8 mars : dépenses futiles contre œuvre utile

0

Le mois de mars qui commence demain fait depuis plusieurs semaines l’objet de planification d’un certain nombre d’activités tournant autour de la femme. Pour elle, le Cameroun célèbre comme partout ailleurs dans le monde la journée du 8 mars, la particularité camerounaise, c’est que cette journée s’est jusqu’ici illustrée par des dérives. L’instauration d’un pagne a en effet dilué la signification de cette journée de lutte et de protestation, dans des querelles de ménages, des défilés monotones clôturés par des virées éthyliques.

Pour faire bonne figure, ministères, administration, entreprises et autres associations ont déboursé beaucoup d’argent pour distribuer le précieux bout de tissus, et les courtières ne tarissent pas d’imagination pour inventer des modèles futuristes. Au regard de l’affluence constatée dans les points de vente de la Cotonnière industrielle du Cameroun (Cicam), il est évident que même chez les particuliers, le pagne est encore prisé. Mais au-delà du pagne, les femmes qui réclament cette journée comme étant la leur, ne connaissent même pas parfois le thème de réflexion retenu pour l’édition. Lire aussi :La folklorisation des Journées internationales célébrées au Cameroun

Mobilisation et revendications en Rdc

Ici, on pense à la fête, rien de plus. Cette année, encore, tout laisse penser que rien ne sera  différent, à l’allure où vont les choses. Ailleurs pourtant, les femmes se sont souvent mobilisées autour de cette date pour faire œuvre utile en direction de l’humanité, à défaut de revendiquer de meilleures conditions de travail. En République démocratique du Congo, les femmes de partis politiques de l’opposition avait pris en 2012, la décision de boycotter toutes les festivités relatives à cette journée mondiale de la femme célébrée le 8 mars de chaque année. Elles entendaient ainsi protester contre la fraude électorale du 28 novembre 2011. Dans leur manifeste, elles indiquaient que la fraude électorale du 28 novembre 2011 avait été plus préjudiciable à la femme. Plusieurs d’entre elles, candidates malheureuses aux élections locales étaient d’avis que leurs voix avaient été volées dans les centres de compilation au profit des candidats alliés au régime planificateur de la fraude électorale. Celles qui avaient eu le courage d’introduire des recours n’ont pas obtenu gain de cause de la part de la Justice Congolaise.

L’année suivante, en 2013 toujours en Rdc, Geneviève Inagosi Kasongo, la ministre du genre, femme et famille, décréta que la célébration du 8 mars sera non festive et sans pagne officielle. Le docteur gynécologue Denis Mukwege, médecin directeur de l’hôpital de Panzi, lui avait dressé un état de lieux terrifiant pour ce qui concerne la femme. En quinze ans, cet hôpital avait reçu et soigné 40.000 femmes violées, dont un quart des fistuleuses suite aux viols et violences sexuelles à l’Est de la République Démocratique du Congo. Seul 600 cas avaient étés présentés devant la justice. Parmi ceux-ci, 150 jugements seulement ont étés rendus.

Boycott des femmes tchadiennes

Au cours d’une conférence donnée après avoir lui-même échappé à une tentative d’assassinat, le médecin directeur de l’hôpital surnommé «l’homme qui répare les femmes» avait déclaré : « Ce fossé assez grand entre les victimes – dont le nombre ne fait que s’accroitre – et les cas traités en justice inquiètent au plus haut point et interpelle tout Congolais.» La RDC féminine, fatiguée de cette réalité macabre, s’est ainsi sentie interpelée et demandait que stoppent ces violences érigées en arme de guerre. La ministre du genre, femme et famille avait non seulement décidé de mettre en berne la journée du 8 mars, mais surtout elle accompagnait le médecin dans des conférences. Dans cette série de rencontres qui les réunissait avec les femmes, les médecins, la presse et même les autorités étatiques et para-étatiques, Denis Mukwege, appuyé par la ministre Inagosi avaient dû trouver des mots qu’il fallait, des paroles justes pour exprimer les douleurs qu’enduraient les femmes congolaises à l’Est et surtout dans des zones de conflits partout au pays.

En République tchadienne  à la frontière nord du Cameroun l’année dernière, un groupe de femmes a initié au mois de février une campagne de boycott du « pagne 8 mars » sur les réseaux sociaux.  L’objectif pour ces femmes était d’éviter de faire des dépenses “futiles” d’après leur propre expression, pendant ces moments de crise généralisée que traversait le pays. Roh Dionlar, une des initiatrices du boycott, avait confié à un journal local le 16 février 2018: « Nous avons pris cette initiative pour manifester notre mécontentement en tant que femme ou fille de ce pays, face à tout ce qui se passe. Nos enfants, nos frères et nos maris sont à la maison. Le gouvernement nous a ôté tout droit de manifestation ou de réclamer nos droits. Alors nous trouvons qu’il est admissible de dépenser le peu qui nous reste pour acheter ce pagne et pire encore, aller défiler devant eux. Nous n’avons aucune joie au cœur pour faire ça. »

Indifférence au Cameroun

Le mois de mars qui commence demain fait depuis plusieurs semaines l’objet de planification d’un certain nombre d’activités tournant autour de la femme. Pour elle, le Cameroun célèbre comme partout ailleurs dans le monde la journée du 8 mars, la particularité camerounaise, c’est que cette journée s’est jusqu’ici illustrée par des dérives. L’instauration d’un pagne a en effet dilué la signification de cette journée de lutte et de protestation, dans des querelles de ménages, des défilés monotones clôturés

Des victimes de boko haram.

Au Cameroun, Boko Haram terrorise la femme et la jeune fille depuis des années dans la région septentrionale, sans que cela n’arrête les fêtes. Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, la femme qui a survécu vit meurtrie dans sa chère, victime des violences quotidiennes. Dans cette région, les familles sont disloquées, chacun est parti de son côté pour échapper à la mort, la souffrance et la famine. Mais que fait le ministère en charge de ce département au sein du gouvernement ? En plus dirigée par une femme ?

A l’origine, la journée du 8 mars a été instituée pour marquer la revendication de la femme pour un traitement plus humain en toute circonstance. N’est-il pas temps, en cette occasion du 8 mars 2019, que la branche féminine du gouvernement, à travers le ministère de la promotion de la femme et de la famille, s’arrête un instant pour évaluer la situation de la femme ? En guise de solidarité pour les femmes et filles des Régions du Nord-Ouest, Sud-Ouest, Nord et Extrême Nord, les femmes camerounaises ne peuvent-elles, comme les femmes du Tchad l’année dernière, éviter des dépenses futiles, pour faire œuvre utile ?

Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Ce type de campagne a causé des malformations et des infertilités chez nos filles en Afrique. Pour une fois, chers parents soyez plus exigeants, soyez plus regardants, ne laissez pas ce vaccin,
    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More