A La UneCulture

Us et coutumes : le Ndeuk élève Dieudonné Bougne

0
Doyen d’âge, aîné, patriarche, ancien…Dieudonné Bougne reçoit désormais toutes ces appellations. La cérémonie traditionnelle du Ndeuk lui octroie tous ces égards, le Ndeuk

La grande danse du Clan d’Âge dans le département de la Menoua dans l’Ouest Cameroun a réuni population, autorités administratives, milliardaires de la localité autour du Pdg du groupe Bocom.

Doyen d’âge, aîné, patriarche, ancien…Dieudonné Bougne reçoit désormais toutes ces appellations. La cérémonie traditionnelle du Ndeuk lui octroie tous ces égards, le Ndeuk n’étant pas à la portée de tous. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, la place du Marché Bansoa Chefferie grouille de monde le samedi 26 décembre 2020. Les milliardaires de Dschang à la tête de Cca, Kami Toyota, Tampico…ont fait le déplacement. Personne ne peut souhaiter être absent du Ndeuk.  Le soleil au zénith ne dissuade même pas les centaines de fils et filles Bansoa qui n’ont pas trouvé place assise sous les tentes. «Le Ndeuk est une danse réservée aux sexagénaires. C’est une très grande fête, parce qu’une consécration de la vie par Dieu et nos ancêtres», nous explique un initié pendant le déroulé de l’évènement.

Alors que le préfet, le sous-préfet, les chefs de 2ème et 3ème degré ainsi que leurs épouses s’installent, des fils du village Bansoa -en attente de la soixantaine- dansent autour d’un grand cercle qu’ils ont formé. Au centre, un griot et un groupe d’initiés qui produisent des décibels sur leurs tam-tams. «Ceux qui dansent sont les candidats à la prochaine danse du Clan d’Âge qui aura lieu dans neuf ans. Le premier tour du Ndeuk sera effectué par les notables. Les princes seront au deuxième tour. Pour finir, ce sera les autres sexagénaires du village», commente un connaisseur derrière son microphone. Après une quarantaine de minute, les choses sérieuses commencent. Les appelés à la table du Ndeuk gagnent la scène, sonnant ainsi la fin de la parade des cadets.

Lire aussi :Success story : les étudiants de la Catho à l’école de Dieudonné Bougne

Doyen d’âge, aîné, patriarche, ancien…Dieudonné Bougne reçoit désormais toutes ces appellations. La cérémonie traditionnelle du Ndeuk lui octroie tous ces égards, le Ndeuk

Sa Majesté Tchinda II Jean de Dieu.

Chef supérieur du groupement Bansoa, Sa Majesté Tchinda II Jean De Dieu ouvre le bal du Ndeuk pour les notables. «Voilà le Pdg de Bocom… Voilà le Pdg… Regardez… Félicitations ! Vous le méritez… Soyez bénis !», entend-on dans la foule. On se bouscule, se marche dessus pour apercevoir Dieudonné Bougne dans ses attributs traditionnels. Comme les autres notables de son rang, il danse en faisant le tour du village, pour dire sa reconnaissance à Dieu pour les bénédictions. Accolades, ovations, selfies, you-you, chants d’allégresse jonchent son parcours. Sa joie est partagée par ses épouses qui l’accompagnent jusqu’au domicile où les réjouissances seront ouvertes à tout le village.

«Le Ndeuk est une cérémonie qui symbolise la retraite. Tout le monde n’a pas la grâce d’atteindre cet âge comme moi. J’ai 65 ans. Beaucoup de mes amis ne sont plus de ce monde et comme vous voyez mon corps, je n’ai aucune égratignure. Ça veut dire que le Seigneur me protège, raison pour laquelle je dois le célébrer», explique le doyen d’âge Dieudonné Bougne.  Et de poursuivre : «Celui qui sort du Ndeuk est respecté parce qu’il a franchi les étapes. Aussi, ce n’est pas parce que j’ai franchi ces étapes que je dois manquer de respect à celui qui n’est pas encore passé. Mon cadet aussi n’a pas le droit de m’insulter, sinon il sera maudit. Le Ndeuk symbolise en fait le respect dans la société. Ce n’est pas un rite. C’est un appel au respect. Dans la société d’aujourd’hui, un enfant de 10 ans insulte son aîné, les personnes de mon âge insultent les personnes âgées. Ça n’existait pas avant. Nous devons réinstaurer  ce sens du respect, les échelons d’âge. Un jeune voit un papa qui marche avec sa canne, il le bouscule. Le Ndeuk demande plutôt que si tu vois un grand-père, aide-le à poursuivre son chemin parce qu’il est plus âgé que toi

Doyen d’âge, aîné, patriarche, ancien…Dieudonné Bougne reçoit désormais toutes ces appellations. La cérémonie traditionnelle du Ndeuk lui octroie tous ces égards, le Ndeuk

Le Notable Dieudonné Bougne et sa famille.

Lire aussi :Investissement : le groupe BOCOM étend ses tentacules

Préfet de la Menoua, Mboke Godlive Ntua reconnaît l’importance des festivités du Clan d’âge dans son département : «Le Ndeuk est une fête traditionnelle qui accorde la notabilité à certains. C’est une cérémonie qui rassemble le peuple autour du Chef traditionnel. C’est une fête de passation de grade et l’autorité administrative les accompagne. On ne participe pas, mais quand le peuple est en fête, on doit communier avec lui. »

Bansoa est une chefferie de 2ème degré dans l’arrondissement de Penka-Michel. Il représente 94 villages -officiels et non reconnus- qui pourraient représenter des villages autonomes ailleurs. «La population est dense, avec des maisons à chaque mètre carré. Bansoa est une très grande chefferie à Penka Michel, qui compte 4 chefferies de 2ème degré. La fête d’aujourd’hui concerne 25% de la population de la commune de Penka Michel», précise le préfet. Rendez-vous au prochain Ndeuk, dans neuf ans pour.

Lire aussi :Tribune libre – NOSO / Régionales : Rêve brisé des Media-prostitutes

Valgadine TONGA, de retour de Bansoa

 

 

LA VOIX DU KOAT

Football : Clinton Njié fait son festival

Previous article

Cancer du col de l’utérus : des médecins vantent la vaccination

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une