- Advertisement -spot_img
AccueilA La UneSaga Mboa : CUD cherche patrimoine foncier

Saga Mboa : CUD cherche patrimoine foncier

- Advertisement -spot_img

Un arrêté  du   17  mai 2021 signé du maire  de  la ville au sein de la Communauté  Urbaine de Douala, porte création d’une Régie autonome  foncière   et  Domaniale   à  la CUD.

 

Quel est le visage de ce ‘bébé’ inédit du maire Mbassa Ndine ? La Régie Foncière   et  Domaniale   de  Douala (RFD) a pour  mission entre autres : la sécurisation du patrimoine foncier  existant, la recherche et l’acquisition de nouveaux patrimoines ; le suivi des procédures  légales en matière d’expropriation et d’indemnisation impliquant la Communauté urbaine de Douala (CUD) ; la densification du patrimoine  immobilier de la CUD, l’inventaire  des terrains cédés  avant l’indépendance etc.

Vaste programme qui rappelle le  challenge que le baron Haussmann, toutes  proportions  gardées, avait reçu sous Napoléon III, pour l’urbanisation de la ville de Paris. En effet, la cité étouffait sous le poids d’un développement anarchique et de l’insalubrité la plus totale, aggravée par l’exode rural qui avait doublé sa population en moins d’un siècle.

Grace à Hausmann, Paris est donc passé  d’un état moyenâgeux à la modernité du siècle. On n’en est pas encore là pour Douala. Mais ce challenge qui consiste à la sécurisation du patrimoine foncier  « existant », la recherche et l’acquisition de nouveaux patrimoines ; le suivi des procédures  légales en matière d’expropriation et d’indemnisation impliquant la CUD ; la densification du patrimoine  immobilier de la CUD…ressemblent à s’y méprendre aux 12 travaux d’hercule quand on sait que la capitale économique avec ses 26000 hectares de superficie, soit 265 millions de m2 et une population tutoyant les 4 millions d’habitants est une monstrueuse mégalopole qui s’étire dans tous les sens…

Lire aussi :Aménagement urbain : l’indifférence des Communautés urbaines 

On attribue à la CUD, depuis son érection en 1987 jusqu’à la suppression de la fonction de Délégué du Gouvernement en 2020, moins de 30 titres fonciers en propres en 43 ans d’existence du magistère de 7 Délégués du gouvernement successifs, jusqu’à Fritz Ntone Ntone, le dernier des mohicans parti après 14 ans à la tête CUD ! Même l’hôtel de ville n’a pas de titre foncier. Pour ne s’arrêter qu’à cette fourchette-là. Au total, braderies et  spoliation foncière issues de ‘jongleries’ administrativo-fonciers du Domaine de l’Etat, Douala a été saigné à blanc.

Un arrêté  du   17  mai 2021 signé du maire  de  la ville au sein de la Communauté  Urbaine de Douala, porte création d’une Régie autonome  foncière   et  Domaniale   à  la CUD
Une vue de la ville de Douala

Il en va ainsi de la  zone en face du cimetière du bois des singes ; le lieu  dit ‘Essengue’ qui au demeurant est dans le domaine portuaire ; le long de l’autoroute entre la piste de l’ancien aéroport et le carrefour du marché des fleurs ; le long de la vallée qui sépare le plateau Joss à Akwa etc.…On pourrait aussi évoquer les différents marchés de Douala,  tous les terrains abritant les espaces verts, équipements publics et bâtiments occupés ou exploités par la Cud !  Faut-il se   taire sur les entourloupes ayant  entourées  les domaines   issus de  la privatisation de l’ex-ONCPB,  OCB, REGIFERCAM et  autres dans une ville ou la mercuriale pointe à 1 millions le m2 à Bonanjo et 600 000 frs à Akwa selon  certaines   sources ?

Lire aussi :Inondation : Le produit de l’incivisme des populations 

A quoi s’occupaient ils donc à l’hôtel de ville ? En dehors de ce  bâtiment devenu désuet et peu fonctionnel pour le personnel,  la Cud squatte des bureaux à travers les immeubles de la ville…malgré un bâtiment R8 dont la construction a commencé depuis le dernier délégué du gouvernement et n’a jamais été achevé  au niveau de la  voirie  municipale…

« De son histoire multiforme, Douala a hérité un patrimoine riche et varié, à la fois matériel et immatériel. Seulement ce patrimoine est aujourd’hui en pleine décrépitude», peut-on lire sur ‘Calenda’, le portail internet de la Cud.

Lire aussi :Inondations à Douala : Dr Mbassa Ndinè menace de sévir

Inondations à Douala : Le plan d’urgence en marche
Le Maire Mbassa Ndinè sur le terrain.

Le Maire Mbassa Ndinè a  du pain sur la planche. Une immense et urgente tâche historique de sauvegarde et d’inventaire de ce patrimoine considérable s’impose donc. Car, sa perte constituerait un dommage irréparable pour la mémoire collective des Camerounais. Or, à l’observation, force est de constater que la « bataille » du foncier et de  l’architecture est en passe d’être perdue car nombre de pièces de ce patrimoine historique ont été détruits ou sont dans un état de dégradation très avancée. Les archives publiques et privées ont disparu et dans le cas où elles existent, elles sont dans un état de déliquescence avancée. Nous n’oublions pas le patrimoine immatériel qui subit chaque jour l’usure du temps et les attaques de la modernité.

Même si le colonel Etonde Ekoto s’y était essayé et s’est cassé les dents à son corps défendant dans un aspect urbain qui se voulait  futuriste,  par cette décision créant la RFD, le Maire Mbassa Ndinè a conscience de la nécessité de restaurer et de promouvoir la cité à travers son patrimoine historique, ses lieux de mémoire, son développement urbain et son capital foncier.

Au fil  des années, la ville était devenue un vaste marché aux puces…immobilières. Victime du raid des prédateurs cadastraux en tous genres, la réserve foncière est aujourd’hui inexistante.

Pour l’équipe de Marcelin Ndoumbe, le tout nouveau Directeur Délégué de la Régie Autonome  Foncière   et  Domaniale   au  sein de la CUD,  le combat sera rude et les entraves nombreuses s’agissant de l’inventaire du potentiel foncier  dont la CUD  a simplement la jouissance.

Géotechnicien et Ingénieur des travaux publics de l’Etat, qui a d’importantes responsabilités traditionnelles au niveau le plus élevé au sein de la communauté Malimba-Océan, ancien délégué régional de la Maetur à Douala, son entregent et la maitrise du terrain suffiront-ils à redorer le blason du patrimoine foncier de la ville ?

Lire aussi :Ndoumbè Marcelin : «Notre communauté vit dans l’obscurantisme et certains trouvent un malin plaisir à l’y maintenir »

Edouard KINGUE

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Restez Connectés
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Coup De Cœur
- Advertisement -spot_img
Articles Similaires
- Advertisement -spot_img

LAISSEZ UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here