Revirement : le Maroc ne veut plus sucer la Can 2019

0

Favori pour accueillir la compétition à la place du Cameroun, le Royaume chérifien a annoncé ce mercredi, qu’il ne présentera pas sa candidature. Alors que les prétendants se font rares, l’espoir pour la Confédération africaine de football pourrait venir du Ghana.

Non au cadeau empoisonné ! Le Maroc ne veut pas de cette Can. Sans doute trop amère pour jouer les récupérateurs. Considéré comme le grand favori pour accueillir la Can 2019 à la place du Cameroun, le Royaume chérifien n’organisera pas le tournoi. Et pour cause, le Royaume chérifien a tout simplement décidé de ne pas candidater pour abriter la compétition qui débutera le 15 juin ! Répandue dans la presse marocaine ces dernières heures, l’information a été confirmée par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Rachid Talbi Alami, au micro d’Arryadia. Alors que le Maroc a parfois été accusé de se trouver à l’origine du retrait de la Can au Cameroun afin d’accueillir la compétition à sa place, cette annonce représente un sacré revirement mais surtout de nouveaux problèmes en vue pour la Confédération africaine de football (Caf) qui misait sur une candidature du pays de Mehdi Benatia. « La plupart des nations africaines sont presque certaines que le Maroc organisera la prochaine Coupe d’Afrique », déclarait encore récemment le président de la Caf, Ahmad, au micro de beIN Sports.

L’élection à la Caf d’Ahmad Ahmad, réputé proche du Maroc, s’étant accompagnée d’un renforcement de la représentativité du royaume chérifien au sein des organes de l’instance continentale, l’organisation de la Can 2019 serait une belle revanche pour le pays des Lions de l’Atlas qui n’a plus abrité cette compétition depuis 1988. Sans surprise, la Caf a annoncé l'ouverture d'une nouvelle fenêtre de tir, afin que les prétendants au sauvetage se manifestent. Le Maroc, l'Afrique du Sud, l'Egypt

Ahmad Ahmad et le président de la Fédération marocaine de football

L’espoir de la Caf

Or, à 48 heures de l’expiration de la deadline, vendredi à minuit, aucun pays n’a officiellement annoncé sa candidature pour remplacer le Cameroun. Ahmad a bien mentionné lundi dernier le cas de l’Afrique du Sud, qui a déjà joué les pompiers de service, mais les Bafana Bafana n’ont pas communiqué à ce sujet de leur côté. Il y a aussi l’hypothèse de l’Egypte qui avait écarté toute candidature pour ne pas faire l’ombre au Maroc. Mais le retrait marocain va peut-être rebattre les cartes aux yeux des Pharaons. Ces dernières heures, l’espoir pour la Caf est surtout venu du Ghana où le ministre de la Jeunesse et des Sports, Isaac Asiamah, a entrouvert la porte en déclarant que son pays est prêt à dépanner si on lui en fait la demande… « Le Ghana a de bonnes chances d’accueillir n’importe quel tournoi organisé par la Caf. Nous sommes prêts. Si la Caf dit que nous devons accueillir celle du Cameroun, nous serons toujours prêts », a lancé l’homme politique. « Peut-être diront-ils que nous sommes devenus trop gourmands parce que nous venons d’en accueillir une (la Can féminine achevée en début de mois), mais si l’occasion se présente, je peux vous dire avec confiance que le Ghana est prêt. Pour l’instant, ce n’est pas notre intention. » Alors que les prétendants ne se bousculent pas au portillon, ces propos n’ont pas dû passer inaperçus du côté de la Caf. A suivre !

D.N. avec afrik-foot

Share.

About Author

Leave A Reply