Vol de la Mémoire : aidé par l’inertie des Africains, l’Allemagne refuse toute restitution

0

L’expédition coloniale a vidé l’Afrique de près de 90% de ses objets de culte et d’adoration. Parmi ces objets, le Tangué du roi Lock Priso, exposé au Musée des Cinq continents à Munich. Pour des médias allemands, le silence assourdissant de la presse camerounaise, de ses universitaires et des Africains en général, ne plaident pas en faveur du retour des objets volés en Afrique.

L’expédition coloniale a vidé l’Afrique de près de 90% de ses objets de culte et d’adoration. Parmi ces objets, le Tangué du roi Lock Priso, exposé au Musée des Cinq continents à Munich. Pour des médias allemands, le silence assourdissant de la presse camerounaise, de ses universitaires et des Africains en général, ne plaident pas en faveur du retour des objets volés en Afrique. "En Europe, on n’entend pas beaucoup de voix venant d’Afrique sur ce sujet. J’ai eu à interroger des personnes en Afrique mais elles ne m’ont jamais répondu. C’est très difficile d’avoir des avis là-dessus pourtant je vous assure que le sujet fait des vagues en Allemagne. Plusieurs personnes veulent la restitution aux Africains de leurs objets de culte, mais le Musée de Munich, comme a dit le Prince Kum’a Ndumbe, refuse, prétextant qu’il n’a pas la légitimité pour faire cette demande. Le fait est que le Musée ne veut absolument rien rendre même si le gouvernement  allemand est beaucoup plus ouvert sur la question. Le prince n’est pas aidé dans son action parce que le gouvernement camerounais ne fait aucune réclamation. Ça conforte le Musée. Les universitaires, les médias camerounais, les artistes et les Africains devraient prendre au sérieux cette problématique...

Prince Kum’a Ndumbe III. Ce nom résonne comme le gong dans les esprits des partisans du colonialisme et des effets pervers que cette pratique monstrueuse a légué à l’Afrique. Ce ne serait pas une offense si ce patronyme devenu une référence, venait à être inscrit en lettres d’or dans l’histoire nationaliste post-coloniale africaine. Très connu sur le continent et à l’international, ce monument de l’Histoire du Cameroun, descendant de Lock Priso donne des insomnies à ceux qui s’en sont pris à la mémoire africaine. Il est l’incarnation du cauchemar pour cette race qui tente contre vents et marées à arracher à ce continent malmené, ce qui reste de l’héritage colonial.

A travers lui, le Cameroun est le premier pays africain a réclamé le retour des objets volés par les Européens pendant les expéditions coloniales. Vingt cinq ans déjà qu’il lutte pour le retour du Tangué sacré de son grand-père, Kum’a Mbappe, plus connu sous le nom de Lock Priso. Face à la presse nationale et internationale samedi 23 février dernier au siège de sa fondation, AfricAvenir à Douala, des dignitaires et universitaires, il a fait le point sur le combat pour la restitution du Tangué au Cameroun.

L’expédition coloniale a vidé l’Afrique de près de 90% de ses objets de culte et d’adoration. Parmi ces objets, le Tangué du roi Lock Priso, exposé au Musée des Cinq continents à Munich. Pour des médias allemands, le silence assourdissant de la presse camerounaise, de ses universitaires et des Africains en général, ne plaident pas en faveur du retour des objets volés en Afrique. "En Europe, on n’entend pas beaucoup de voix venant d’Afrique sur ce sujet. J’ai eu à interroger des personnes en Afrique mais elles ne m’ont jamais répondu. C’est très difficile d’avoir des avis là-dessus pourtant je vous assure que le sujet fait des vagues en Allemagne. Plusieurs personnes veulent la restitution aux Africains de leurs objets de culte, mais le Musée de Munich, comme a dit le Prince Kum’a Ndumbe, refuse, prétextant qu’il n’a pas la légitimité pour faire cette demande. Le fait est que le Musée ne veut absolument rien rendre même si le gouvernement  allemand est beaucoup plus ouvert sur la question. Le prince n’est pas aidé dans son action parce que le gouvernement camerounais ne fait aucune réclamation. Ça conforte le Musée. Les universitaires, les médias camerounais, les artistes et les Africains devraient prendre au sérieux cette problématique...

Au Musée des Cinq Continents de Munich.

