- Advertisement -spot_img
AccueilA La UneViolence en milieu scolaire : l’Est accueille la vaste campagne de la Fondation...

Violence en milieu scolaire : l’Est accueille la vaste campagne de la Fondation Flomik

- Advertisement -spot_img

La caravane des 5 et 6 mai 2022 permettra notamment de sensibiliser les élèves, la communauté éducative et les parents sur les méfaits de la consommation des stupéfiants chez les enfants.

06 avril  2022 à Yaoundé au Cameroun. Le principal du complexe scolaire Yona au quartier Nkolbisson, a été poignardé, à l’aide d’un couteau, au ventre et à l’épaule par un élève. Le 28 mars 2022, la surveillante générale du Lycée de Nkol-Eton,  s’est vue refaite le portrait par une élève. Le 14 janvier 2021, Boris Kevin Njomi Tchakounté, enseignant de mathématiques au Lycée de Kolbisson à Yaoundé a trouvé la mort suite aux coups de poignard au compas de son élève en pleine salle de classe. Les actes de violence en milieu scolaire sont de plus en plus légion. Quand ce n’est pas sur les enseignants, c’est entre camarades que les violences ont court, se sanctionnant presque toujours par des drames.

Lire aussi :Education au Cameroun : mention “Excellent” à la violence sur les enseignants 

«La majorité des délinquances est essentiellement due à la consommation des stupéfiants et drogues en milieu scolaire», soutient Marie Florence Hond. Un constat fait par celle qui la présidente fondatrice de la Fondation d’Education d’Espérance By Flomik (Feef). La fondation est spécialisée dans la sensibilisation, la désintoxication, et la réinsertion des jeunes délinquants.  Les 5 et 6 mai 2022, Feef organise une grande campagne de sensibilisation de désintoxication et de prise en charge des jeunes dans la région de l’Est. La campagne qui se déroulera dans quatre établissements aura pour thème : «Jeunesse scolaire responsable : sans violence, sans drogue, sans tabac, sans alcool».

Lire aussi :Délinquance juvénile au Cameroun : le combat de la Fondation By Flomik 

Les cibles de cette campagne sont les élèves, les encadreurs, le corps enseignant et les parents d’élèves. «Nous voulons aider notre jeunesse à sortir de cette délinquance. C’est la raison pour laquelle, dans les quatre établissements où nous serons, nous mettrons sur pied des clubs qui vont servir de relais entre la fondation et le milieu scolaire. A travers le club, on va identifier et recenser les enfants à problème. C’est ce que nous faisons dans tous les établissements que nous visitons. Nous les prendrons par la suite en charge au niveau de notre fondation», explique la fondatrice Marie Florence Hond.

Lire aussi :Marie Florence Hond : «Je vis pour créer les emplois, pour aider la jeunesse»  

Celle qui est par ailleurs PDG du groupe Flomik poursuit : «L’objectif de la fondation tel que lui confère le pouvoir de son agrément, c’est de faire le tour des dix régions du Cameroun. Nous avons par le Centre, puis le Littoral. La caravane se déporte cette fois à l’Est. Nous allons ouvrir un centre de désintoxication et de prise en charge des enfants délinquants et à problème de Douala.  Nous avons un projet qui sera finaliser en fin d’année prochaine, c’est celui de créer un répertoire des enfants à problème et de le mettre à disposition des différents chefs d’établissements, question de les identifier le moment venu et les mettre en désintoxication et prise en charge».

Lire aussi :Toxicomanie / Thérèse M : «Je buvais vingt sachets de whisky par jour» 

Daniel NDING

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Restez Connectés
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Coup De Cœur
- Advertisement -spot_img

LAISSEZ UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Similaires
- Advertisement -spot_img