entretien, qui s’apparente d’ailleurs à un dialogue, les populations se sentent davantage rassurées, et même si les réponses ne satisfont pas toujours tout le monde, il reste au moins le sentiment que le chef n’est pas dans une tour d’ivoire, séparé de son peuple par un mur de glace.

Biya dans sa tour d’ivoire

Le président camerounais lui, est resté dans ses habitudes, de se tenir à distance. L’adresse à la nation était pourtant l’occasion à se saisir pour amorcer le rapprochement vers un peuple qui attend des réponses à moult questions, et des actions concrètes pour redonner espoir. Mais la communication verticale a une fois de plus enlevé du discours tout son charme et sa substance. Surtout que sur un point essentiel le peuple est resté sur sa faim. Faisant allusion au retrait de l’organisation de la Can qui a ouvert la boite à pandore des surfacturations, le président a minimisé l’ampleur de la situation considérant ce retrait comme un « glissement de date», oubliant au passage qu’il avait lui-même et personnellement pris l’engagement que cette compétition se tiendrait au Cameroun qui devait être prêt le jour dit. Sans aborder les questions les plus préoccupantes de l’heure,  et en restant distant, le Président Biya n’a finalement fait que sacrifier à un rituel, ne faisant finalement du souhait de bonne année qui subsiste dans son discours qu’une simple formule…de politesse.

Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More