ActualitéPolitique

Rencontre avortée entre Cabral Libii et Kum’a Ndumbe III : quel mépris !

0

Après avoir obtenu une demande d’audience du Prince Kum’a Ndumbe III, le président du Pcrn Cabral Libii, a brillé par son absence. Laissant ses hôtes dans le courroux et ses militants dans le dépit.

Vendredi 7 août 2020. Il est 11h30 à Douala, au Cameroun. La salle de conférences de la Fondation AfricAvenir International est aux couleurs des grands évènements. La fatigue se lit sur le visage de quelques jeunes pensionnaires. Qui font des navettes pour se rassurer que tout est prêt pour accueillir le président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn) du député Cabral Libii Li Ngué Ngué. 12h. L’heure du rendez-vous a sonné. Le responsable de la communication de la fondation invite les médias présents à le suivre au domicile du Prince des Bèlè Bèlè, Kum’a Ndumbe III, professeur émérite des universités de rang magistral, et président de la fondation. «Il s’entretiendra là bas avec Cabral Libii, avant de descendre à la fondation», nous explique le chargé de la communication, Philémon Moubeke. Devant la résidence de ce petit fils de Kum’a Mbappe, plus connu sous le nom de Lock Priso, des militants du Pcrn devisent avec quelques responsables de la fondation. A l’intérieur, les groupes de danses battent du tambour, le tam-tam, le balafon. Comme lors des grandes occasions en pays Sawa, un initié de la tradition est présent pour invoquer les ancêtres et bénir la rencontre. Armé de ses attributs traditionnels, cet homme d’un âge visiblement avancé retire son matériel de sa besace. A l’intérieur, le Prince n’attend plus que son invité.

Lire aussi :Vol de la Mémoire : aidé par l’inertie des Africains, l’Allemagne refuse toute restitution

«Injure»

Coup de théâtre. L’organisation vient d’apprendre des militants du Pcrn, le faux bond de Cabral Libii. Une rencontre qu’il a lui-même sollicitée. L’information est tout de suite remontée au Prince. Qui, outré par cet acte de «mépris et d’injure», n’a pas souhaité s’exprimer à la presse, ni recevoir la délégation du Pcrn. «Mardi dernier, raconte Philémon Moubeke, nous avons reçu un coup de fil du Pcrn, sollicitant une rencontre entre le Prince et Cabral Libii. Le Prince Kum’a Ndumbe III a pris le tend de réfléchir, puis a exigé que la demande soit écrite. Mercredi, le parti nous a envoyés une demande écrite avec l’entête du parti. Le Prince a répondu favorablement. Nous avons ainsi entamé les préparatifs, étant donné le respect et la considération  que nous avons pour Cabral Libii. Le Prince est une personnalité qui a un emploi de temps surchargé. Il a eu à décaler deux rendez-vous importants qui devaient se tenir aujourd’hui pratiquement à la même heure. Il avait un rendez-vous avec le représentant du Rdpc aux Etats-Unis dans la ville d’Atlanta, et le rendez-vous qui devait suivre était avec le Conseil national des chargeurs du Cameroun, dans le cadre de la collaboration avec le Musée maritime. La déception est à la hauteur des attentes».

L’expédition coloniale a vidé l’Afrique de près de 90% de ses objets de culte et d’adoration. Parmi ces objets, le Tangué du roi Lock Priso, exposé au Musée des Cinq continents à Munich. Pour des médias allemands, le silence assourdissant de la presse camerounaise, de ses universitaires et des Africains en général, ne plaident pas en faveur du retour des objets volés en Afrique. "En Europe, on n’entend pas beaucoup de voix venant d’Afrique sur ce sujet. J’ai eu à interroger des personnes en Afrique mais elles ne m’ont jamais répondu. C’est très difficile d’avoir des avis là-dessus pourtant je vous assure que le sujet fait des vagues en Allemagne. Plusieurs personnes veulent la restitution aux Africains de leurs objets de culte, mais le Musée de Munich, comme a dit le Prince Kum’a Ndumbe, refuse, prétextant qu’il n’a pas la légitimité pour faire cette demande. Le fait est que le Musée ne veut absolument rien rendre même si le gouvernement allemand est beaucoup plus ouvert sur la question. Le prince n’est pas aidé dans son action parce que le gouvernement camerounais ne fait aucune réclamation. Ça conforte le Musée. Les universitaires, les médias camerounais, les artistes et les Africains devraient prendre au sérieux cette problématique...

Prince Kum’a Ndumbe III.

La déception est encore plus grande que l’invité n’a pas eu la politesse d’informer son hôte de son indisponibilité. C’est du moins ce qui ressort des propos du coordonnateur départemental du Pcrn, Simplice Ngnoheu. Face à la gêne des autres membres du parti à expliquer la déconvenue de leur président, il a tenté une explication : «Nous présentons toute notre désolation pour ce contretemps en rapport à cet évènement très attendu qui est d’une importance capitale pour le Pcrn. La rencontre entre le Prince Kum’a Ndumbe III et le président honorable Cabral Libii avait été calée, et les deux parties étaient d’accord sur l’heure et le lieu. Nous avons confirmé le rendez-vous avant-hier (mercredi 5 août 2020, ndlr). Malheureusement, au petit matin de ce vendredi, l’honorable Cabral Libii nous a fait savoir qu’il a eu un incident, l’empêchant de prendre la route pour Douala. C’est pour cette raison que nous, meurtris par cette annonce, qui est tombée au petit matin, nous nous sommes mobilisés, président du bureau politique, tous les responsables pour venir présenter nos excuses au Prince. Le parti tenait à rencontrer le Prince dans le cadre de la semaine du Tétèkombo –qui commémore Rudolf Douala Manga Bell-.» Simplice Ngnoheu rassure que «l’honorable Cabral Libii va prendre les dispositions pour appeler le Prince.» Dans son tweet à 14h31min, l’hon. Cabral Libii écrit, photos à l’appui : «J’ai assisté ce matin à la cérémonie d’installation de l’exécutif communal d’Eseka». C’était donc ça l’incident.

Valgadine TONGA

LA VOIX DU KOAT

Chefferie de Bonamoussadi : vers un plébiscite de Eteki Ebokolo

Previous article

Affaire de harcèlement à la Fecakarate : Emmanuel Wakam suspendu

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualité