- Advertisement -spot_img
AccueilA La UnePolitique environnementale : ça cogite en Afrique Centrale 

Politique environnementale : ça cogite en Afrique Centrale 

- Advertisement -spot_img

La Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale tient un atelier de deux jours, autour de sa politique environnementale, dans la capitale camerounaise Douala.

Du 21 au 22 avril 2022, les responsables du secteur environnement des pays de l’Afrique Centrale s’accorderont autour de l’atelier de relecture du document de politique générale de l’environnement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale (Ceeac) et de ses membres. L’atelier qui se tient dans la ville de Douala arrive dans un contexte «en perpétuelle mutation et en constante recompositions stratégiques. Plusieurs limites et contraintes ont marqué la mise en œuvre de cette politique environnementale que ce soit sur le plan politique, environnemental, économique, social, institutionnel et diplomatique», relève Benjamin Toirambe Bamoninga, Secrétaire général au ministère de l’Environnement et Développement durable de la RDC.

Lire aussi :Braconnage : 1423 pointes d’ivoire saisies au Cameroun en six ans 

Celui qui est aussi membre du Conseil d’administration du Fond Forestier national explique : «L’objectif global de l’étude  résidait dans l’actualisation et sa mise à jour de la politique environnementale de la Ceeac, afin de l’adapter à l’Agenda 2030 des Nations Unies, de l’Agenda 2063 de l’Union africaine et de la vision de commission de la Ceeac consécutive à la réforme institutionnelle et organisationnelle adoptée en décembre 2019 par les Chefs d’Etats

Lire aussi :Aires protégées en Afrique Centrale : le programme Ecofac 6 fait son examen 

Il revient ainsi à la Ceeac qui a reçu mandat de l’Union Africaine de mettre en œuvre l’Initiative environnementale du Nepad sur toute l’étendue sa la région Afrique Centrale. Elle est appuyée par le programme Ecofac 6 (Programme d’appui pour la préservation de la biodiversité et les écosystèmes fragiles d’Afrique centrale) porté par l’Union européenne.

Chef de mission-Assistance technique régionale Ecofac 6, Maxime Nzita Nganga Di Mavambu souligne : «Sur le plan environnemental (forêt, climat, biodiversité, conditions de vie), la sous-région a des atouts assez importants à mettre en valeur dans le cadre d’une vision environnementale durable. C’est un long processus et il existe déjà des initiatives qui ont commencé. Nous avons la forêt du Bassin du Congo, la Comifac, le nouveau département de la Ceeac. Mais il faut les organiser. Sur la thématique forêt, on constate par exemple que les forêts du Bassin du Congo, en comparaison avec les trois régions forestières tropicales Sud du monde, ont un taux de déforestation assez faible. C’est déjà un bon indicateur structurel

Lire aussi :Valorisation des ressources génétiques : la cour aux entreprises privées 

Le document technique qui va censurer les travaux définira notamment la mission, les objectifs politiques, techniques et institutionnelles à réaliser dans le cadre de la politique environnementale de l’espace Ceeac. La feuille de route sera soumise au niveau de la Ceeac qui va poursuivre le processus de validation politique.

Valgadine TONGA

 

 

 

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Restez Connectés
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Coup De Cœur
- Advertisement -spot_img

LAISSEZ UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Similaires
- Advertisement -spot_img