«Avant, les Allemands au Musée des Cinq Continents affirmaient que le Tangué est une acquisition. Quand je leur ai démontré, pendant des années que ce n’est pas leur propriété, ils ont ajouté qu’ils l’ont acquis légalement, du Consul Allemand. A la force de leurs propres textes juridiques de 1884, je leur ai prouvé que le recel est interdit. Et donc, ils n’ont pas le droit de l’avoir chez eux», explique le Professeur des Universités. Qui ajoute : «Maintenant, le Musée allemand nous sort une autre défense, comme quoi Kum’a Ndumbe est un illégitime. Il n’a pas le droit de demander le Tangué parce que ce ne serait pas le Tangué de Lock priso, mais de course de pirogue. Par conséquent, c’est le Tangué des Bele Bele (à Bonabéri, ndlr) et c’est au chef Bele de réclamer le Tangué

Le tangué d’un roi n’est pas le tangué d’une course de pirogue, ponctue Kum’a Ndumbe. «Il n’est pas simple, parce que c’est lui qui protège le roi dans ses déplacements, raconte-t-il. Lock Priso avait dit dès le départ qu’il ne veut pas être colonisé, et que même si on lui donne de l’argent, il ne signe pas. Malgré son refus, les Allemands avaient hissé le drapeau le 28 août 1884 sur le territoire. Dans une lettre adressée aux Allemands, il leur demande de descendre le drapeau. Devant le silence arrogant des Allemands, Lock Priso va enlever le drapeau. Un affront pour les Allemands, qui vont bombarder le palais royal de Lock Priso. J’ai trouvé des archives qui viennent des Etats-Unis. Quand ils viennent bombarder, ils ne trouvent personne, parce que l’alerte avait été lancée grâce aux tam-tams qu’on utilisait avant pour communiquer. Le Consul allemand va fouiller le palais à la recherche de trésors et de graphiques. Quand il ressort avec le Tangué, il dit : «Voici la proue princière de Lock Priso, mon butin le plus précieux. Il va aller à Munich».

L’expédition coloniale a vidé l’Afrique de près de 90% de ses objets de culte et d’adoration. Parmi ces objets, le Tangué du roi Lock Priso, exposé au Musée des Cinq continents à Munich. Pour des médias allemands, le silence assourdissant de la presse camerounaise, de ses universitaires et des Africains en général, ne plaident pas en faveur du retour des objets volés en Afrique. "En Europe, on n’entend pas beaucoup de voix venant d’Afrique sur ce sujet. J’ai eu à interroger des personnes en Afrique mais elles ne m’ont jamais répondu. C’est très difficile d’avoir des avis là-dessus pourtant je vous assure que le sujet fait des vagues en Allemagne. Plusieurs personnes veulent la restitution aux Africains de leurs objets de culte, mais le Musée de Munich, comme a dit le Prince Kum’a Ndumbe, refuse, prétextant qu’il n’a pas la légitimité pour faire cette demande. Le fait est que le Musée ne veut absolument rien rendre même si le gouvernement allemand est beaucoup plus ouvert sur la question. Le prince n’est pas aidé dans son action parce que le gouvernement camerounais ne fait aucune réclamation. Ça conforte le Musée. Les universitaires, les médias camerounais, les artistes et les Africains devraient prendre au sérieux cette problématique...

Une reproduction du Tangué du roi Lock Priso, volé au Cameroun.

Désintérêt de la presse africaine

Le Tangué est à Munich jusqu’aujourd’hui. Après 25 ans de lutte quasi individuelle, Munich trouve toujours des subterfuges pour contrecarrer les actions du Prince Kum’a Ndumbe III. Il se réjouit tout au moins parce que le débat sur la restitution des objets de culte africains enfle en Europe. Ce qui hélas, n’est pas encore le cas en Afrique, reconnaît Joerg Haentzschel. Journaliste allemand, il nous confie être en visite de travail dans des pays en Afrique, pour étudier l’opinion des Africains sur la question. «En Allemagne, on connait l’opinion des gens, mais j’étais frustré de ne pas savoir ce que pensent les Africains eux-mêmes sur le sujet. J’ai finalement décidé de visiter certains pays africains, et le Cameroun est idoine parce qu’il a été une colonie allemande. En Europe, on n’entend pas beaucoup de voix venant d’Afrique sur ce sujet. J’ai eu à interroger des personnes en Afrique mais elles ne m’ont jamais répondu. C’est très difficile d’avoir des avis là-dessus pourtant je vous assure que le sujet fait des vagues en Allemagne», argue Joerg Haentzschel. En Allemagne, les opinions s’opposent. «Plusieurs personnes veulent la restitution aux Africains de leurs objets de culte, mais le Musée de Munich, comme a dit le Prince Kum’a Ndumbe, refuse, prétextant qu’il n’a pas la légitimité pour faire cette demande. Le fait est que le Musée ne veut absolument rien rendre même si le gouvernement  allemand est beaucoup plus ouvert sur la question. Le prince n’est pas aidé dans son action parce que le gouvernement camerounais ne fait aucune réclamation. Ça conforte le Musée. Les universitaires, les médias camerounais, les artistes et les Africains devraient prendre au sérieux cette problématique

30.000 objets de culte et d’adoration volés en Afrique sont exposés au Musée des Cinq Continents à Munich. Le Tangué est le seul à être réclamé. C’est dire à quel point les Etats africains n’ont aucun intérêt pour cette affaire.

