- Advertisement -spot_img
AccueilA La UneRestitution de la mémoire camerounaise : The Forest Creative Loft s’engage

Restitution de la mémoire camerounaise : The Forest Creative Loft s’engage

- Advertisement -spot_img

Cet espace culturel est soutenu dans ce combat par son mentor Dr. Bonaventure Soh Bejeng Ndikung, fondateur et directeur artistique de Savvy Contemporary à Berlin.

Restitution, réhabilitation, reconstitution de la mémoire collective camerounaise et africaine.  Toute une bataille. Le chemin s’avère tortueux. L’avenir, un mirage. Mais le combat est noble et possible. The Forest Creative Loft en est d’ailleurs convaincu. Cet espace récréatif, culturel donc la particularité première sont ses grands arbres aux feuillages verdoyants en plein Bali à Douala, a ouvert ses portes en mai 2020. Et déjà elle affirme son engagement.

En juin 2021, The Forest Creative Loft a lancé un appel à candidature du projet ‘‘Rainning Season School’’ en français ‘‘Ecole de la saison des pluies’’. «Ecole de la Saison de Pluie parce que ça se passe en saison pluvieuse. C’est un programme pendant lequel nous allons former les artistes, les chercheurs, les acteurs culturels à être des résistants pour les sujets comme la restitution, la réparation des mémoires collectives», a expliqué le Directeur artistique et co-fondateur de The Forest Creative Loft, Zacharie Ngnogue. Avec la co-fondatrice Chantal Epse Ngnogue, il était face à la presse vendredi 9 juillet 2021.

Lire aussi :Vol de la Mémoire : aidé par l’inertie des Africains, l’Allemagne refuse toute restitution

Des sept dossiers de candidatures déposés pour le projet, les quatre retenus ont été dévoilés ce jeudi. Ils seront en résidence de travail pendant six mois, avec coaches et mentors. Il s’agit avec le projet ‘‘Ecole de la Saison de Pluie’’ de «fabriquer les combattants qui vont défendre cette cause. C’est une école où nous aurons des professeurs comme Françoise Vergès, Bonavendure Soh Bejeng Ndikung lui-même, Aude Christelle Mgbah, Jean Christophe Ngahan… Nous irons vers des figures comme le Pr Kum’a Ndumbe, le Roi Sokoudjou, qui ont vécu certaines périodes et qui vivent la nôtre pour discuter du sujet. Nous ne parlons pas que de la restitution des objets, mais des savoirs aussi. C’est très important pour nous», a martelé Zacharie Ngnogue. Qui a justement le soutien de son mentor Dr. Bonaventure Soh Bejeng Ndikung.

Lire aussi :Prince Kum’a Ndumbe :«L’Afrique n’ira nulle part si elle n’arrive pas à récupérer sa mémoire. Et sa mémoire lui a été volée exprès.» 

Fondateur et directeur artistique de Savvy Contemporary à Berlin, ce Camerounais qui est aussi écrivain, journaliste, vient d’ailleurs d’être nommé directeur de la Maison des cultures du monde à Berlin (Haus der Kulturen der Welt). «Si vous prenez  le tronc sacré d’un peuple, vous tuez les repères, l’histoire de ce peuple. Nous trouvons nos mémoires dans nos œuvres. C’est quelque chose de très important. Pour la restitution de ces œuvres, nous travaillons avec les Philippines, le Rwanda, le Cameroun, beaucoup de pays. On travaille aussi avec le Prince Kum’a Ndumbe III. Ce qui est important c’est de ne pas laisser ces œuvres entre les mains de personnes, mais d’une société, d’une communauté. C’est aussi une question de retour de notre dignité», a ponctué Dr Bonaventure Soh Bejeng Ndikung qui a participé aux échanges depuis Berlin par visioconférence.

Valgadine TONGA

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Restez Connectés
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Coup De Cœur
- Advertisement -spot_img

LAISSEZ UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Similaires
- Advertisement -spot_img