Valgadine TONGA            

 

Réactions :

Noukeu Serge (Chef de service des musées du Minac) : «Plus de 80% de notre patrimoine est à l’extérieur»

L’expédition coloniale a vidé l’Afrique de près de 90% de ses objets de culte et d’adoration. Parmi ces objets, le Tangué du roi Lock Priso, exposé au Musée des Cinq continents à Munich. Pour des médias allemands, le silence assourdissant de la presse camerounaise, de ses universitaires et des Africains en général, ne plaident pas en faveur du retour des objets volés en Afrique. "En Europe, on n’entend pas beaucoup de voix venant d’Afrique sur ce sujet. J’ai eu à interroger des personnes en Afrique mais elles ne m’ont jamais répondu. C’est très difficile d’avoir des avis là-dessus pourtant je vous assure que le sujet fait des vagues en Allemagne. Plusieurs personnes veulent la restitution aux Africains de leurs objets de culte, mais le Musée de Munich, comme a dit le Prince Kum’a Ndumbe, refuse, prétextant qu’il n’a pas la légitimité pour faire cette demande. Le fait est que le Musée ne veut absolument rien rendre même si le gouvernement  allemand est beaucoup plus ouvert sur la question. Le prince n’est pas aidé dans son action parce que le gouvernement camerounais ne fait aucune réclamation. Ça conforte le Musée. Les universitaires, les médias camerounais, les artistes et les Africains devraient prendre au sérieux cette problématique...

Nous suivons très bien le cas du Tangué au ministère, c’est la raison de ma présence ici. Il y a déjà eu des réunions. Je dois avouer que la très haute hiérarchie s’intéresse à ce problème et les différentes réunions qu’il y au eu au ministère des Arts et de la Culture et la primature, il est question de trouver les mesures appropriées pour faire rentrer tous les objets au-delà du Tangué. On avance. On est en train d’identifier les objets. On  peut vous dire de façon à peu près précise les musées où se trouvent les objets camerounais, aussi bien en Allemagne qu’en France. Pour réclamer, il faut déjà savoir où les objets se trouvent. Concernant par exemple le «ngonso» que le Général Pavel a pris à Kumba, on sait où il se trouve en Allemagne. L’Etat du Cameroun a écrit à l’Etat de la Bavière dans ce sens pour récupérer le «ngonso» et le remettre au Fon de Nso. Il y a un certains nombre d’initiatives que l’Etat est en train de prendre par rapport au problème de restitution. Plus de 80% de notre patrimoine est à l’extérieur et la colonisation y est pour beaucoup.

Prince Kum’a Ndumbe III : «L’Afrique n’ira nulle part si elle n’arrive pas à récupérer sa mémoire»

L’expédition coloniale a vidé l’Afrique de près de 90% de ses objets de culte et d’adoration. Parmi ces objets, le Tangué du roi Lock Priso, exposé au Musée des Cinq continents à Munich. Pour des médias allemands, le silence assourdissant de la presse camerounaise, de ses universitaires et des Africains en général, ne plaident pas en faveur du retour des objets volés en Afrique. "En Europe, on n’entend pas beaucoup de voix venant d’Afrique sur ce sujet. J’ai eu à interroger des personnes en Afrique mais elles ne m’ont jamais répondu. C’est très difficile d’avoir des avis là-dessus pourtant je vous assure que le sujet fait des vagues en Allemagne. Plusieurs personnes veulent la restitution aux Africains de leurs objets de culte, mais le Musée de Munich, comme a dit le Prince Kum’a Ndumbe, refuse, prétextant qu’il n’a pas la légitimité pour faire cette demande. Le fait est que le Musée ne veut absolument rien rendre même si le gouvernement  allemand est beaucoup plus ouvert sur la question. Le prince n’est pas aidé dans son action parce que le gouvernement camerounais ne fait aucune réclamation. Ça conforte le Musée. Les universitaires, les médias camerounais, les artistes et les Africains devraient prendre au sérieux cette problématique...

Prince Kum’a Ndumbe III.

Il s’agit d’abord de rendre à l’Afrique sa mémoire qui lui a été volée de manière très violente. Selon les régions africaines, il y a 130 ans, 150 ans, 200 ans. Il s’agit de rendre à l’Afrique sa mémoire collective parce que l’Afrique que vous voyez aujourd’hui n’ira nulle part si elle n’arrive pas à récupérer sa mémoire. Et sa mémoire lui a été volée exprès. Ceux qui l’ont volée savaient très bien ce qu’ils faisaient. Il s’agissait de vider l’Africain, pour qu’il ne se retrouve plus, et qu’il se mette à chercher de l’aide partout. Vous êtes l’origine de l’humanité, ceux qui ont créé, structuré l’humanité pendant plus de 200 milles ans, parce que ce que beaucoup d’Africains ne savent pas, c’est que pratiquement pendant 200milles à 300milles ans, il n’y avait que des Noirs sur la terre. La dépigmentation de la peau date de 10mille ans. Les Africains sont devenus les esclaves des autres parce qu’on vous a enlevé systématiquement votre mémoire.

Recoupées par Valgadine TONGA

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Ce type de campagne a causé des malformations et des infertilités chez nos filles en Afrique. Pour une fois, chers parents soyez plus exigeants, soyez plus regardants, ne laissez pas ce vaccin,
    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More